Gouvernement Louis Mathieu Molé (1836-1837)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouvernement Louis Mathieu Molé (1836-1837)
Régime Monarchie de Juillet
Président du Conseil Louis Mathieu Molé
Début
Fin
Durée 221 jours
Chronologie
Gouvernement
précédent
Gouvernement Adolphe Thiers I
Gouvernement
suivant
Gouvernement Louis Mathieu Molé II
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le premier Gouvernement Louis Mathieu Molé. Pour le second, voir Gouvernement Louis Mathieu Molé (1837-1839).

Le premier ministère Molé est le dixième ministère de la monarchie de Juillet, formé le sous la présidence de Louis-Mathieu Molé pour succéder au président du Conseil Thiers. Comptant 8 membres, il reste en fonction jusqu'au .

Constitution[modifier | modifier le code]

Le , Louis-Philippe Ier reçoit Molé au château de Neuilly et rappelle à Paris Guizot et Duchâtel, qui se trouvaient sur leurs terres à la campagne. Pendant plusieurs jours, il va essayer de faire entrer les trois hommes avec Montalivet dans une combinaison ministérielle, mais le refus de Montalivet de passer de l'Intérieur à l'Instruction publique rend la chose impossible.

Ce n'est que le 6 septembre que le ministère est officiellement installé. Avec Molé, le roi a enfin le président du Conseil qu'il désirait depuis plusieurs années. Le cabinet est entièrement renouvelé par rapport à l'équipe précédente. Le nouveau chef du ministère prend le portefeuille des Affaires étrangères, tandis que Guizot retrouve l'Instruction publique et installe à l'Intérieur un de ses meilleurs amis, Gasparin, épaulé par un sous-secrétaire d'État, Rémusat, qu'on ne tardera pas à appeler « le sur-secrétaire d'État » tant il déploiera d'activité, tandis qu'un autre de ses amis, Duchâtel, prend les Finances. Persil retrouve la Chancellerie. Des têtes nouvelles font leur apparition à la Guerre (le général Bernard), à la Marine (l'amiral de Rosamel : un « franc imbécile »[1], selon Rémusat) et au Commerce et aux Travaux publics (Martin du Nord).

Constitué alors que les chambres sont en vacances, le nouveau ministère est mal accueilli par la presse. On se plaît à noter qu'on n'y trouve aucune des têtes d'affiche de la Révolution de 1830. Les personnalités qui le composent sont peu considérables et, pour la plupart, peu connues : des « bouche-trous », commente Rémusat[2]. Le ministère est également affaibli, d'emblée, par la méfiance et l'antipathie qui existent entre Molé et Guizot et qui se transformeront inéluctablement en hostilité car le second, s'il s'est contenté d'un poste de second plan, compte bien gouverner en sous-main en s'appuyant sur Gasparin et Duchâtel, alors que le premier entend conduire une politique personnelle. Guizot, observe Rémusat, « n'accordait à Molé que de l'esprit de conversation et une bonne position sociale. Molé ne reconnaissait à Guizot que le talent de la parole et se croyait plus habile et plus populaire que lui. »[3] Sur ces bases fragiles, le divorce apparaît inévitable.

Composition[modifier | modifier le code]

Présidence du Conseil[modifier | modifier le code]

Fonction Image Nom
Président du Conseil des ministres Le comte Molé Louis-Mathieu, comte Molé

Ministères[modifier | modifier le code]

Fonction Image Nom
Ministre de la Guerre Le général-baron Bernard Simon, général-baron Bernard
(du au )
Ministre de la Justice et des Cultes Jean-Charles Persil Jean-Charles Persil
Ministre des Affaires étrangères Le comte Molé Louis-Mathieu, comte Molé
Ministre de l’Intérieur Adrien de Gasparin Adrien de Gasparin
Ministre des Finances Le comte Tanneguy Duchâtel Charles Marie, comte Tanneguy Duchâtel
Ministre de la Marine et des Colonies Claude du Campe de Rosamel Claude du Campe de Rosamel
Ministre de l'Instruction publique François Guizot François Guizot
Ministre des Travaux publics, de l'Agriculture et du Commerce Le comte Tanneguy Duchâtel Charles Marie, comte Tanneguy Duchâtel
(par intèrim du au )
Le comte Martin du Nord Nicolas, comte Martin du Nord
(du au )

Sous-secrétariats d’État[modifier | modifier le code]

Fonction Image Nom
Sous-secrétaire d’État à l’Intérieur Le comte de Rémusat Charles, comte de Rémusat
(du au )

Fin[modifier | modifier le code]

Au début de 1837, les relations entre Molé et Guizot se détériorent. Molé se plaint au baron de Barante d'être maltraité par Guizot : « Vous connaissez l'orgueil et le caractère de chacun... Il restait deux routes ouvertes devant le même personnage, celle de l'union la plus franche avec moi, celle de la tactique d'une rivalité constamment couverte d'apparences qu'on croit habiles. C'est cette dernière qui a été préférée... »[4] Au même correspondant, il raille amèrement les doctrinaires : « C'est une singulière variété de l'espèce humaine : l'égoïsme politique y est porté à un degré qui ne laisse plus que fort peu de place pour la justice, la sympathie, la vérité. »[5] Et vis-à-vis du roi, il gémit contre les « haines doctrinaires qui [le] poursuivent » et brandit la menace, à peine voilée, de la démission si ses collègues persistent à ne pas le soutenir, voire le trahissent[6].

Après l'acquittement, le , des participants, tant civils que militaires, à la tentative de soulèvement de Strasbourg par Louis-Napoléon Bonaparte en octobre 1836, le gouvernement dépose un projet de loi dit « de disjonction », qui prévoit que les participants à un complot politique seront renvoyés non plus indistinctement devant les tribunaux ordinaires, mais les civils devant les tribunaux ordinaires et les militaires devant les tribunaux militaires. Ce projet est rejeté par la Chambre des députés par deux voix de majorité le 7 mars 1837 (211 voix contre 209). Guizot et Molé se renvoient mutuellement la responsabilité de cet échec, tandis que la presse reproche au cabinet de ne pas démissionner après avoir été mis en minorité.

La fin est désormais proche. Le gouvernement ne parvient pas à faire adopter un projet de loi d'apanage pour le duc de Nemours et un projet de loi portant allocation pour la dot de la reine des Belges, et il est contraint de les retirer. La paralysie du ministère est désormais avérée. Louis-Philippe commence ses consultations le 7 mars afin de former un nouveau ministère, qui est officiellement constitué le 15 avril.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. cité par Jacques-Alain de Sédouy, Op. cit. , p. 188
  2. ibidem
  3. cité par Benoît Yvert (dir.), Op. cit. , p. 124
  4. Molé à Barante, 2 octobre 1836, cité par Jacques-Alain de Sédouy, Op. cit. , pp. 190-191
  5. Molé à Barante, 18 décembre 1836, cité par Jacques-Alain de Sédouy, Op. cit. , p. 191
  6. Molé à Louis-Philippe, 4 janvier 1837, cité par Jacques-Alain de Sédouy, Op. cit. , p. 191