Gouvernement Jean-de-Dieu Soult (3)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouvernement Jean-de-Dieu Soult III
Régime Monarchie de Juillet
Président du Conseil Jean-de-Dieu Soult
Début
Fin
Durée 6 ans, 324 jours
Chronologie
Gouvernement
précédent
Gouvernement Adolphe Thiers II
Gouvernement
suivant
Gouvernement François-Pierre Guizot
Conseil des ministres au palais des Tuileries : le maréchal Soult présente à Louis-Philippe la loi de Régence, le . Guizot se tient à gauche. Tableau de Claude Jacquand (1803-1878), dit Claudius Jacquand, 1844.

Le troisième gouvernement Jean-de-Dieu Soult dure du 29 octobre 1840 au 18 septembre 1847. C'est le quinzième ministère de la monarchie de Juillet, constitué le . Il comprend 9 puis 10 ministres[1] sous la présidence du maréchal Soult, duc de Dalmatie. Il reste en place jusqu'au .

Composition[modifier | modifier le code]


Constitution[modifier | modifier le code]

Après la démission du second ministère Thiers, qui scelle l'échec du centre gauche, Louis-Philippe Ier se tourne logiquement vers le centre droit, c'est-à-dire François Guizot et les doctrinaires. Chacun pense alors que cette combinaison ne durera pas davantage que la précédente, et que le roi pourra ensuite revenir à Molé.

Guizot quitte Londres le 25 octobre et arrive à Paris le lendemain. Il exige d'avoir les coudées franches pour constituer le ministère. Avec beaucoup d'habileté, il en offre la présidence au maréchal Soult, avec qui Louis-Philippe est à l'aise, et que Guizot avait commis l'erreur, de concert avec Thiers, d'écarter en 1834. Il sait que le maréchal le laissera, pour l'essentiel, diriger à sa guise le cabinet.

Le maréchal Soult prend naturellement le ministère de la Guerre. Guizot, pour sa part, se réserve les Affaires étrangères et nomme des amis proches à des postes clés : Duchâtel à l'Intérieur, Humann aux Finances et Villemain à l'Instruction publique. Des obligés de Molé occupent trois autres portefeuilles : Martin du Nord à la Justice et aux Cultes, Cunin-Gridaine à l'Agriculture et au Commerce et Duperré à la Marine et Colonies. Soult n'a imposé qu'un seul fidèle, Teste aux Travaux publics, un choix qui se révélera déplorable (V. Scandales sous la monarchie de Juillet).

Guizot a offert des maroquins aux deux transfuges du centre gauche qui avaient accepté de participer au deuxième ministère Soult, Passy et Dufaure, mais ceux-ci, soucieux de se réconcilier avec Thiers, ont décliné l'offre. Le ministère y gagne une grande homogénéité, rassemblant tous les conservateurs, du centre ministériel au centre droit doctrinaire. Il y trouve une majorité parlementaire solide, et la figure de Guizot, orateur parlementaire hors de pair et seule figure forte du cabinet, achève de créer la cohérence et la cohésion. Comme, par ailleurs, Guizot va désarmer les préventions de Louis-Philippe à son égard et gagner la confiance et l'estime du roi, ce ministère, qui n'avait pas été imaginé pour durer, va se révéler le plus durable de tout le règne, puisqu'il restera en place près de sept ans, et se survivra encore un an sous la forme du ministère Guizot.

Remaniements[modifier | modifier le code]

Une longévité gouvernementale aussi exceptionnelle ne va pas sans quelques remaniements inévitables. Certains furent dictés par les circonstances :

En définitive, le seul remaniement à caractère politique et non circonstanciel est celui du qui voit changer les titulaires des ministères de la Guerre, des Finances, de la Marine et des Travaux publics. Lacave-Laplagne et Mackau, attaqués sur leur gestion par des députés conservateurs, sont écartés au profit de Dumon, qui quitte les travaux publics, et du duc de Montebello, qui avait été un éphémère ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de transition de 1839. Le préfet de Lyon, Jayr, est appelé aux Travaux publics[2] tandis qu'à la Guerre, le général Trézel remplace le général Moline de Saint-Yon. Les nouveaux venus sont peu connus, et l'opinion s'interroge sur les raisons de ce remaniement. À un député conservateur qui lui pose la question, le roi répond d'ailleurs : « Ne me le demandez pas, car je ne le sais pas plus que vous. »[3]

Fin[modifier | modifier le code]

Avec le maréchal Soult, la présidence du Conseil est devenue, peu à peu, une charge honorifique. Ce caractère n'a fait que se renforcer depuis que le maréchal a quitté le ministère de la Guerre. Le , Soult, qui est âgé de 78 ans, remet sa démission à Louis-Philippe. Le 19 septembre, le droit est mis en adéquation avec le fait : Guizot est officiellement nommé président du Conseil. Le ministère n'a pas à être remanié, puisqu'il l'a déjà été le 9 mai, pour affronter les échéances parlementaires qui s'annoncent difficiles, la gauche faisant campagne pour la réforme électorale que repoussent le roi et son gouvernement.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Guy Antonetti, Louis-Philippe, Paris, Fayard, 1994 (ISBN 2-213-59222-5)
  • Benoît Yvert (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil depuis 1815. Histoire et dictionnaire raisonné, Paris, Perrin, 2002 (ISBN 2-262-01354-3)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À compter du , le maréchal Soult abandonne le ministère de la Guerre pour ne conserver que la présidence du Conseil ; le cabinet comprend dès lors un membre supplémentaire.
  2. Sa nomination lui est annoncée par télégramme sans même qu'on lui ait demandé son avis.
  3. cité par Guy Antonetti, Op. cit. , p. 895