Goliarda Sapienza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Goliarda Sapienza
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
GaèteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Goliarda Sapienza (née à Catane (en Sicile) le et morte à Gaète le ) est une comédienne et écrivain italienne contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Goliarda Sapienza[1] est née dans une famille socialiste anarchiste sicilienne recomposée et comptant de nombreux enfants[2]. Elle grandit au 20, rue Pistone à Catane. Son père, Giuseppe Sapienza, avocat, est une figure importante du socialisme sicilien jusqu'à l'arrivée au pouvoir des fascistes, et sa mère, Maria Giudice[3], également une figure importante de la gauche italienne[4], est directrice du Grido del popolo (Le Cri du peuple), le journal de la section turinoise du Parti socialiste italien, dont Antonio Gramsci est l'un des rédacteurs. Ses parents tiennnent à la garder éloignée des écoles fascistes et elle reçoit une éducation originale, athée et socialiste[4].

En 1940, une bourse d'étude permet à Goliarda Sapienza, âgée de 16 ans, d'entrer à l'Académie nationale d'art dramatique à Rome. Dans les années qui suivirent, elle se produit régulièrement sur les scènes de théâtre, entre autres dans des pièces de Luigi Pirandello. Elle travaille aussi de temps en temps dans le cinéma, avec plusieurs réalisateurs de renom mais souvent dans de petits rôles[5]. Tardivement, à presque 70 ans[4], elle enseigne la comédie au Centre expérimental de cinématographie de Rome.

Elle met fin à sa carrière d'actrice pour écrire, et commence un cycle de récits autobiographiques à la fin des années 1960 (Lettre ouverte (1967), Le Fil de midi (1969)), dans lequel elle parle de sa jeunesse, de sa relation avec ses parents, de la vie de sa famille durant le régime fasciste et son séjour dans un hôpital psychiatrique après une tentative de suicide. Les livres L'Université de Rebibbia (1983), dans lequel elle raconte son incarcération après un vol de bijoux, Les Certitudes du doute (1987) et Destin forcé (paru en 2002) complètent plus tard son œuvre[4].

Son roman L'Art de la joie, écrit entre 1967 et 1976, est considéré comme une œuvre majeure de la littérature italienne contemporaine. Il suscita pourtant des réticences initiales de la part des éditeurs italiens pour son contenu contestataire et féministe. Il est publié pour la première fois en 1998[6] à compte d'auteur par le mari de Goliarda Sapienza, Angelo Pellegrino (un acteur et écrivain italien), après la mort de celle-ci — en 1996 —, et passe à l'époque inaperçu[3]. C'est en 2005 avec la publication en Allemagne par Waltraud Schwarze, puis en France par son amie Viviane Hamy, qu'il devient un best-seller et un long-seller, traduit en quinze langues et enfin reconnu aussi en Italie[3],[7].

« Le certezze del dubbio » (Les certitudes du doute, Pellicanolibri, 1987) lui permet de rencontrer son compatriote, poète publié et éditeur, Beppe Costa, qui tente, en vain, de lui donner la rente de la loi Bacchelli, sans pouvoir obtenir une réimpression de ses œuvres. Il n'est publié en italien qu'en 1998, après la mort de son auteur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Lettera aperta (Lettre ouverte, 1967)
  • Il filo di mezzogiorno (Le fil de midi, 1969) (rassemblé avec Lettera aperta sous le titre Le Fil d'une vie, trad. française et préface de Nathalie Castagné, Paris, Viviane Hamy, 2008, (ISBN 978-2-87858-267-3) ))
  • L’Università di Rebibbia (L’Université de Rebibbia, 1983)
  • Le certezze del dubbio (Les certitudes du doute, 1987)
  • L'Arte della gioia, Angelo Maria Pellegrino, 1998, (L'Art de la joie, traduit de l'italien par Nathalie Castagné, Paris, Viviane Hamy, 2005, (ISBN 2-8785-8214-4))
  • Io, Jean Gabin (trad. Française Moi, Jean Gabin, Le Rayol, France, Éditions Attila, 2012, 176 p. (ISBN 978-2-917084-50-2)
  • Appuntamento a Positano (Einaudi, Turin 2015), (Rendez-vous à Positano, traduit de l'italien par Nathalie Castagné, Le Tripode, Paris 2017

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Une vie une oeuvre - Goliarda Sapienza (1924-1996) : la Madone indocile » [audio], sur France Culture
  2. « Goliarda Sapienza, la gloire posthume d'une écrivaine insoumise », sur www.telerama.fr, (consulté en juillet 2017)
  3. a, b et c « Le Charme de Goliarda Sapienza », sur www.causette.fr, (consulté en juillet 2017)
  4. a, b, c et d « Goliarda Sapienza, L'art de la joie (Viviane Hamy) », France Culture,‎ (lire en ligne)
  5. René de Ceccatty, « Sapienza, princesse hérétique », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  6. « L’art du paradoxe de Goliarda Sapienza », sur next.liberation.fr (consulté en juillet 2017)
  7. « Retour sur l'œuvre de Goliarda Sapienza », sur www.franceculture.fr, (consulté en juillet 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]