Glisolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Glisolles
Image illustrative de l'article Glisolles
Blason de Glisolles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Conches-en-Ouche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Conches
Maire
Mandat
Michel Blestel
2014-2020
Code postal 27190
Code commune 27287
Démographie
Gentilé Glisollois
Population
municipale
818 hab. (2014)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 03″ nord, 1° 01′ 17″ est
Altitude Min. 83 m – Max. 158 m
Superficie 10,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Glisolles

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Glisolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Glisolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Glisolles

Glisolles[1] est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Ses habitants sont appelés les Glisollois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Glisolles est une commune du centre du département de l'Eure. Elle appartient à la région naturelle du Pays d'Ouche[2].

Elle est limitée à l'est par La Bonneville-sur-Iton, au sud, par Gaudreville-la-Rivière, à l'ouest, par La Croisille et au nord par Ferrières-Haut-Clocher

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Glisolles est constitué d'un bourg et de cinq lieux-dits : le Bois du Chêne, la Bretonnière, le Bois des Fortières, le Bois d'Oissel, Oissel-le-Noble (ancienne commune rattachée en 1808 à Ferrières-Haut-Clocher[3]) et Grenieuseville (ancienne commune rattachée en 1808[4]), littéralement « village grigneux », c'est-à-dire qui grigne « fait la grimace » (homonymie avec Grigneuseville, Seine-Maritime).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Glisolles est bordé par le Rouloir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latine Ecclesiola dès 705, puis Iglisoles en 1130[5].

Ecclesiola au VIIIe siècle, du bas latin ecclesiolas, dérivé en -olas, probablement un diminutif du latin ecclesia, qui a donné le mot français église[6].

La signification en est donc : la "petite église". Le -s qui fait penser à un pluriel est purement factice et arbitraire comme ça arrive souvent en toponymie française; il ne faut pas lui attribuer le sens du pluriel.

Le passage de /e/ à /i/, puis son amuïssement, s'explique par l'accentuation différente de celui d' ecclesia.

Homonymie avec les nombreux Griselles et Grisolles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Glisolles

Les armes de la commune de Glisolles se blasonnent ainsi :
taillé, au premier de gueules au léopard d'or, au second de sinople aux tiges passées en sautoir, à la barre d'or chargée de trois sapins arrachés de sinople brochant sur la partition

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2005 2008 Bernard Depuydt    
mars 2008 2014 Martial Geslan    
mars 2014 en cours Michel Blestel SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 818 habitants, en diminution de -3,2 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312 316 311 255 297 334 337 380 334
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
342 341 349 271 311 283 285 290 250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
247 249 240 240 278 254 191 271 273
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
318 224 311 525 846 872 874 821 818
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « commune de glisolles »
  2. « Le pays d'Ouche », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 1er mars 2017).
  3. François de Beaurepaire, op. cit., p. 154.
  4. François de Beaurepaire, op. cit., p. 117.
  5. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 117
  6. François de Beaurepaire, op. cit.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Le Journal de Rouen du 7 mars 1938 [1]
  12. Encyclopédie des gens du monde: répertoire universel des sciences, des lettres et des arts; avec des notices sur les principales familles historiques et sur les personnages célèbres, morts et vivans, Artaud de Montor, Librairie de Treuttel et Würtz, 1836, v. 6, p.186.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :