Goderville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Goderville
Le Vieux château.
Le Vieux château.
Blason de Goderville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Saint-Romain-de-Colbosc
Intercommunalité La Campagne de Caux
Maire
Mandat
Guy Fontanié
2014-2020
Code postal 76110
Code commune 76302
Démographie
Population
municipale
2 840 hab. (2014)
Densité 356 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 38′ 49″ nord, 0° 21′ 59″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 134 m
Superficie 7,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Goderville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Goderville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Goderville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Goderville
Liens
Site web goderville.com

Goderville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située en Seine-Maritime entre Le Havre et Fécamp, son code postal est 76110.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Goderville apparaît en 875, sur une charte du roi Charles le Chauve, concernant le dénombrement des biens appartenant au chapitre de Rouen.

Le bourg doit son nom à Godard des Vaulx et à l'appellatif -ville qui qualifie généralement un « domaine rural » au Moyen Âge.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une voie romaine existait entre Lillebonne (Juliobona) et Étretat qui passait par Goderville[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les Godard des Vaulx sont seigneurs du fief jusqu'en 1492, date à laquelle ils s'allient par mariage aux Roussel. Une lettre patente de mars 1651 érige Goderville en baronnie. Jusqu'à la Révolution, le territoire est une sergenterie. Le marché existe depuis le XVIe siècle, pour le lin notamment.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Goderville absorbe Crétot en 1825.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Jérome Le Hénaff, fils d'un ouvrier agricole de Plogonnec, fut militant de la Jac, puis du syndicat CFTC à Plogonnec. Parti travailler dans les Deux-Sèvres, puis en Seine-Maritime, il devint permanent syndical CFDT et signa notamment le les Accords de Varennes au ministère de l'Agriculture (ces accords supprimèrent le SMAG (salaire minimum agricole garanti), les ouvriers agricoles devant désormais être payé au SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti). Le , il fut décoré de la Légion d'Honneur à Goderville, où il résidait, par Pierre Beregovoy, alors ministre des Affaires sociales[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1888 1917 Célestin Bellet    
1936  ? B. Lefebvre    
mai 1977 juin 1996 Philippe Laurant   Docteur vétérinaire
mars 2001 mars 2014 Jacques Bunel   Préretraité
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Guy Fontanié   Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 840 habitants, en diminution de -2,34 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
610 703 775 756 1 138 1 167 1 305 1 302 1 305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 307 1 320 1 316 1 318 1 361 1 312 1 344 1 304 1 420
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 404 1 489 1 486 1 254 1 340 1 327 1 340 1 659 1 626
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 395 1 499 1 632 1 885 2 044 2 281 2 881 2 788 2 840
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Madeleine.
  • La commune compte deux monuments historiques :
    • une maison du XIXe siècle, située 29 rue Émile-Bénard, inscrite par arrêté du 18 juin 1986[7] ;
    • le Vieux château, construit à la fin du XIVe ou au début du XVe siècle puis modifié au XVIe siècle. Il a été inscrit par arrêté du 25 janvier 1996[8].
  • L'ancienne gare de Goderville.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Guy de Maupassant y a situé La Ficelle.
  • Célestin Bellet, maire de Goderville de 1888 à 1917.
    Buste de Celestin Bellet, maire de Goderville de 1888 à 1917.
  • Jean Prévost (1901-1944), écrivain et résistant dans le Vercors sous le pseudonyme de capitaine Goderville.
  • Antoine-Vincent Arnault (1766-1834), homme politique, poète et auteur dramatique français, de l'Académie française, mort à Goderville.
  • Émile Auvray (1864-1933), architecte, né à Goderville.
  • Gaëtan Deneuve, gardien de Fréjus-Saint-Raphaël, a fait ses débuts à l'US Goderville, le club de la commune, puis y est revenu lors de la saison 2011-2012.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Goderville

Les armes de la commune de Goderville se blasonnent ainsi :
palé d’or et d’azur de six pièces, au chef de gueules chargé de trois merlettes d’argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Soulignac Robert. Les calètes dans la région de Fécamp. EMTN. 1980.
  2. Robert Fort, "Ils ont révolutionné le monde rural. L'aventure de la JAC en Bretagne (1930-1970)", éditions Le Télégramme, 2001, [ (ISBN 2-909292-94-0)]
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Notice no PA00100671, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Notice no PA76000013, base Mérimée, ministère français de la Culture