Good Girls Revolt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Good Girls Revolt
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original de la série.
Genre Série dramatique et historique
Création Dana Calvo
d'après le roman de Lynn Povich
Production Lynda Obst Productions
Annxbelita Films
Farm Kid
Amazon Studios
TriStar Television
Acteurs principaux Genevieve Angelson
Anna Camp
Erin Darke
Hunter Parrish
Chris Diamantopoulos
Joy Bryant
Musique Dhani Harrison et Paul Hicks
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Amazon Video
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 10
Durée 45-57 minutes
Diff. originale

Good Girls Revolt est une série télévisée américaine en 10 épisodes de 45 à 57 minutes, créée par Dana Calvo d'après le roman The Good Girls Revolt de Lynn Povich, lui-même basé sur des faits-réels, et diffusée entre le et le sur le service Amazon Video.

En France, la série a été diffusée le sur Amazon Video. Néanmoins, elle reste inédite dans tous les autres pays francophones.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La vie d'un hebdomadaire national News of the Week en pleines revendications pour les droits des femmes en 1969.

Les femmes dans la salle de presse sont reléguées à des postes de bas niveau alors quelles sont nombreuses à être plus talentueuses et mieux éduquées que leurs homologues masculins. Leurs recherches et leurs écrits ne sont pas reconnus et sont moins payées que les hommes.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs récurrents[modifier | modifier le code]

Version française 
  • Société de doublage : Deluxe Media Paris
  • Direction artistique : Christine Bellier
  • Adaptation des dialogues : Laurence Fattelay, David Blin & Abel-Antoine Vial
Source VF : Doublage Série Database[1]

Production[modifier | modifier le code]

Le , il est annoncé que Genevieve Angelson[2] et Anna Camp [3] viennent de rejoindre la distribution principale d'un pilote pour une série adaptée du roman The Good Girls Revolt et prévue sur le service de vidéo à la demande Amazon Video.

Le , elles sont rejointes par Chris Diamantopoulos et Joy Bryant[4].

Comme avec toutes ses séries, Amazon Video diffuse l'épisode pilote avant d'éventuellement commander la série pour tester son succès. L'épisode est donc mis en ligne le sur le service[5].

Le , Amazon Video annonce la commande d'une saison de neuf épisodes pour la série[6].

Le , le service annonce l'annulation de la série après une saison, malgré des audiences annoncées satisfaisantes, la série étant le deuxième meilleur démarrage pour une série originale de la plateforme après The Man in the High Castle[7].

Le , Sony Pictures Television annonce le développement d'une deuxième saison de la série grâce à la mobilisation de l'équipe ainsi que des fans suite à la controverse ayant touchée Amazon Video. La série sera ensuite proposée à plusieurs chaînes et services de streaming, voire à Amazon Video, le service ayant changé de direction[8].

Épisodes[modifier | modifier le code]

L'épisode pilote a été diffusée en avant-première le puis le reste de la série a été mit en ligne intégralement le .

  1. Altamont (Pilot)
  2. Sous surveillance (The Folo)
  3. Visions d'avenir (The Futures)
  4. Tensions (Out of Pocket)
  5. Nouvelle décennie (The Year-Ender)
  6. Luttes (Strikethrough)
  7. Happy Birthday (Puff Piece)
  8. Je suis là (Exposé)
  9. Changer le monde (Dateline)
  10. 23 mars (The Newser)

Autour de la série[modifier | modifier le code]

Controverse[modifier | modifier le code]

Le , le directeur de Amazon Video, Roy Price, est accusé de harcèlement sexuel par Isa Hackett, productrice de la série The Man in the High Castle, diffusée sur le service[9]. Par la suite, plusieurs propos sexistes qu'aurait tenus l'homme refont surface. Roy Price fini par confirmer les accusations et quitte son poste[10].

Suite à cela, Anna Camp, l’interprète de Jane Hollander, pointe du doigt le fait que la décision d'annuler la série ait été prise par Roy Price. Le fait que la série ait été un succès d’audiences pousse l'actrice ainsi que plusieurs membres de l'équipe, dont sa créatrice, à penser qu'elle a été une victime de la façon de penser de Roy Price. En effet, la série aborde le sujet du sexisme et du harcèlement sur le lieu de travail, ce dont Roy Price est accusé[11].

Suite à cette controverse, Sony Pictures Television décide en novembre 2017, de relancer le développement d'une deuxième saison pour proposer la série à plusieurs chaînes et services de streaming, voire à Amazon Video, le service ayant remplacé Roy Price par Sharon Tal Yguado[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du doublage de la série », sur Doublage Séries Database, (consulté le 22 octobre 2017)
  2. (en) Dominic Patten et Patrick Hipes, « Genevieve Angelson Joins Amazon’s Good Girls Revolt Pilot », deadline.com, (consulté le 25 juin 2016)
  3. (en) Dominic Patten, « Anna Camp Joins Amazon Pilot Good Girls Revolt », deadline.com, (consulté le 25 juin 2016)
  4. (en) Denise Petski, « Joy Bryant & Chris Diamantopoulos Join Amazon Pilot Good Girls Revolt », deadline.com, (consulté le 25 juin 2016)
  5. (en) Brian Steinberg, « Amazon’s Good Girls Revolt Aims To Revive Newsroom Drama », variety.com, (consulté le 23 octobre 2017)
  6. (en) Elizabeth Wagmeister, « Amazon Orders Newsroom Drama Good Girls Revolt to Series », variety.com, (consulté le 23 octobre 2017)
  7. (en) Nellie Andreeva, « Good Girls Revolt: No Season 2 At Amazon, Will Be Shopped Elsewhere », deadline.com, (consulté le 23 octobre 2017)
  8. a et b (en) Nellie Andreeva, « Good Girls Revolt TV Series Eyes Season 2 Comeback As Its Relevance Rises », deadline.com, (consulté le 17 novembre 2017)
  9. « Le chef des studios Amazon, Roy Price, démissionne après des accusations de harcèlement sexuel », huffingtonpost.fr, (consulté le 23 octobre 2017)
  10. (en) « Amazon Suspends Entertainment Chief Roy Price », wsj.com, (consulté le 23 octobre 2017)
  11. (en) Eleanor Cummins, « After Amazon’s Sexual Harassment Scandal, Good Girls Revolt’s Cancellation Seems Crueler Than Ever », slate.com, (consulté le 23 octobre 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]