Gordon Johncock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gordon Johncock
GordonJohncockPocono.jpg
Johncock à Pocono, sur la Wildcat-Cosworth.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (81 ans)
HastingsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Gordon Johncock, dit Gordy, né le à Hastings (Michigan), est un pilote automobile américain double vainqueur des 500 miles d'Indianapolis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Johncock devant le poleman Rick Mears, quelques tours avant l'arrivée de l'Indy 1982.

Sa carrière en compétition automobile American Championship car racing débuta en 1964 (première course à l'Illinois State Fairgrounds Racetrack de Springfield, à mi-saison). Sa première victoire d'importance eut lieu lors du Tony Bettenhausen 200 sur le Milwaukee Mile, en août 1965 (5e au championnat).

Lors de sa première victoire à l'Indy 500, son coéquipier Swede Savage (en) fut grièvement blessé lors d'un accident où sa voiture s'embrasa. Peu après Armando Teran l'un des membres de l'équipe fut mortellement heurté par l'un des camions de pompiers. La course fut définitivement arrêtée par la pluie à 18 heures alors que la voiture de Johncock dominait assez facilement les débats -comme il le confirma en 2004 à l'émission télévisée Big Ticket sur ESPN Classic (consacrée au duel final de l'Indy 1982)-, au 133e tour. Après une brève cérémonie de remise des prix Johncock alla immédiatement voir Savage à l'hôpital, et le banquet de clôture fut annulé. L'équipe se contenta de quelques hamburgers dans un fast food et Swede Savage décéda un mois plus tard.

En 1975 il démarra en première ligne, mais dut abandonner. En 1976 il décrocha le titre national USAC lors de la toute dernière course de la saison, face à Johnny Rutherford au Phoenix International Raceway. En 1976 et 1978 il a terminé troisième à Indianapolis, et en 1977 alors qu'il menait devant A. J. Foyt son vilebrequin se rompit à seize tours de l'arrivée. Il resta dans le championnat USAC jusqu'en 1978, puis intégra l'SCCA/CART (PPG) naissant la saison suivante, très régulièrement jusqu'en 1984.

Il remporta son deuxième Indy 500 en 1982 avec à peine 0,16 seconde d'avance sur Rick Mears, record jusqu'en 1991 pour ce qui reste le quatrième écart le plus faible entre les deux premiers dans l'histoire de la course (Al Unser Jr. gagna avec 0,043 seconde d'avance sur Scott Goodyear en 1992), malgré la détérioration de ses pneumatiques en fin de course et du fait d'un dernier ravitaillement trop généreux en carburant pour Mears. Dans la foulée de ce succès, il l'emporta aussi au Gould-Rex Mays 150 et au Norton-Michigan 500 en CART IndyCar, obtenant ainsi une « triple couronne » à l'époque (antérieurement admise en USAC depuis 1970). La légende raconte même que la cahoteuse voie des stands de l'IMS résista à tout re-surfaçage tant que Johncock fut là pour l'emprunter en carrière à grandes vitesses...

Johncock trouva son successeur chez Patrick Racing (en) en la personne d'Emerson Fittipaldi, à compter de la seconde moitié de la saison 1984, mais il revint en championnat occasionnellement, essentiellement pour disputer l'Indy en 1987, 1988, 1989, 1991 et une toute dernière fois en 1992 à 56 ans (également sa dernière course). Il fit une véritable pose dans sa carrière en 1985 pour être commentateur sportif sur IMS Radio, puis il prit une retraite définitive pour gérer son entreprise de bois dans le Michigan en 1992. Il ne participa pas aux festivités de l'Indy 2011 (centenaire de la course), mais il revint sur les lieux pour l'édition 2012.

Il a aussi disputé 21 courses en NASCAR Cup Series en obtenant trois top cinq lors du nombre limité de ses apparitions, avec deux quatrièmes places, à Rockingham en 1966 et à Daytona en 1973.

Titre[modifier | modifier le code]

Principales victoires en championnat[modifier | modifier le code]

USAC (20 victoires):

  • 1965: Tony Bettenhausen 200;
  • 1967: Rex Mays Classic et Hanford 200;
  • 1968: California 200 et Langhorne 150;
  • 1969: Rocky Mountain 150 et Brainerd 200;
  • 500 miles d'Indianapolis: 1973 (USAC) et 1982 (les deux fois pour l'écurie Patrick Racing, et STP en 1973);
    • 3e en 1976 et 1978;
    • classé dans les 5 premiers à 8 reprises, et dans les 10 premiers à 11;
    • 24 courses entre 1965 et 1992, dont 20 consécutives;
  • 1973 (autres): Trenton 200 et Arizona 150;
  • 1974: Tony Bettenhausen 200 et Bobby Ball 150;
  • 1975: Trenton 150;
  • 1976: Norton Twin 200s et Trenton 200;
  • 1977: Michigan Grand Prix et Bobby Ball 150;
  • 1978: Jimmy Bryan 150 et Gabriel 200;

PPG (5 victoires):

  • 1979: Arizona Republic Jimmy Bryan 150 (Phoenix) et Firestone Indy 500 (Brooklyn MI);
  • 1982 (suite): Gould-Rex Mays 150 (Milwaukee IndyFest) et Norton-Michigan 500 (Firestone Indy à Brooklyn);
  • 1983: Atlanta 500 Classic.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Images[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]