Gnossiennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gnossiennes (Satie))

Gnossiennes
Liste des œuvres d'Érik Satie
Image illustrative de l’article Gnossiennes
El Bohemio (huile sur toile, 1891), portrait de Satie par Ramón Casas (Université Northwestern)[1].

Genre Musique classique, musique impressionniste
Musique Erik Satie
Dates de composition 1889 à 1897

Les Gnossiennes sont une œuvre pour piano solo en plusieurs parties d'Erik Satie composées entre juillet 1889 et janvier 1897.

Elles sont inspirées de sa période impressionniste et mystique et succèdent à ses trois Gymnopédies composées en 1888.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pour ses Gnossiennes mystérieuses, envoûtantes[2], et avant-gardistes, Satie invente un nouveau nom de forme original, dérivé du mot gnose (du grec ancien gnôsis : connaissance, gnoséologie)[3][source insuffisante] de la mythologie grecque . Il est impliqué à ce moment de sa vie dans des sectes et des mouvements mystiques gnostiques. Satie est également très inspiré par la mythologie grecque. Ses Gnossiennes sont également très inspirées de ses trois Gymnopédies précédentes de 1888 (inspirées des danses rituelles des fêtes religieuses Gymnopédies de la Grèce antique). Le mot gnossien[3] dérive du crétois Knossos ou gnossus, qui lient les Gnossiennes à Thésée, à Ariane et au Minotaure de la mythologie grecque. Plusieurs sites archéologiques relatifs à ce thème ont été excavés à cette époque. Selon le philosophe musicologue Vladimir Jankélévitch, pour Erik Satie « le temps gnossien, c'est le temps immobile, stoppé dans l'ostinato d'une chorégraphie et d'un rythme exclusifs de tout développement... La gaucherie et la raideur gnossiennes, apparentées en cela au primitivisme archaïsant du Sacre »[3]. Il est possible que Satie se soit également inspiré pour ce titre d'un passage de la traduction en anglais de l’Énéide de Virgile par John Dryden en 1697, où le mot serait apparu pour la première fois :

Let us the land which Heav'n appoints, explore;
Appease the winds, and seek the Gnossian shore
[4]

Satie compose les Gnossiennes dans la décennie qui a suivi la composition des Trois Sarabandes (1887) et des Gymnopédies (1888). Comme les Sarabandes et les Gymnopédies, les Gnossiennes sont souvent considérées comme des danses. Le vocabulaire musical des Gnossiennes est une continuation de celui des Gymnopédies (une évolution qui avait commencé avec les Ogives) et mène à l'expérimentation plus harmonique dans des compositions comme les Danses gothiques. Ces séries de compositions sont caractéristiques de Satie dans sa manière sérieuse, et en ce sens diffèrent de ses compositions de salon comme Waltz (1885 publiées en 1887), de cabaret (la valse Je te Veux), ses Cantorum pour piano seul, ou ses Préludes flasques (1912).

Trois Gnossiennes[modifier | modifier le code]

Fichiers audio
Gnossienne no 1
16 novembre 2010
Gnossienne no 2
16 novembre 2010
Gnossienne no 3
16 novembre 2010
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Ces trois Gnossiennes, composées en 1890, ont été publiées en 1893. Une révision avant leur publication en 1893 n'est pas improbable, la 2e Gnossienne peut même avoir été composée cette année-là (on lit la date « Avril 1893 » sur le manuscrit). Les versions pour piano seul des trois premières Gnossiennes sont sans indication de mesure ni barres de mesure[5][source insuffisante].

Elles sont d'abord publiées dans Le Figaro musical no 24 de (Gnossiennes no 1 et 3, puis encore no 2) et dans Le Cœur no 6-7 de septembre- (Gnossienne no 2 imprimé en fac-similé, puis numéroté no 6).

La première publication, groupée et numérotée, date de 1913. À cette époque, Satie avait indiqué 1890 comme date de composition pour les trois Gnossiennes. La première, d'inspiration orientale, a été dédiée à Roland-Manuel lors de la réimpression de 1913[6]. Alors qu'en 1893 l'impression en fac-similé de la 2e Gnossienne contenait une dédicace à Antoine de La Rochefoucauld, celle-ci ne se retrouve pas dans l'édition de 1913. Antoine de La Rochefoucauld avait été en 1891 cofondateur, avec Joséphin Peladan, de l'Ordre de la Rose-Croix catholique et esthétique du Temple et du Graal ; or au moment de la deuxième publication de la première série de trois Gnossiennes, Satie avait déjà rompu depuis longtemps avec les rosicruciens.

Le tempo ressemble à celui des Gymnopédies : tempos lents, respectivement « prêtés » (en français pour Lento), avec étonnement, et encore « prêtés ».

Un croquis ne contenant que deux mesures incomplètes, daté autour de 1890, montre Satie commençant à orchestrer la 3e Gnossienne.

Gnossiennes no 4-6[modifier | modifier le code]

Fichiers audio
Gnossienne no 4
16 novembre 2010
Gnossienne no 5
16 novembre 2010
Gnossienne no 6
16 novembre 2010
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Les Gnossiennes no 4-6 n'ont été publiées qu'en 1968. Aucune d'entre elles ne semble avoir été numérotée, ni même intitulée comme « Gnossienne » par Satie lui-même. La séquence de ces trois Gnossiennes dans la publication 1968 par Robert Caby ne correspond pas à l'ordre chronologique de composition. On ne sait pas si Satie a conçu ces compositions comme trois éléments d'une même série.

Gnossienne no 4[modifier | modifier le code]

Carême. Date de composition sur le manuscrit : .

Cette partie se présente ainsi : composée en la mineur, elle dispose d'une ligne de basse centrée autour d'un accord mineur IV (Dm), D, A, D, F, A, D, F, D, A, F, D, A, D. La partie basse transpose ensuite dans un ut mineur accord I l'ostinato, suivant le modèle C, G, C, Eb, G, C, Eb, C, G, Eb, C, G, C, Section B, généralement considérée comme une section très inspirée, utilise croches de comparer la mélodie mineure de la section A.

Gnossienne no 5[modifier | modifier le code]

Modéré (français pour Moderato). En date du , ce fut probablement la première composition de Satie après l'année 1888 : en tout cas, elle est antérieure à toutes les autres Gnossiennes connues (y compris les trois publiées en 1893).

Gnossienne no 6[modifier | modifier le code]

« Avec conviction et avec une tristesse rigoureuse ». Composée près de 8 ans après la première, en .

Le Fils des étoiles - Trois Morceaux en forme de poire (dite « Gnossienne no 7 » )[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Gnossienne no 7
16 novembre 2010
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Le Fils des étoiles musique de scène (composée en 1891) contient une Gnossienne dans le premier acte. Pour celui-ci, la dénomination de « Gnossienne » est certainement de Satie (comme il ressort de la correspondance avec son éditeur) [réf. souhaitée]. À la suite de cela, cette musique est parfois connue comme la 7e Gnossienne. Cette partie du Fils des étoiles a été réutilisée dans le premier mouvement de Trois morceaux en forme de poire.

Reprises et postérité[modifier | modifier le code]

Cinéma, télévision, et jeux vidéo[modifier | modifier le code]

La Première Gnossienne est reprise dans de nombreuses bandes son de films de cinéma et à la télévision, dont :

Dans au moins deux des œuvres citées, la Première Gnossienne revient comme un leitmotiv : dans quelques épisodes de Les Experts : Miami (CSI: Miami), dans un épisode de Glacé, dans l'adaptation à la télévision des Cinq Petits Cochons, roman d'Agatha Christie, ainsi que dans le film Paris, de Cédric Klapisch.

Les troisième, quatrième et cinquième Gnossiennes ont également servi d'illustrations sonores pour au moins trois autres œuvres cinématographiques :

Reprises ou réinterprétations de la Première Gnossienne[modifier | modifier le code]

  • Réinterprétée en Reggae par le groupe Family Fodder pour son titre The Big Dig paru en 1982 chez Fresh Records (UK) (en).
  • Revisitée en 2001 par Yann Tiersen pour la musique du film Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain : la première gnossienne est reconnaissable dans le thème du Moulin Orchestral
  • Ou en version plus Dub par Mandala : Gnossienne Dub issue de l'album 20 Years of Dub paru en 2003 (edizioni Satta Records distribuzione Suonimusic/Storie di Note).
  • Interprétée par Triste sire, dans les années 2003, face B de leur premier maxi, en version rock, avec un peu de larsen et la mélodie sifflée, chez Ariok Records.
  • Utilisée par Arthur H sous le titre La chanson de Satie, en duo avec Feist, sur l'album Adieu tristesse paru en 2005 chez Polidor.
  • Réinterprétée en anglais, sous le titre No Phrase, par la chanteuse de jazz danoise Cæcilie Norby (en), dans son album Arabesque, en 2010 chez ACT.
  • Interprétée version punk, par le duo (guitare, violon) Vaguement La Jungle, en 2013, sous le titre Satie ou Gnossienne no 1.
  • Citée par Orange blossom, dans l'album de 2014, Under the shade of violet, dans une chanson orientalisante Ya sîdî, chantée par Hend Ahmed Hassan.
  • Revisitée en 2016 par le quatuor italien Decostruttori Postmodernisti, version incluant un synthétiseur, un violon, un trombone et un thérémine.
  • Interprétée à la guitare électrique par Pensées Nocturnes, dans la piste Interlude Satierienne de l'album À boire et à manger, paru en 2016 chez Les Acteurs De l'Ombre Productions.
  • Utilisée dans le titre Hip-hop Guala de G-Eazy en duo avec Carnage, en 2017, sur l'album Step Brothers, paru chez BPG/RVG/RCA Records.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) (es) Isabel Coll Mirabent, Charles Deering and Ramón Casas: A Friendship in Art / Charles Deering Y Ramón Casas: Una Amistad en El Arte, Evanston (Illinois), Northwestern University Press, 2012, fig. 5 (p. 29.
  2. « Erik Satie – Gnossienne N°1 », sur www.lamusiqueclassique.com
  3. a b et c « gnossien », sur fr.wiktionary.org
  4. (en) Dryden, John, The Works of Virgil: Containing his Pastorals, Georgics, and Aeneis. London: Jacob Tonson, 1697. Book III, line 153.
  5. « Six gnossiennes d'Erik Satie », sur radioclassique.fr.
  6. Selon Valentin-Nicolae Bercă sur [www.romaniamagnifica.ro], le thème de la première Gnossienne pourrait venir des Doïnas traditionnelles d'Europe orientale, comme [1] ou [2], peut-être parvenues à Satie par Roland-Manuel, compositeur d'origine juive.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Gnossiennes » (voir la liste des auteurs).
  • (en) Coppens, Claude, program notes to the integral execution of Satie's Piano work, Gand, De Rode Pomp, 1–2 December 1995.
  • Gillmor, Alan M., Erik Satie (Twayne Pub., 1988, 2e éd. 1992; 387pp) (ISBN 0-393-30810-3)
  • G. Hengeveld, Gnossiennes,  éd. Broekmans & Van Poppel, No. 1227 (inclut l'étymologie du minotaure)
  • Todd Niquette, « Le rideau se lève sur un os », In: Revue internationale de la musique française, vol. 8, no 23, 1987 – le chapitre « Gnossiennes » contient une reproduction du manuscrit de la 2e Gnossienne telle que publiée pour la première fois en 1893.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]