Goderville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Goderville
Goderville
Le Vieux château.
Blason de Goderville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Intercommunalité Communauté de communes Campagne de Caux
(siège)
Maire
Mandat
Frédéric Carlière
2020-2026
Code postal 76110
Code commune 76302
Démographie
Gentilé Godervillais, Godervillaises
Population
municipale
2 863 hab. (2018 en augmentation de 2,69 % par rapport à 2013)
Densité 359 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 38′ 49″ nord, 0° 21′ 59″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 134 m
Superficie 7,98 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Romain-de-Colbosc
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Goderville
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Goderville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Goderville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Goderville
Liens
Site web goderville.com

Goderville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située en Seine-Maritime entre Le Havre et Fécamp, son code postal est 76110.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Goderville apparaît en 875 sous la forme Godardi villa[1] sur une charte du roi Charles le Chauve, concernant le dénombrement des biens appartenant au chapitre de Rouen[2].

Le bourg doit son nom à Godard des Vaulx et à l'appellatif -ville qui qualifie généralement un « domaine rural » au Moyen Âge[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une voie romaine existait entre Lillebonne (Juliobona) et Étretat qui passait par Goderville[3].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les Godard des Vaulx sont seigneurs du fief jusqu'en 1492, date à laquelle ils s'allient par mariage aux Roussel. Une lettre patente de mars 1651 érige Goderville en baronnie. Jusqu'à la Révolution, le territoire est une sergenterie. Le marché existe depuis le XVIe siècle, pour le lin notamment.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

La commune de Goderville est créée en 1793 dans le département de la Seine inférieure[4].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Goderville absorbe Crétot en 1825[4].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Jérome Le Hénaff, fils d'un ouvrier agricole de Plogonnec, fut militant de la Jac, puis du syndicat CFTC à Plogonnec. Parti travailler en Seine-Maritime, il devint permanent syndical CFDT et signa notamment le les Accords de Varennes au ministère de l'Agriculture (ces accords supprimèrent le SMAG (salaire minimum agricole garanti), les ouvriers agricoles devant désormais être payé au SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti). Le , il fut décoré de la Légion d'Honneur à Goderville, où il résidait, par Pierre Beregovoy, alors ministre des Affaires sociales[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1888 1917 Célestin Bellet Républicain Négociant
Conseiller général de Goderville (1895 → 1901)
    Étienne-Edmond Dallet    
1930 1938 Bernard Lefebvre    
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1977 1996 Philippe Laurant[6]   Vétérinaire
Décédé en fonction
1996 2014 Jacques Bunel[6] PS Retraité
2014 mai 2020[7] Guy Fontanié Centriste Ingénieur en maintenance retraité
Vice-président de la CC Campagne de Caux (2014 → 2020)
mai 2020[8] En cours
(au 10 août 2020)
Frédéric Carlière   Vice-président de la CC Campagne de Caux (2020 → )

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 2 863 habitants[Note 1], en augmentation de 2,69 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,04 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6107037757561 1381 1671 3051 3021 305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3071 3201 3161 3181 3611 3121 3441 3041 420
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4041 4891 4861 2541 3401 3271 3401 6591 626
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 3951 4991 6321 8852 0442 2812 7472 8142 881
2013 2018 - - - - - - -
2 7882 863-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Madeleine (Jacques-Eugène Barthélémy architecte), XIXe siècle.
  • Le château d'Antiville du XVIIIe siècle associé à un colombier en briques avec quatre chaînages de pierres blanches
  • La commune compte deux monuments historiques :
    • une maison du XIXe siècle, située 29 rue Émile-Bénard, inscrite par arrêté du [13] ;
    • le Vieux château, construit à la fin du XIVe ou au début du XVe siècle puis modifié au XVIe siècle. Il a été inscrit par arrêté du [14].
  • L'ancienne gare de Goderville.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Buste de Celestin Bellet, maire de Goderville de 1888 à 1917.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Goderville

Les armes de la commune de Goderville se blasonnent ainsi :
palé d’or et d’azur de six pièces, au chef de gueules chargé de trois merlettes d’argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Gendron - 2003 - Les noms des lieux en France: essai de toponymie - Page 124.
  2. a et b « La Commune de Goderville », sur goderville.com (consulté le 2 novembre 2018)
  3. Soulignac Robert. Les calètes dans la région de Fécamp. EMTN. 1980.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Goderville », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales
  5. Robert Fort, "Ils ont révolutionné le monde rural. L'aventure de la JAC en Bretagne (1930-1970)", éditions Le Télégramme, 2001, [ (ISBN 2-909292-94-0)]
  6. a et b « Maître Jacques Leconte nous a quittés : Goderville.Un homme estimé de tous vient de disparaître. », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne) « Maître Jacques Leconte, notaire à Goderville depuis 1971, a pris sa retraite en juin 2010. Il est décédé au milieu de la semaine dernière »
  7. « Goderville. Les derniers vœux du maire », Le Courrier cauchois,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2020).
  8. « Goderville. Frédéric Carlière élu maire », Le Courrier cauchois,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2020).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. Notice no PA00100671, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Notice no PA76000013, base Mérimée, ministère français de la Culture