Goal of the Dead

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Goal of the dead)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Goal of the Dead
Réalisation Benjamin Rocher
Thierry Poiraud
Scénario Quoc Dang Tran
Marie Garel-Weiss
Nicolas Peufaillit
Ismaël Sy Savané
Tristan Schulmann
Laëtitia Trapet
Sociétés de production Capture the Flag Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie horrifique
Durée 140 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Goal of the Dead est un film français en deux parties réalisé par Benjamin Rocher et Thierry Poiraud, sorti dans quelques salles en février 2014 en Île-de-France et prévu plus tard dans le reste de la France.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Première mi-temps

Le grand club de football de l’Olympique de Paris va disputer un match contre le modeste club de Capelongue. Mais ce qui devait être une simple formalité vire à la catastrophe : une infection semblable à la rage se propage à Capelongue ! Les habitants du petit village se transforment en créatures ultra-violentes et très contagieuses. Samuel Lorit (ancienne gloire originaire de Capelongue et proche de la retraite), Idriss (jeune prodige arrogant), Coubert (entraîneur dépressif), ou encore Solène (journaliste ambitieuse) vont devoir tout tenter pour survivre...

Seconde mi-temps

Alors que des supporters « enragés » rodent dans un Capelongue dévasté, Sam est barricadé dans le commissariat avec d'autres survivants. À l’abri des infectés, il doit cependant faire face à la jeune Cléo, son bourru de père et surtout Solène, qui ne l'a pas oublié. De leur côté, Idriss et Marco sont restés planqués au stade...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France - région parisienne: [1],[2] (sortie en salles - 1re et 2e partie)
Drapeau de la France France : (sortie en vidéo[3])

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En 2010, un an après la sortie de La Horde, le producteur Raphaël Rocher développe un projet avec le scénariste Nicolas Peufaillit autour d'une idée qu'il avait trouvé marrante : réunir le football et les films de zombies. Ils réunissent ensuite une équipe de scénaristes composée de Tristan Schulmann (Suck my Geek), Ismaël Sy Savané (Lascars), Laëtitia Trapet. En 2011, le script est tellement dense que les producteurs décident qu'il y aura deux films, comme deux mi-temps d'un match de football. Ils font appel à la scénariste Marie Garel-Weiss.

Benjamin Rocher réalise la 1re mi-temps, alors que Thierry Poiraud se charge de la seconde partie du film.

Casting[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage n'a duré que 8 semaines. Franck Annesse du magazine So Foot a servi de consultant sur le plateau et pour la préparation des acteurs.[réf. nécessaire]

Sortie[modifier | modifier le code]

En plus de son format assez atypique, le film connaitra également une exploitation originale : les producteurs ont voulu créer l’évènement. Ainsi, le film sera présenté dans quelques salles parisiennes dès février 2014. Une tournée en province suivra ensuite cette sortie parisienne. Le film sortira ensuite le 4 juin 2014 en DVD et en Blu-ray[4].

« Il est compliqué de passer des accords avec des circuits (Gaumont-Pathé, UGC...). Il y a un embouteillage dans la programmation à cette période de l’année où les films d’animation et les grosses comédies françaises occupent un grand nombre d’écrans. Or nous voulions absolument réaliser une sortie cinéma au printemps pour pouvoir assurer une édition Blu-Ray DVD en juin au moment de la Coupe du monde. [...] Ce qui nous freine également, c’est que les circuits considèrent que le public des films de genre comme difficile, disons plus “réactif” en salles. Nous avions de bons contacts avec le circuit CGR qui a davantage l’habitude de diffuser ce genre de cinéma, mais nous n’avions aucune garantie sur la durée d’exploitation du film. Et c’est justement sur cette durée d’exploitation que nous voulons axer notre démarche concernant Goal of the dead. Nous pensons que c'est un long-métrage qui ne peut fonctionner que par le bouche-à-oreille. [...] Les salles indépendantes n’étaient pas partantes non plus car le projet n’entre pas dans les catégories auteur ou cinéma du monde qui sont le cœur de leur programmation[5] »

— Marie-Christine Fontaine, de la société de distribution française Luminor

.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]