God Bless America (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
God Bless America
Description de cette image, également commentée ci-après
Le réalisateur Bobcat Goldthwait (à droite) et les acteurs principaux, Joel Murray et Tara Lynne Barr, en 2012 au festival du cinéma américain de Deauville
Réalisation Bobcat Goldthwait
Scénario Bobcat Goldthwait
Acteurs principaux
Sociétés de production Darko Entertainment
Jerkschool Productions
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie noire, action
Durée 105 minutes
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

God Bless America est une comédie satirique américaine de Bobcat Goldthwait sortie en 2012.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Frank Murdoch a une vie pathétique : il est divorcé, à une fille extrêmement mal élevée qu'il n'a plus la garde, à les pires voisins possibles et a perdu son emploi, dans la société d'assurance où il travaille, pour un motif grotesque de politiquement correct (après que sa tentative maladroite de séduction d'une collègue de travail ait donné une plainte pour harcèlement sexuel). Conservateur, il est affligé par l'état de décadence de la société américaine et par son inhumanité, qui se manifeste notamment à travers des talk-show et des émissions minables et cruelles à la télévision. Il apprend enfin que ses migraines se révèlent être un cancer du cerveau inopérable...

N’ayant plus rien à perdre, il va alors sombrer dans une spirale infernale : après avoir hésité à se suicider avec son pistolet, il décide de quitter Syracuse et d'entamer un road-trip à travers les Etats-Unis (de New York, à la Virginie, en passant par le Kansas...) pour tuer, dans un dernier coup d'éclat, les personnes les plus viles et idiotes qu'il va croiser sur sa route. Après son premier meurtre, il est rejoint par Roxy, une lycéenne révoltée qui l'admire pour ses actes et qui, elle aussi, n'a plus rien à perdre car elle vivrait dans une caravane avec sa mère - qui se prostituerait pour acheter ses doses de crack - et l'ami de sa mère qui la violerait régulièrement.

Ensemble, ils tuent diverses personnalités médiatiques odieuses ainsi que les gens irrespectueux qu'ils croisent au hasard de leurs pérégrinations. Puis Frank apprend par son médecin qu'une erreur est survenue et qu'il n'a, en fait, pas de tumeur au cerveau. Il apprend également, peu après, que les parents de Roxy n'ont rien des parents horribles qu'elle prétend avoir. Il congédie alors Roxy, part à Hollywood et achète un fusil d'assaut AK-47 et des armes de poing au marché noir à un néonazi. Il s'introduit dans l'émission télévisée diffusée en direct « American Superstarz », qui reprend le concept de l'émission réelle American Idol (version française de Nouvelle Star) et exhibe à son public un jeune déficient mental dans le cynisme le plus total. Sur scène, il tue plusieurs spectateurs et fait la morale à l'Amérique toute entière. Roxy le rejoint inopinément et ils se mettent à tirer aveuglément sur le jury et le public. La police intervient alors et ils meurent pour leurs idéaux, criblés de balles.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]


Source et légende : version française (VF) sur AlloDoublage[3]

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie aux États-Unis, God Bless America a rencontré un accueil critique allant de mitigé à positif, recueillant 68 % d'avis favorables sur le site Rotten Tomatoes, basé sur 105 commentaires collectés et une note moyenne de 6.210[4], tandis qu'il obtient un score de 56100 sur le site Metacritic, basé sur 24 commentaires collectés[5]. En France, God Bless America rencontre un accueil critique comparable, obtenant une note moyenne de 45 sur le site Allociné, basée sur 24 commentaires collectés[6].

Box-office[modifier | modifier le code]

Sorti aux États-Unis dans quinze salles, God Bless America totalise 122,550 $ de recettes après neuf semaines à l'affiche[7]. Les recettes internationales s'élèvent à 271 330 $[8], portant le total du box-office mondial à 393 880 $. En France, le film totalise 64 331 entrées[9] après 14 semaines à l'affiche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) (fr) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. Le film est réévaluée en interdit aux moins de 16 ans lors de sa diffusion à la télévision.
  3. « Fiche du doublage français du film » sur AlloDoublage, consulté le 21 novembre 2012
  4. « God Bless America », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  5. « God Bless America », sur Metacritic (consulté le ).
  6. « « God Bless America » : critiques presse », sur Allociné (consulté le ).
  7. « God Bless America », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  8. http://www.boxofficemojo.com/movies/?page=intl&id=godblessamerica.htm
  9. « God Bless America », sur JP's Box-Office (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]