Gottenhouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gottenhouse
Gottenhouse
Viaduc d'Otterswiller.
Blason de Gottenhouse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saverne
Maire
Mandat
Jean-Luc Simon
2020-2026
Code postal 67700
Code commune 67161
Démographie
Gentilé Gottenhousiens, Gottenhousiennes [1]
Population
municipale
382 hab. (2018 en diminution de 2,8 % par rapport à 2013)
Densité 306 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 18″ nord, 7° 21′ 43″ est
Altitude Min. 191 m
Max. 240 m
Superficie 1,25 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saverne
(banlieue)
Aire d'attraction Strasbourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saverne
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Gottenhouse
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Gottenhouse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gottenhouse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gottenhouse

Gottenhouse est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

La dénomination actuelle de la commune date du 21 février 1948 et remplace Gottenhausen.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gottenhouse fait partie du canton et de l'arrondissement de Saverne (Bas-Rhin). La commune adhère à la communauté de communes de la région de Saverne. Son territoire communal est de 125 ha.

Située à 2 km au sud de Saverne, entre les Vosges du Nord, à l'ouest, et la route nationale 4, à l'est, sur la rive gauche du Mosselbach, la localité se trouve à 205 m d'altitude.

Communes limitrophes de Gottenhouse
Saverne Otterswiller
Gottenhouse
Haegen Marmoutier

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gottenhouse est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saverne, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[5] et 18 734 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 268 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (69,6 %), zones urbanisées (21,4 %), forêts (9 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • L'orthographe du nom du village évolue au cours des siècles, mais ne varie guère : Gotzhuse (1363), Gotenhusen (1371), Gottenhusen (1427), Gottenhausen (1520), Gottenhausen (1793 et 1801) et enfin Gottenhouse (décret du 17 février 1948).
  • Gottehüse en alsacien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Établie dans un site dont la terre ingrate et peu fertile dans son ensemble n'a guère attiré les colons installés par Rome au cours des IVe et Ve siècles, Gottenhouse est une fondation tardive, peut être du début du IXe siècle.

Le village apparaît sous le nom de Godenhusa dans une copie d'un inventaire des biens de l'abbaye de Marmoutier de 828 datant de la fin du Xe siècle. La localité semble constituer un centre administratif indépendant comme on en trouve à Otterswiller, Schwebwiller ou Schwenheim pour ne citer que les domaines voisins. Au début du siècle suivant, Gottenhouse et Otterswiller paraissent ne former qu'un seul groupe domanial, c'est-à-dire 25 manses serviles.

Propriété de l'abbaye de Marmoutier, Gottenhouse va connaître le destin mouvementé de son territoire, la marche de Marmoutier. L'évêque de Metz, suzerain de l'abbaye avait, en effet, confié l'avouerie de Marmoutier, c'est-à-dire la protection, à la famille de Geroldseck qui abusera de ses droits.

Dès le milieu du XIIIe siècle, le territoire de l'abbaye était, en fait, devenu la seigneurie des Geroldseck. Le jeu des successions divisa finalement la marche en quatre parties appartenant à quatre co-seigneurs, les Hanau-Lichtenberg, les Ribeaupierre, les Wangen et le duc de Lorraine, au milieu du XVIe siècle. Ce n'est qu'en 1705 que l'abbaye de Marmoutier parvint à réunifier son ancien territoire. De 1790 à 1801, Gottenhouse fit partie du canton de Saverne, puis fut rattaché à celui de Marmoutier.

En 1612, Gottenhouse comptait huit bourgeois, soit une quarantaine d'habitants. Le lieu était désert à la fin de la guerre de Trente Ans. Dès 1662, il comptait à nouveau onze familles. En 1693, douze familles catholiques et deux protestantes y habitaient. Puis la population augmente régulièrement : vingt familles en 1720, cent-cinquante-huit habitants en 1791, deux-cent-soixante en 1807, trois-cent-deux en 1851 ; à partir de cette date, la localité connaît un déclin démographique inexorable : deux-cent-vingt-six habitants en 1905, deux-cent-huit en 1968. La reprise ne prendra forme qu'à partir de 1975.

Jusqu'en 1685, la paroisse est une filiale de Marmoutier. En 1685, elle devient filiale de Haegen, puis, en 1757, d'Otterswiller dont elle dépend encore de nos jours. En 1454, on mentionne la chapelle Saint-Lambert, mais la paroisse est vouée à saint Lambert et sainte Balbine. À partir du milieu du XVIIIe siècle, on ne mentionne plus que Saint-Lambert.

L'abbaye de Marmoutier est collateur de la paroisse jusqu'à la Révolution. L'église actuelle date de 1866. Elle comprend un beau clocher roman du XIIe siècle. Elle remplace l'édifice de 1658, l'église ayant été entièrement dévastée durant la guerre de Trente Ans. Elle a fait l'objet d'un important programme de travaux qui a débuté en 1989 avec la rénovation intérieure suivie de celle de la chapelle et, enfin, celle de l'orgue dont le buffet avait été classé monument historique en 1977[12].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Gottenhouse

Les armes de Gottenhouse se blasonnent ainsi :
« D'azur à l'église d'argent, ouverte et ajourée de sable, essorée de gueules. »[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 François Wilt    
mars 2008 2014 Richard Beckerich[14]    
2014 En cours
(au 31 mai 2020)
Jean-Luc Simon [15]
Réélu pour le mandat 2020-2026
   
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2018, la commune comptait 382 habitants[Note 3], en diminution de 2,8 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
180226265270250247249291302
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
271266274225263252235229204
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
211226228208204197176195267
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
228208218285313352373389386
2018 - - - - - - - -
382--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Buffet d'orgue de Georg Friedrich Merckel (1691-1766) dans l'église catholique Saint-Lambert.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/bas-rhin-67
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Saverne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. [1]
  13. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  14. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  15. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :