Gonbad-e Qabus (tour)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gonbad-e Qābus *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Vue générale de la tour
Vue générale de la tour
Coordonnées 37° 15′ 29″ nord, 55° 10′ 08″ est
Pays Iran
Subdivision Gonbad-e Qabus, Golestan
Type Culturel
Critères (i), (ii), (iii), (iv)
Superficie 1.48 ha
Zone tampon 18 ha
Numéro
d’identification
1398
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 2012 (36e session)

Géolocalisation sur la carte : Iran

(Voir situation sur carte : Iran)
Gonbad-e Qābus
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

La tour de Gonbad-e Qabus est un monument funéraire de la ville de Gonbad-e Qabus, en Iran.

Nom[modifier | modifier le code]

Le nom persan de l'édifice est برج گنبد قابوس (bërj gonbad-e qâbus). On peut le trouver transcrit en écriture latine de différentes façons : Gonbad-e Qabus, Gonbad-e Qābus, Gonbad-e Kāvus, Gonbad-e Ghābus ou Gonbad-i Ghāboos.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La tour est érigée au sommet d'une petite colline en forme de dôme de 15 m de hauteur, dans le centre de Gonbad-e Qabus, ville de la province iranienne du Golestan. Elle occupe l'emplacement central du principal parc de la ville.

L'édifice est construit en briques cuites non vernissées[1] ; avec une hauteur totale de 53 m[1], il s'agit d'une des plus hautes tours entièrement en briques du monde[2]. Le plan de la tour est décagonal, en forme d'étoile à 10 branches de 17 m de diamètre au sol, et 15,5 m sous le toit. Elle est surmontée d'un toit conique, également en briques. Au total, la tour seule mesure 53 m de haut[1].

Les murs de la tour font 3 m d'épaisseur. Son intérieur est vide, et comporte des éléments d'architecture muqarnas.

Le bas de la tour comporte une inscription koufique en arabe :

بسم الله الرحمن الرحیم هذ القصر العالی الامیر شمس المعالی الامیر ابن الامیرقابوس بن وشمگیرامر به نبائه فی حیاتی سنه سبع و تسعين و ثلثماته قمریه و سنه خمس و سبعین و ثلثماته

« Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux ; cette tour a été construite par l'émir Shams al-Ma`âlî, fils de l'émir Qâbûs fils de Vushmagîr, qui ordonna sa construction de son vivant dans l'année lunaire 397 et l'année solaire 375 »

Historique[modifier | modifier le code]

La tour est construite en 1006 sur commande du sultan lettré ziyaride Amir Shams ul-Ma'ali, Qabus ibn Wushmgir. Bien que l'inscription qui figure à sa base ne mentionne pas explicitement qu'elle servit de tombe au sultan, une légende prétend que son corps fut exposé dans un cercueil de verre suspendu au plafond de la tour.

À sa construction, la tour est située à 3 km au nord de l'ancienne cité de Djordjan, capitale de la dynastie ziyaride. Elle devient le prototype des tours funéraires d'Iran et d'Asie centrale[1]. Elle est également la seule trace subsistante de Djordjan, détruite lors des invasions mongoles aux XIVe et XVe siècles[1] ; la ville actuelle qui porte son nom s'est développée autour de la tour au début du XXe siècle.

En 2012, alors qu'elle a dépassé un millénaire, la tour est inscrite au patrimoine mondial par l'UNESCO[1].

Littérature[modifier | modifier le code]

Selon le voyageur et écrivain britannique Robert Byron, il s'agit d'une photographie de la tour qui motiva son voyage en Perse ; en la visitant, il en conserve une haute opinion, écrivant dans The Road to Oxiana que « la Gumbad-i-Kambus s'élève parmi les grands édifices du monde »[3].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Gonbad-e Qābus », UNESCO
  2. (en) « Gonbad-e Qabus Tower », SkyscraperPage
  3. Robert Byron, Route d'Oxiane, Payot, (ISBN 978-2228895392)