Gouvernement Moctar Ouane (2)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gouvernement Moctar Ouane (2)

République du Mali

Description de cette image, également commentée ci-après
Le Premier ministre, Moctar Ouane.
Président de la Transition Bah N'Daw
Premier ministre Moctar Ouane
Formation
Fin
Durée moins d’un jour
Composition initiale
Ministres 25
Femmes 5
Hommes 20
Drapeau du Mali

Le gouvernement Moctar Ouane (2) est le gouvernement de la république du Mali nommé le [1].

Peu après son annonce, le coup d'État de 2021 au Mali est perpétré et le président de la Transition, Bah N'Daw, dissout la gouvernement puis démissionne sous la pression de l'armée.

Historique du mandat[modifier | modifier le code]

Dirigé par le Premier ministre sortant indépendant Moctar Ouane, il doit succéder au gouvernement Moctar Ouane (1).

Le 14 mai 2021, Moctar Ouane présente la démission de son premier gouvernement. Il est chargé le jour même de former un nouveau cabinet plus inclusif[2]. Le gouvernement est présenté le 24 mai 2021. De nombreux partis, comme la Convergence pour le développement du Mali (Codem), l'Union pour la république et la démocratie (URD), l'Alliance démocratique pour la paix (ADP-Maliba) et le Parti pour le développement économique et la solidarité (PDES), font leur entrée au gouvernement[3]. Le gouvernement se caractérise aussi par la mise à l'écart de certains membres de l'ex-CNSP (Sadio Camara et Modibo Koné). Deux heures après l'annonce du gouvernement[4], Bah N’Daw et le Premier ministre sont interpelés puis conduits sous escorte militaire à Kati peu après[5],[6].

Le lendemain, le colonel Assimi Goïta annonce avoir « démis de leurs prérogative » le président et le Premier ministre, qu’il accuse de « sabotage » de la transition, leur reprochant d'avoir formé le nouveau gouvernement sans se concerter avec lui[7]. Le 26 mai, Moctar Ouane annonce au médiateur de la CEDEAO, l'ancien président nigérian Goodluck Jonathan, qu'il a démissionné[8]. Il a été ainsi mis fin aux fonctions du gouvernement le 24 mai soit le jour même de son annonce[9].

Les secrétaires généraux des ministères assurent l'intérim en attendant la formation du nouveau gouvernement[10].

Composition[modifier | modifier le code]

  • Les nouveaux ministres sont indiqués en gras, ceux ayant changé d'attributions en italique.
Portefeuille Titulaire Parti
Premier ministre Moctar Ouane SE
Ministre de la Défense et Anciens combattants Souleymane Doucouré Militaire
Ministre de la Promotion de la bonne gouvernance, chargé des Relations avec les institutions Harouna Toureh SE
Ministre de la Sécurité et de la Protection civile Mamadou Lamine Ballo Militaire
Ministre de la Justice Boubacar Sidiki Samaké SE
Ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation Abdoulaye Maiga Militaire
Ministre de l'Économie et des Finances Dionké Diarra SE
Ministre des Affaires foncières, de l'Urbanisme et de l'Habitat Hamza Ahmadou Cissé URD
Ministre de la Réconciliation nationale Ismaël Wagué Militaire
Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Zeyni Moulaye SE
Ministre de la Santé et du Développement social Fanta Siby SE
Ministre des Transports et des Infrastructures Assian Sinfa SE
Ministre de l'Industrie, du Commerce et de la Promotion des investissements Harouna Niang SE
Ministre de la Culture, de l'Artisanat et du Tourisme Kadiatou Konaré SE
Ministre de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche Mahmoud Ould Mohamed SE
Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Doulaye Konaté SE
Ministre de l'Éducation nationale Diawara Aoua Paul Diallo URD
Ministre de l'Emploi, du Travail et de la Fonction publique Abdel Kader Sidibé Codem
Ministre des Mines, de l'Énergie et de l'Eau Djibril Tall PDES
Ministre de la Jeunesse et des Sports Moussa Ag Attaher SE
Ministre des Maliens de l'extérieur et de l'Intégration africaine Youba Ba ADP-Maliba
Ministre de la Communication et de l'Économie numérique Alhamdou Ag Ilyène SE
Ministre de la Promotion de la femme, de l'Enfant et de la Famille Togo Marie Yagalé Togo SE
Ministre de l'Environnement, de l'Assainissement et du Développement durable Mohamed Ag Akeratane SE
Ministre de la Formation professionnelle et de la Construction citoyenne Mohamed Salia Touré SE
Ministre des Affaires religieuses et du Culte Mahamadou Koné SE

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mali: La liste des membres du gouvernement de Moctar Ouane II », sur www.maliweb.net, (consulté le 25 mai 2021).
  2. « Mali : démission du gouvernement, le Premier ministre Moctar Ouane reconduit », sur www.jeuneafrique.com, Jeune Afrique, (consulté le 14 mai 2021).
  3. « Mali : un nouveau gouvernement d’« ouverture », mais toujours dominé par les militaires – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le 29 mai 2021).
  4. « Nouveau coup de force au Mali: que sait-on, quelles suites ? », sur Bourse Direct (consulté le 2 juin 2021).
  5. « Mali : Bah N’Daw et Moctar Ouane arrêtés », sur jeuneafrique.com, (consulté le 24 mai 2021).
  6. « Au Mali, le premier ministre emmené par des soldats après avoir formé un gouvernement », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mai 2021)
  7. Isabelle Labeyrie, « Nouveau coup d'État au Mali : le vice-président prend le pouvoir », sur francetvinfo.fr, (consulté le 25 mai 2021).
  8. « Mali: le président et le premier ministre de transition ont démissionné », sur lefigaro.fr, (consulté le 26 mai 2021).
  9. « Arrêt n°2021-02/CC du 28 mai 2021 relatif à la vacance de la Présidence de la Transition », sur sgg-mali.ml (consulté le 2 juin 2021).
  10. « Continuité de l’État : le colonel Assimi Goïta donne des orientations aux secrétaires généraux des ministères », sur Afribone (consulté le 2 juin 2021).

Voir aussi[modifier | modifier le code]