Gouvernement Djerad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gouvernement Abdelaziz Djerad

République algérienne démocratique et populaire

Président de la République Abdelmadjid Tebboune
Premier ministre Abdelaziz Djerad
Formation
Durée 1 mois et 22 jours
Composition initiale
Ministres 28
Secrétaires d'État 11
Femmes 5
Hommes 34
Représentation
Assemblée populaire nationale
272 / 417
Description de l'image Emblem of Algeria.svg.

Le gouvernement Djerad est le gouvernement algérien en place depuis le .

Formation[modifier | modifier le code]

Le gouvernement est formé suite à l'élection de Abdelmadjid Tebboune comme Président de la république et à la nomination de Abdelaziz Djerad comme Premier ministre.

Le , le président Abdelmadjid Tebboune nomme Belaïd Mohand-Oussaïd ministre conseiller à la Communication et porte-parole officiel de la présidence de la République[1].

Le gouvernement entre en fonction le [2].

Composition[modifier | modifier le code]

Le , le ministre conseiller à la communication et porte-parole officiel de la Présidence de la République, Belaïd Mohand-Oussaïd dévoile la liste des ministres de ce gouvernement[3],[4].

  • Premier ministre : Abdelaziz Djerad
  • Ministre de la Défense nationale : Abdelmadjid Tebboune
  • Ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire : Kamel Beldjoud
  • Ministre des Affaires étrangères : Sabri Boukadoum
  • Ministre de la Justice, garde des Sceaux : Belkacem Zeghmati
  • Ministre des Finances : Abderrahmane Raouya
  • Ministre de l'Énergie : Mohamed Arkab
  • Ministre des Moudjahidine et des Ayants droit : Tayeb Zitouni
  • Ministre des Affaires religieuses et des Wakfs : Youcef Belmehdi
  • Ministre de l'Éducation nationale : Mohamed Oujaout
  • Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Chems Eddine Chitour
  • Ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels : Hoyam Benfriha
  • Ministre de la Culture : Malika Bendouda
  • Ministre de la Poste et des Télécommunications : Brahim Boumzar
  • Ministre de la Jeunesse et des Sports : Sid Ali Khaldi
  • Ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme : Kaoutar Krikou
  • Ministre de l'Industrie et des Mines : Ferhat Aït Ali Braham
  • Ministre de l'Agriculture et du Développement rural : Chérif Omari
  • Ministre de l'Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville : Kamel Nasri
  • Ministre du Commerce : Kamel Rezig
  • Ministre de la Communication : Ammar Belhimmer
  • Ministre des Travaux publics et des Transports : Farouk Chiali
  • Ministre des Ressources en eau : Arezki Berraki
  • Ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial : Hacène Mermouri
  • Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière : Abderahmane Benbouzid
  • Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale : Ahmed Chawki Fouad Acheuk Youcef
  • Ministre des Relations avec le Parlement : Bessma Azouar
  • Ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables : Nassira Benharrats
  • Ministre de la Pêche et des Productions halieutiques : Sid Ahmed Ferroukhi
  • Ministre de la Micro-entreprise, des Startup et de l'Économie de la connaissance : Yassine Djeridene
  • Ministres délégués :
    • Ministre délégué aux Statistiques et à la Prospective : Bachir Messaitfa
    • Ministre délégué à l'Agriculture saharienne : Fouad Chehat
    • Ministre délégué au Commerce extérieur : Aïssa Bekkai
    • Ministre délégué à l'Industrie pharmaceutique : Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad
    • Ministre délégué à de l'Environnement saharien : Hamza Al Sid Cheikh
    • Ministre délégué chargé des Incubateurs : Nassim Diafat
    • Ministre délégué chargé des Start-up : Yacine Oualid
  • Secrétaires d'État :
    • Secrétaire d'État chargé de la Production culturelle : Salim Dada
    • Secrétaire d'État chargé de l'Industrie cinématographique : Bachir Youcef Sehairi
    • Secrétaire d'État chargé du Sport d'élite : Nouredine Morceli
    • Secrétaire d'État chargé de la Communauté et des Compétences à l'étranger : Rachid Bladehane

Trombinoscope[modifier | modifier le code]

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Image Fonction Nom Parti
Sin foto.svg Premier ministre Abdelaziz Djerad FLN

Ministres[modifier | modifier le code]

Image Fonction Nom Parti
Photo tebboune abdelmadjid 05072017.jpg Ministre de la Défense nationale Abdelmadjid Tebboune FLN
Sin foto.svg Ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire Kamel Beldjoud
Sin foto.svg Ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum
Sin foto.svg Ministre de la Justice, garde des Sceaux Belkacem Zeghmati
Sin foto.svg Ministre des Finances Abderrahmane Raouya
Sin foto.svg Ministre de l'Énergie Mohamed Arkab
Sin foto.svg Ministre des Moudjahidine Tayeb Zitouni RND
Sin foto.svg Ministre des Affaires religieuses et des Wakfs Youcef Belmehdi
Sin foto.svg Ministre de l'Éducation nationale Mohamed Oujaouad
Sin foto.svg Ministre de l'Enseignement supérieur Chems Eddine Chitour
Sin foto.svg Ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels Houam Fréha
Sin foto.svg Ministre de la Culture Malika Bendoudad
Sin foto.svg Ministre de la Poste, des Télécommunications et du Numérique Brahim Boumzar
Sin foto.svg Ministre de la Jeunesse et des Sports Sid Ali Khaldi
Sin foto.svg Ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme Kaoutar Kikou
Sin foto.svg Ministre des PME/PMI Hassane Djeridane
Sin foto.svg Ministre de l'Industrie et des Mines Ferhat Ait Ali
Sin foto.svg Ministre de l'Agriculture Chérif Omari
Sin foto.svg Ministre de l'Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville Kamel Nasri
Sin foto.svg Ministre du Commerce Kamel Rezig
Sin foto.svg Ministre de la Communication Amar Belhimmer
Sin foto.svg Ministre des Travaux publics et des Transports Farouk Chiali
Sin foto.svg Ministre des Ressources en eaux Beraki Arezki
Sin foto.svg Ministre du Tourisme et de l’Artisanat Hacène Mermouri
Sin foto.svg Ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière Abderahmane Ben Bouzid
Sin foto.svg Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale Ahemd Achek
BASMA AZOUAR.jpg Ministre des Relations avec le Parlement Bessma Azouar FM
Sin foto.svg Ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables Nacera Benharra
Ferroukhi.jpg Ministre de la Pêche Sid Ahmed Ferroukhi Indépendant

Ministres délégués[modifier | modifier le code]

Image Fonction Nom Parti
Sin foto.svg Ministre délégué aux Statistiques et à la Prospective Bachir Messaitfa Indépendant
Sin foto.svg Ministre délégué à l'Agriculture saharienne Fouad Chehat Indépendant
Sin foto.svg Ministre délégué au Commerce extérieur Aïssa Bekkai Indépendant
Sin foto.svg Ministre délégué à l'Industrie pharmaceutique Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad Indépendant
Sin foto.svg Ministre délégué à de l'Environnement saharien Hamza Al Sid Cheikh Indépendant
Sin foto.svg Ministre délégué chargé des Incubateurs Nassim Diafat Indépendant
Sin foto.svg Ministre délégué chargé des Start-ups Yacine Oualid Indépendant

Secrétaires d’État[modifier | modifier le code]

Image Fonction Nom Parti
Salim DADA, 2011 DR. Mélanie Foucault.jpg Secrétaire d'État chargé de la production culturelle Salim Dada Indépendant
Sin foto.svg Secrétaire d'État chargé de l'Industrie cinématographique Bachir Youcef Sehairi Indépendant
Sin foto.svg Secrétaire d'État chargé de la Communauté et des Compétences à l'étranger Rachid Bladehane Indépendant
Sin foto.svg Secrétaire d'État chargé du Sport d'élite Nouredine Morceli Indépendant

Analyses[modifier | modifier le code]

La composition du gouvernement est annoncée le par Mohand-Oussaïd à la télévision, une première[5]. Celui-ci comprend cinq ministres sortants, notamment régaliens, ainsi que 6 ministres sous Bouteflika, un ministre âgé de 26 ans en charge des starts ups, une première également, et la suppression du poste de vice-ministre de la Défense[6][7]. La société civile, notamment des universitaires, investit largement la composition du gouvernement avec 10 postes ; une député du Front El Moustakbal, qui avait critiqué ouvertement l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia en lui indiquant que le peuple était contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika en , fait partie de ce gouvernement[8]. Les anciens ministres sous Bouteflika qui font partie de ce gouvernement ont souvent été limogés et marginalisés par celui-ci et sont en quelque sorte réhabilités dans ce gouvernement comme Farouk Chiali en charge des Transports et des Travaux publics, dont le limogeage fut attribué à Ali Haddad à l'époque[9]. Cinq femmes sont nommées[10] ; parmi elles, Bessma Azouar, ministre des Relations avec le Parlement, porte un voile islamique, un fait inédit dans le pays[11],[10],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Karim KEBIR, « Un homme du sérail pour gérer la communication officielle », sur liberte-algerie.com (consulté le 30 décembre 2019)
  2. Rédaction AE, « Gouvernement : Les nouveaux ministres prennent leurs fonctions », sur Algerie Eco, AlgerieEco, (consulté le 6 janvier 2020).
  3. « Le Président Tebboune nomme les membres du nouveau gouvernement », sur Aps.dz, mis en ligne et consulté le 2 janvier 2020
  4. « Tebboune nomme les membres du gouvernement d’Abdelaziz Djerad », sur Algerie360.com, mis en ligne et consulté le 2 janvier 2020
  5. « DIRECT – Suivez la composition du nouveau gouvernement »
  6. Adlène Meddi, « Premier gouvernement Tebboune : sept éléments à retenir », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 4 janvier 2020).
  7. « De nouveaux ministres, des rappelés et des figures du Hirak au sein du gouvernement Djerad »
  8. « Quand la télévision favorise le choix de ministres pour le gouvernement (Vidéo) »
  9. « Limogé par Haddad, Chiali réhabilité par Tebboune au ministère des Travaux publics »
  10. a et b « Nouveau gouvernement : 39 ministres, 5 femmes et un ministre de 26 ans », sur capalgerie.dz, (consulté le 4 janvier 2020).
  11. « Basma Azouar… une première ministre voilée en Algérie », sur echoroukonline.com, (consulté le 4 janvier 2020).
  12. « Basma Azouar, la première ministre voilée, récupérée par les islamistes et jalousée par Naima Salhi », sur dia-algerie.com, (consulté le 8 janvier 2020).