Gloria Macapagal-Arroyo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arroyo.

Gloria Macapagal-Arroyo
Illustration.
Gloria Macapagal-Arroyo en janvier 2007.
Fonctions
Présidente de la Chambre des représentants des Philippines
En fonction depuis le
(3 mois et 27 jours)
Législature 17e
Prédécesseur Pantaleon Alvarez
Présidente des Philippines

(9 ans, 5 mois et 10 jours)
Élection
Réélection
Vice-président Teofisto Guingona
Manuel de Castro, Jr.
Prédécesseur Joseph Estrada
Successeur Benigno Aquino III
Vice-présidente des Philippines

(2 ans, 6 mois et 21 jours)
Président Joseph Estrada
Prédécesseur Joseph Estrada
Successeur Teofisto Guingona
Députée à la Chambre des représentants
En fonction depuis le
(8 ans, 4 mois et 20 jours)
Élection
Réélection 13 mai 2013
Circonscription 2e circonscription de Pampanga
Prédécesseur Mikey Arroyo
Biographie
Nom de naissance Maria Gloria Macaraeg Macapagal
Date de naissance (71 ans)
Lieu de naissance Manille (Philippines)
Nationalité Philippine
Conjoint Jose Miguel Tuason Arroyo
Enfants Juan Miguel Arroyo
Evangelina Arroyo
Diosdado Arroyo
Diplômée de Université Athénée de Manille
Profession Économiste
Résidence Palais de Malacañang, Manille

Signature de Gloria Macapagal-Arroyo

Gloria Macapagal-Arroyo Gloria Macapagal-Arroyo
Vice-présidents des Philippines
Présidents des Philippines

Gloria Macapagal-Arroyo, née le à Manille, Philippines, est une femme d'État philippine. Elle a été la première femme vice-présidente, du au , et elle fut aussi la deuxième femme présidente des Philippines, du au . Elle est députée de Pampanga depuis le .

Elle est emprisonnée cinq ans, de 2011 à 2016, pour s’être appropriée des fonds publics destinés à des programmes caritatifs lorsqu'elle était au pouvoir. Elle est également sous enquête judiciaire pour fraude électorale lors des sénatoriales de 2007[1].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de l'ancien président Diosdado Macapagal (1910-1997) et d'Evangelina Macaraeg-Macapagal (1915-1999). Elle a fait des études d'économie aux États-Unis[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

De 1989 à 1992, elle est sous-secrétaire d'État au Commerce et à l'Industrie dans le gouvernement de Corazon Aquino. En 1992, elle est élue sénatrice puis réélue en 1995 jusqu'en 1998. Le , elle devient vice-présidente et secrétaire d'État aux Affaires sociales et au Développement, poste qu'elle quitte en octobre 2000[2].

Présidence[modifier | modifier le code]

Gloria Macapagal-Arroyo et Condoleezza Rice.

En janvier 2001, la Cour suprême des Philippines déclare le poste de président vacant à la suite du départ anticipé du président en titre, Joseph Estrada, impliqué dans une affaire de détournement de fonds. Le , Gloria Macapagal-Arroyo est nommée présidente[2]. Elle procède à plusieurs nominations de femmes ambassadeurs dans les pays asiatiques dirigés par des hommes[3].

En mai 2004, aux élections présidentielles, elle est opposée à quatre autres candidats dont l'acteur Fernando Poe Jr qui bénéficie du soutien de proches de l'ex-dictateur Ferdinand Marcos et de l'ex-président Joseph Estrada[4]. Après plusieurs semaines de contestation des résultats du scrutin par celui qui est surnommé le « John Wayne des Philippines »[4], dans tout le pays, elle est finalement déclarée vainqueure, avec plus d'un million de voix d'avance[5],[6].

Le , douze ouvriers agricoles grévistes et deux enfants sont tués dans un assaut policier ordonné par le gouvernement[7].

En juillet 2005, une crise éclate à la suite de la diffusion d'enregistrements de ses conversations téléphoniques avec un haut responsable de la commission électorale qui tendent à prouver l'existence de fraude électorale lors des élections de mai 2004. Dix de ses ministres démissionnent[8], et l'ancienne présidente, Corazon Aquino demande son départ. Mais elle reste en poste[2].

Le au soir, elle est hospitalisée à Manille pour des douleurs abdominales. Le , peu après sa sortie d'hôpital, elle signe, malgré de nombreuses protestations, une loi, approuvée par le Congrès deux semaines auparavant, abolissant la peine de mort. Et ceci à la veille de son voyage en Espagne, en Italie et au Vatican[9].

En novembre 2009, se produit sous son administration ce qui restera comme l'événement le plus meurtrier dans l'histoire du journalisme. Dans le sud de l'île de Mindanao, des dizaines de personnes dont 32 journalistes sont exécutées alors qu'elles accompagnaient un candidat de l'opposition dans sa campagne pour la fonction de gouverneur. Les Philippines sont considérées comme le troisième pays le plus dangereux au monde pour les journalistes par le Comité pour la protection des journalistes[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Gloria Macapagal-Arroyo est mariée depuis le à José Miguel Tuason Arroyo, dont elle a eu trois enfants : Juan Miguel en 1969, Evangelina Lourdes en 1971 et Diosdado Ignacio José María en 1974.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'ex-présidente Gloria Arroyo est libre » (consulté le 29 juillet 2016)
  2. a b c et d Auzary-Schmaltz et al. 2013, p. 2680-2681.
  3. Kauffmann et al. 2007, Le Monde.
  4. a et b Jocelyn Grange, « Philippines : élection du nouveau président », sur www1.rfi.fr, Radio France internationale, (consulté le 10 juin 2018).
  5. (en) Associated Press, « Fernando Poe Jr., 65, Philippine Actor-Politician, Dies » [« Fernando Poe Jr, acteur et homme politique philippin est mort à l'âge de 65 ans »], The New York Times, (consulté le 10 juin 2018).
  6. Encyclopædia Universalis, « 10 mai 2004 - Philippines. Réélection contestée de la présidente Gloria Macapagal Arroyo », sur Encyclopædia Universalis, (consulté le 10 juin 2018).
  7. « Massacre of Sugar Plantation Workers in Philippines »
  8. LM 2005, Le Monde.
  9. Rédaction LM, AFP et Reuters 2006, Le Monde.
  10. « Crimes contre la presse: retour sur le massacre de Maguindanao », RFI,‎ (lire en ligne)
  11. (en)Honorary Doctorates,Prize and Awards, Waseda University, consulté sur www.waseda.jp le 19 septembre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :