Goldikova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Goldikova
Image illustrative de l'article Goldikova
Goldikova au départ du Prix d'Ispahan en 2010

Père Anabaa
Mère Born Gold
Père de mère Blushing Groom
Sexe F
Naissance 2005
Pays de naissance Drapeau de l'Irlande Irlande
Pays d'entraînement Drapeau de la France France
Éleveur Wertheimer & Frère
Propriétaire Wertheimer & Frère
Entraîneur Freddy Head
Jockey Olivier Peslier
Rating Timeform 133
FIAH 130
Nombre de courses 27
Nombre de victoires 17
Gains en courses 5 201 564
Distinction Cheval de l'année en Europe (2010)
Principales victoires Breeders' Cup Mile
Prix Jacques Le Marois
Prix Rothschild
Prix du Moulin de Longchamp
Falmouth Stakes
Prix d'Ispahan
Queen Anne Stakes
Prix de la Forêt

Goldikova, est un cheval de course pur-sang anglais, née en 2005 de l'union d’Anabaa et Born Gold, par Blushing Groom. Elle appartient à Alain et Gérard Wertheimer, qui en sont les éleveurs, est entraînée par Freddy Head et montée par Olivier Peslier.

Carrière de courses[modifier | modifier le code]

2008[modifier | modifier le code]

Issue d'une illustre famille maternelle, Goldikova commence sa carrière à deux ans et remporte deux courses, sans toutefois se frotter aux meilleures pouliches de sa génération. Celle-ci est riche en éléments de valeur, de Proviso à Natagora, en passant bien sûr par Zarkava, appelée à la plus haute destinée. Suivant la filière classique, Goldikova ne trouvera que cette dernière pour lui barrer la route du succès classique : dans la Poule d'Essai des Pouliches d'abord, où elle termine deuxième, puis dans le Prix de Diane, sur 2 100 mètres, où elle accroche le second accessit, derrière Zarkava et Gagnoa. Mais la fille d'Anabaa est une pure mileuse, et le prouve en s'adjugeant le Prix Chloé (Gr.3), en prélude à une seconde partie de saison parfaite. En août, elle remporte son premier Groupe 1 dans le Prix Rothschild, puis domine les mâles et ses aînés dans le Prix du Moulin de Longchamp, où elle vient à bout de la tenante du titre, la championne Darjina. Ensuite, vient la consécration américaine dans la Breeders' Cup Mile, qu'elle gagne à Santa Anita, encore une fois devant le tenant du titre, l'Américain Kip Deville.

2009[modifier | modifier le code]

Tandis que Zarkava se retire de la compétition après son triomphe dans l'Arc, Goldikova poursuit sa carrière à 4 ans, s'affirmant comme la reine du mile, comme en son temps l'illustre Miesque, montée par Freddy Head, qui n'est autre que son entraîneur. Pourtant, la pouliche rate complètement son retour à la compétition au printemps 2009, échouant radicalement dans le Prix d'Ispahan, dont elle était la grande favorite. Mais elle se rattrape aussitôt, enchaînant trois victoires de groupe 1, dans les Falmouth Stakes en Angleterre, puis dans le Prix Rothschild où elle signe un doublé, avant de pulvériser l'opposition (et le record) dans le Prix Jacques Le Marois, qu'elle remporte par 6 longueurs. Il lui reste à remplir son second grand objectif de la saison, un doublé dans la Breeders' Cup Mile, réussi jadis par Miesque. Cela passe par une participation au Prix de la Forêt, sur 1 400 mètres, une distance que Goldikova n'a jamais abordée au cours de sa carrière. Elle y prend une méritoire troisième place, puis s'envole vers la Californie pour la Breeders' Cup Mile, où elle hérite d'un mauvais numéro à la corde, le 11, tout à l'extérieur. Après un départ prudent, la jument patiente à l'arrière-garde avant de produire son effort dans le dernier tournant et, au prix d'une splendide ligne droite, l'emporte à la fin, rejoignant Miesque dans la légende, et confirmant qu'elle est bien l'une des grandes championnes de la décennie. Elle est d'ailleurs sacrée dans la foulée Meilleur cheval d'âge de l'année en Europe et obtient le deuxième rating mondial par le FIAH, avec un score 130, derrière Sea The Stars (136), tandis que Timeform la crédite d'un rating de 132, devant le phénomène américain Zenyatta (131).

2010[modifier | modifier le code]

Goldikova fait son retour en compétition en mai 2010 à l'occasion du Prix d'Ispahan, sur une distance (1850 m) excédant légèrement ses aptitudes, mais cela ne l'empêche pas de s'imposer devant Byword, reléguant le reste du peloton à 10 longueurs et s'offrant au passage le record de l'épreuve. Puis elle retrouve le mile à Ascot, dans les Queen Anne Stakes, qu'elle s'adjuge également devant le tenant du titre Paco Boy, avant de triompher pour la troisième fois consécutive dans le Prix Rothschild, raflant au passage son dixième Groupe 1, ce qui lui permet d'égaler le total de Miesque. Il lui faut toutefois une victoire supplémentaire à ce niveau pour faire aussi bien qu'une autre championne de légende, Dahlia. Le Prix Jacques Le Marois, en août à Deauville, aurait pu être le théâtre de cet exploit, mais les pluies qui ont alourdi le terrain et un lauréat des 2000 Guinées, Makfi, de retour en forme, la privent de ce succès, Goldikova ne prenant qu'un méritoire premier accessit.

Le nouveau défi de Goldikova, est un triplé dans la Breeders' Cup Mile, ce qu'aucun cheval n'a jamais réalisé, dans aucune épreuve de la Breeders' Cup. Auparavant, elle se produit devant le public français dans le Prix de la Forêt. Malgré un terrain collant, elle ne rate pas ce rendez-vous avec Longchamp, en s'offrant ce onzième groupe 1 attendu, devant Paco Boy et Dick Turpin, avec l'aide d'un Olivier Peslier particulièrement inspiré. A Churchill Downs, où se déroule l'édition 2010 de la Breeders' Cup, Goldikova ne manque pas son rendez-vous avec l'histoire, malgré un adversaire de poids, le champion américain Gio Ponti, qui fut dauphin de Zenyatta dans la Breeders' Cup Classic en 2009. Positionnée près des chevaux de tête durant le parcours, elle s'envole à mi-ligne droite, jamais inquiétée par Gio Ponti, et réalise un exploit qui ne sera pas égalé de sitôt : une troisième victoire consécutive dans une épreuve de la Breeders' Cup. Définitivement une des plus grandes championnes de l'histoire des courses, elle détient parmi ses titres celui, honorifique, d'être le cheval européen à avoir remporté le plus de groupe 1 (12 au total) depuis l'introduction du système des groupes en 1970, devant Dahlia (11) et Miesque (10). Timeform augmente son rating d'un point, à 133, tandis qu'elle s'octroie un nouveau titre de cheval d'âge de l'année en Europe[1].

2011[modifier | modifier le code]

Pour que la légende Goldikova continue, son entourage décide de la maintenir à l'entraînement à 6 ans, ce qui est exceptionnel pour un cheval de ce calibre, puisque les champions rentrent au haras généralement à 3 ou 4 ans. Après la trêve hivernale, elle reprend le chemin des pistes d'entraînement au début de 2011 avec en ligne de mire, entre autres, une quatrième victoire dans le Breeders' Cup Mile. La championne effectue comme l'an dernier sa rentrée dans le Prix d'Ispahan, sur 1 850 m, et comme en 2010 elle s'y impose d'emblée, après une vive lutte face au champion Cirrus des Aigles[2]. En juin, elle défend son titre dans les Queen Anne Stakes, mais doit s'incliner face au meilleur miler d'âge anglais, Canford Cliffs, lauréat de quatre groupe 1 sur la distance, terminant bonne deuxième. De retour pour l'été sur son hippodrome fétiche, Deauville, elle reprend sa marche en avant en conservant son titre pour la quatrième fois dans le Prix Rothschild, ce qui lui permet de porter son total de victoires en groupe 1 à 14[3], et de s'approcher du record absolu dans ce domaine, détenu par l'Américain John Henry, vainqueur de 16 groupe 1. Elle échoue cependant à reconquérir son titre dans le Prix Jacques Le Marois l'épreuve reine du mile deauvillais, en subissant la loi d'un 3 ans, comme en 2010, en l'occurrence la pouliche Immortal Verse. En octobre, pour ses adieux à la France avant son envol pour les États-Unis, Goldikova ne parvient pas à s'imposer dans le Prix de la Forêt, s'inclinant d'une tête face à l'Anglais Dream Ahead.

À Churchill Downs, la jument fait l'événement en tentant l'exploit exceptionnelle de remporter une quatrième épreuve de Breeders' Cup, elle qui est la seule à en avoir gagné trois. Pour l'occasion, les organisateurs ont déplacé le Breeders' Cup Mile en fin de réunion, pour mettre en valeur l'événement et faire de la jument la star de la soirée. Malgré ses 6 ans, malgré une saison plus difficile où elle n'a gagné "que" deux courses, Goldikova, très soutenue par le public, est installée grande favorite de la course, où elle retrouve de vieilles connaissances américaines Gio Ponti et Courageous Cat, et d'ambitieux Européens comme le Français Byword ou l'Anglais Strong Suit. Avec le numéro 1 à la corde, Olivier Peslier parvient à donner à son habituelle partenaire un très bon parcours, et Goldikova aborde le dernier tournant dans le dos des premiers. À 200 mètres du but, la championne prend la tête et fait illusion pour la victoire, mais elle ne peut repousser les attaques conjuguées des Américains Turallure et Court Vision, ce dernier s'imposant d'un nez, retrouvant la victoire après deux ans d'insuccès, lui qui avait remporté plusieurs grandes courses. C'est donc sur cette très honorable troisième place que Goldikova fait ses adieux à la compétition, après une carrière exceptionnelle, et se retire au haras.

Victoire dans la Breeders' Cup Mile en 2008

Palmarès[modifier | modifier le code]

2008 :

2009 :

2010 :

2011 :

Tableau de bord[modifier | modifier le code]

Au haras[modifier | modifier le code]

Poulinière, Goldikova donne son premier poulain en 2013, nommé Goldikovic, par la star des étalons Galileo, auquel elle donne une propre sœur en 2014 baptisée Terrakova[4], qui en 2017 remporte le Prix Cléopâtre (Gr.3) et se classe 3e, comme sa mère, du Prix de Diane. Reconduite l'année suivante à Galileo, elle est ensuite saillie par un fils de ce dernier, le champion Intello[5].

Origines[modifier | modifier le code]

Portrait de Goldikova par Charles Church

Si 2009 a vu la consécration de Goldikova, c'est aussi l'année de la mort de Anabaa, qui fut durant plusieurs années l'un des tous meilleurs étalons officiant en France. L'histoire de ce sprinter, qui se révélera être un bon continuateur de Danzig au haras (10 vainqueurs de Groupe I), est romanesque : bien né, entraîné par Christiane Head pour le compte du Cheikh Maktoum Al Maktoum, il tombe gravement malade à 2 ans, souffrant de la "maladie du chien" (le syndrome de Wobbler). Pensant son cas désespéré, son propriétaire le laisse aux bons soins de la famille Head, qui contre toute attente le sauve, et propose de le restituer au Cheikh, lequel, par gratitude, refuse de reprendre son bien. C'est donc sous les couleurs Head que Anabaa fit une carrière de sprinter de haut niveau, s'adjugeant la July Cup et le Prix Maurice de Gheest, avant de devenir l'étendard de l'élevage Head.

Côté maternelle, Goldikova revendique l'héritage d'une lignée de femelles illustre :


Origines de Goldikova
Père
Anabaa
Danzig Northern Dancer Nearctic
Natalma
Pas De Nom Admiral's Voyage
Petitioner
Balbonella Gay Mecene Vaguely Noble
Gay Missile
Bamieres Riverman
Bergamasque
Mère
Born Gold
Blushing Groom Red God Nasrullah
Spring Run
Runaway Bride Wild Risk
Aimee
Riviere d'Or Lyphard Northern Dancer
Goofed
Gold River Riverman
Glaneuse

Références[modifier | modifier le code]

  1. By Marcus Armytage, « Cartier Awards 2010: Goldikova named Horse Of The Year », sur Telegraph.co.uk (consulté le 6 avril 2016)
  2. « Wonder mare Goldikova records a 13th Group One victory », sur Mail Online (consulté le 6 avril 2016)
  3. « Goldikova Makes History in Prix Rothschild », sur BloodHorse.com (consulté le 6 avril 2016)
  4. Paris-Turf, « Le premier fils de Goldikova à l'entraînement », sur Paris Turf - PMU, Quinté, Tiercé... Résultats et pronostics des courses (consulté le 6 avril 2016)
  5. « Goldikova et Intello, croisement de stars », sur Euroceles (consulté le 14 juillet 2016)