Goppenstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Goppenstein
Goppenstein
La gare de Goppenstein
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Valais Valais
District Rarogne occidental
Commune Ferden
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 07″ nord, 7° 45′ 18″ est
Altitude 1 216 m
Divers
Langue allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Goppenstein

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Goppenstein

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Goppenstein
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Goppenstein est un hameau de Suisse, dans le canton du Valais.

Traversé par le torrent Lonza, il est situé dans la vallée du Lötschen (Lötschental) à une altitude de 1 216 mètres. Son code postal est 3917.

Gare[modifier | modifier le code]

La petite gare de Goppenstein est à l’entrée sud du tunnel du Lötschberg, sur la ligne Brigue-Berne du BLS (axe ferroviaire Europe du nord-Bâle-Italie). C’est le point de chargement/déchargement du transport automobile (Autoverlad) vers/de Kandersteg.

Les cars postaux desservant Goppenstein vont vers le fond de la vallée du Lötschental (Ferden, Kippel, Wiler, Ried, Blatten, Fafleralp), vers Gampel et Steg (vallée du Rhône), et vers Loèche-les-Bains (Leukerbad).

Près de la gare de Goppenstein se trouve la fenêtre de Ferden du Tunnel de base du Lötschberg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Goppenstein, situé sur territoire de la commune de Ferden, fut après Sion le site le plus peuplé du canton pendant la construction du tunnel de faîte du Lötschberg entre 1906 et 1913. Une centaine d'habitants l'occupent actuellement.

L'on y exploita des mines de plomb depuis le XVe siècle, sporadiquement, jusqu´en 1750[3]. L'extraction reprit ensuite de 1896 à 1913 environ. Durant la Seconde Guerre mondiale, une concession fut réattribuée, mais seulement environ 40 tonnes de minerai et quelques wagons de quartz furent extraits.

À partir de 1944, le bas-Valaisan Joseph Dionisotti reprit la mine. Entre 1948 et 1953, il investit un million de francs suisses et construisit l'installation de traitement du minerai qui est visible encore aujourd’hui au-dessus du point de chargement des autos sur les trains-navette du BLS, à côté de la gare. L'exploitation cessa rapidement faute de rentabilité[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]