Glossaire de la reliure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ce vocabulaire spécifique à la reliure est aussi employé par les libraires, les bibliothécaires et les bibliophiles, pour décrire les défauts ou les qualités d’un livre ancien, il est donc utilisé dans les transactions à distance (internet et autres), qui requièrent des descriptions complètes des reliures.

le jargon du relieur
Sommaire :

A[modifier | modifier le code]

Ais
Planchette de bois utilisée lors de la mise en presse et aussi plat d'un in-folio.
Appreture
Opérations qui précèdent et suivent l’endossure, comme l’épointage des ficelles, la passure en carton.
Arrondissure
Opération par laquelle on arrondit le dos du livre.

B[modifier | modifier le code]

Barbes
Nom de l’Inégalité du bord des feuilles du papier  quand il est fait à la main.
Basane
Matière de recouvrement de reliure (peau de mouton).
échantillon de basane
Battée
Une petite poignée de cahiers que l’on prenait autrefois pour fouler le papier imprimé avec un lourd manteau.
Bècheveter
Mettre tête-bêche les volumes pour faire une pile.
Bercer 
Action de redonner une forme plate.
Billot
Cube de bois servant qui sert à la mise en presse d’une petite quantité de volumes.
Brunissure
Opération qui permet de faire briller l’or des dorure sur les tranches.

C[modifier | modifier le code]

Cahier
Ensemble de feuillets pliés 1, 2, 3 ou 4 fois puis cousus les uns à la suite des autres au moyen d'un cousoir. Le fil utilisé est toujours du fil de lin, que l'on utilise des rubans de lin ou de coton ou encore des ficelles de chanvre.
Cambrure
Forme très légèrement cintrée des cartons des plats qui s’obtient en collant au verso de ceux-ci un papier approprié.
Chaînette
Le point d’arrêt que l’on fait en tête et en queue lors sur la couture d’un volume.
Chasse
Distance (3 à 4 mm) de laquelle les plats débordent du corps d'ouvrage, en tête, en queue et en gouttière. (voir schéma)
Chevillette
Outil le plus souvent en cuivre, qui sert à tendre les ficelles sur le cousoir.
Claie
Peau ou toile renforçant la liaison entre le corps de l’ouvrage et la couverture.
Coiffes
Extrémités du dos rabattues au-dessus des tranchefiles.
Contreplat
Intérieur du plat.
Corps d'ouvrage
Intérieur du livre, avant la couvrure.
Collationner
Vérifier la bonne suite des pages.
Couvrure
Le moment du contre-collage de la matière qui recouvrera le livre, on emboîte le corps dans la couverture, on confectionne la coiffe et parfois on pose les coins ou les bandes.

D[modifier | modifier le code]

Demi-reliure
Reliure dont les plats sont pour partie recouverts de papier.
Dos
Côté visible une fois le livre rangé normalement dans une bibliothèque et sur lequel on dore le titre.


E[modifier | modifier le code]

Ébarber
Égaliser ou réduire les écarts entre les différentes extrémités des marges des cahiers en gouttière et en queue.
Écoincon
Ornement doré triangulaire que l’on place dans un angle du décor.
livre avec écoincons
Entrenerfs
Distance séparant les nerfs entre eux.

F[modifier | modifier le code]

Faux dos
Bande collée au dos de la couverture.
Faux nerf 
Des languettes de cuir, de carton ou des ficelles du faux dos qui forment des saillies en relief.
Finissure
Étape finale de la reliure. On fait tous les perfectionnements de l’objet. on pose les coins de renforcement, la garniture des plats, on élague l’intérieur des plats. a lieu également le contrecollage et ébarbage des gardes, la rectification des gardes et des gouttières, le berçage des feuillets collés par la dorure éventuelle des tranches, le polissage du cuir. Une dernière mise en presse termine enfin le travail du relieur.
Fonds
Plis des feuillets doubles.

G[modifier | modifier le code]

Gardes
(1) Gardes blanches, placées au début et à la fin du volume avant la couture, pour le protéger et améliorer sa présentation ;
(2) Gardes couleur, en papier marbré, décoré ou uni, appliquées après la mise en toile ou en cuir et collées directement sur le contreplat.
Gouttière
Côté opposé au dos.
Grecquer
Entailler avec une scie le dos des cahiers qui sont maintenus dans une presse.

M[modifier | modifier le code]

Mors
Angle de 90° formé par le fond des cahiers de début et de fin lors de l'arrondissure. Il a pour hauteur l'épaisseur des plats qui viennent s'y plaquer. C'est aussi le nom du cuir ou de la toile qui revient sur les plats dans une demi-reliure.
Mosaïquage
Réunion de différents morceaux de peau par sertissage.

N[modifier | modifier le code]

Nerfs
À l'origine, traces visibles, en relief sur le dos, des nerfs sur lesquels le livre était cousu. Aujourd'hui ce ne sont plus que de simples décorations, qui tendent d'ailleurs à disparaître dans la reliure contemporaine.

P[modifier | modifier le code]

Plaçure
Préparation du corps d’ouvrage à la couture. elle détermine la qualité finale de la reliure et la facilité qu’on aura à ouvrir le livre. Il faut préparer le montage et placer les gardes. On effectue une première mise en presse en «battée» . Il faut parfois ébarber les cahiers à l’aide d’une cisaille biseautée ou simplement râper les extrémités.
Plats
Ce sont les deux cartons recouvrant le livre (plat avant et plat arrière...).
Plein
Ouvrage couvert entièrement du même matériau (plein cuir, pleine toile, etc.).

Q[modifier | modifier le code]

Queue
La queue est la partie inférieure de l'ouvrage.

S[modifier | modifier le code]

Signet
Ruban de marque-page, fixé en tête du livre.

T[modifier | modifier le code]

Tête
Côté supérieur de l'ouvrage (voir schéma).
Tranche
Indifféremment des trois côtés du livre autres que le dos, qui peut être de tête, de queue ou de gouttière.
Tranchefiles
Petite bande de soie ou de cuir, unicolore, bicolore ou tricolore, placée sous la coiffe, servant uniquement de décoration.