Gouvernement Gédéon Ouimet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gouvernement Ouimet

Québec

Description de cette image, également commentée ci-après
Premier ministre Gédéon Ouimet
Élection 1871
Législature 2e
Formation
Fin
Durée 1 an, 6 mois et 25 jours
Composition initiale
Parti politique Parti conservateur
Ministres 6
Femmes 0
Hommes 6
Représentation
Assemblée législative (1871)
46  /  65

Le mandat du gouvernement de Gédéon Ouimet, devenu premier ministre du Québec à la suite de la démission de son prédécesseur Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, s'étendit du au .

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Parti conservateur, au pouvoir, est alors divisé en deux ailes : l'« école de Cartier », dans la même lignée que celle du Parti conservateur fédéral de John A. Macdonald, et l'aile ultramontaine, qui désire que l'action des politiciens soit soumise en tous points à la doctrine de l'Église. Ouimet appartient sans conteste à la première aile, qui admet l'intervention ponctuelle de l'État dans certains secteurs.

Le gouvernement Ouimet est le premier gouvernement québécois à négocier un emprunt d'envergure, soit 4 millions CAD. C'est une banque britannique qui autorise le prêt.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • : le scandale des Tanneries éclate. Le gouvernement a échangé le terrain des Tanneries, en banlieue de Montréal, contre un lot de terres, la Ferme Leduc, jugé de bien moindre valeur. Le ministre Archambeault est soupçonné d'avoir accepté un pot-de-vin car, peu après l'échange, la banque Jacques-Cartier a reçu un dépôt de 65 000 $ à son crédit.
  • : le procureur George Irvine démissionne, blâmant l'échange des Tanneries.
  • : le président du Conseil législatif, John Jones Ross, démissionne à son tour, déplorant lui aussi la transaction.
  • : J. G. Robertson annonce lui aussi sa démission, entraînant celle de tout le gouvernement.

Composition[modifier | modifier le code]

Rôle Titulaire
Premier ministre Gédéon Ouimet
Secrétaire provincial
Ministre de l'Instruction publique
Trésorier provincial Joseph Gibb Robertson
Solliciteur général Joseph-Adolphe Chapleau
Procureur général George Irvine
Commissaire de l'Agriculture et des Travaux publics Louis Archambeault
Commissaire des Terres de la Couronne Pierre Fortin

Bibliographie[modifier | modifier le code]