Glenda Gray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Glenda Gray
Description de l'image Glenda Gray SA.jpg.
Naissance (57 ans)
Boksburg (Afrique du Sud)
Nationalité Sud-africaine
Domaines Médecine, Pédiatrie, VIH
Institutions University of the Witwatersrand
South African Medical Research Council
Columbia University
Renommée pour Recherches sur le VIH, Présidente du South African Medical Research Council.[1]

Glenda Elisabeth Gray, née à Boksburg en 1962, est un médecin et scientifique sud-africaine spécialisée en pédiatrie et spécialiste du virus de virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Elle est notamment lauréate de la plus haute distinction honorifique d'Afrique du Sud, l'Ordre de Mapungubwe (argent).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Glenda Gray naît à Boksburg, une ville minière proche de Johannesburg, en 1962. Son père est mineur et sa mère comptable, ils vivent dans une zone pauvre et conservatrice d'Afrique du Sud. La famille n'est pas conservatrice mais radicale, intégrée à la communauté noire. Elle est la cinquième enfant d'un fratrie de six, tous diplômés. Le père de Gray, qui a été à l'université, se montre ambitieux pour ses enfants et Glenda Gray souhaite devenir docteur dès l'âge de six ans.

En 1980, elle entre à l'universté de Witwatersrand où elle étudie pendant six ans[2] avant d'y travailler. Elle dirige le comité d'information sur le VIH de l'école, où sont scolarisés ses trois enfants. Elle raconte qu'à une réunion de parents d'élèves, Nelson Mandela, dont le petit fils était scolarisé au même endroit, s'est présenté. Par la suite, elle est restée en contact avec Nelson Mandela[2].

Active dans le mouvement anti-apartheid, elle participe aux campagnes visant à supprimer la ségrégation raciale dans les hôpitaux[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Membre de l'Académie des sciences d'Afrique du Sud, elle est également foreigh associate auprès de l'institut de médecine des États-Unis, dispose de la notation A de la National Research Foundation of South Africa et est membres de l'Académie américaine de microbiologie[3],[4]. Son expertise de recherche comprend le développement de microbiocides luttant contre les maladies sexuellement transmissibles et le développement de vaccin contre le VIH[5]. Elle est la directrice exécutive de l'unité de recherche pédiatrique sur le VIH du Chris Hani Baragwanath Hospital[6]. Elle a publié plus de 200 articles scientifiques et a reçu en 2012 un doctorat honoris causa de l'université Simon Fraser[7],[8]. Elle est titulaire de la distinction honorifique la plus élevée d'Afrique du Sud, l'Ordre de Mapungubwe (argent)[9].

Recherche et prévention contre la transmission du VIH[modifier | modifier le code]

Le VIH apparaît en Afrique du Sud vers 1990. Glenda Gray s’investit dans des campagnes de prévention du VIH. Elle s'intéresse également aux moyens de prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant. En 1993, elle crée une clinique qui propose des tests de dépistage et prodigue des conseils aux femmes enceintes. En 1996, la clinique devient une unité de recherche appelée Perinatal HIV Research Unit. Pour limiter les risques de transmission, elle propose que les femmes utilisent du lait artificiel. Cette prise de position a soulevé une polémique[2].

Le premier médicament, le Zidovudine qui prévient la transmission lors de l’accouchement, est inaccessible car trop cher pour les pays en voie de développement. Glenda Gray élabore un médicament plus efficace et moins cher. Cependant, le gouvernement refuse de distribuer ce médicament dans les hôpitaux, sous prétexte que le SIDA est dû à la pauvreté et non au VIH[10].

En 2001, elle intente un procès contre le gouvernement. Le procès et le soutien de Nelson Mandela mobilisent l'opinion publique. En 2003, la justice donne raison à Glenda Gray et autorise la diffusion du médicament, en Afrique du Sud[10].

Glenda Gray effectue des recherches sur un vaccin pour adultes. Elle dirige le plus important réseau de recherche sur un vaccin préventif contre le VIH[2].

En 2016, les premiers essais du vaccin sont menés[11].

En 2014, Glenda Gray fait partie des 100 personnes les plus influentes du Time 100.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2002, Nelson Mandela Health and Human Rights Award.
  • 2014, Ordre de Mapungubwe
  • 2017, Nob'Elles de Médecine

Références[modifier | modifier le code]

  1. Webmaster. "Our President", South African MEDICAL RESEARCH COUNCIL, Pretoria, 19 June 2014. Retrieved on 21 August 2014.
  2. a b c d et e Glenda Gray - the HIV Warrior, Mary Engel , 12 Novembre 2014, FredHutch.org, consulté le 17 mai 2016
  3. Woodward, Kristen. "Glenda Gray appointed new president of South African Medical Research Council", Fred Hutch HIV expert is first woman to lead nation’s premier medical-research organization, United States, March 2014. Retrieved on 21 August 2014.
  4. ASMacademy. "Glenda E Gray", American Society for Microbiology, United States, 2012. Retrieved on 21 August 2014.
  5. Dugmore, Heather. "Anatomy of Glenda Gray and the war against HIV", UNIVERSITY OF THE WITWATERSRAND JOHANNESBURG, Johannesburg, 17 January 2012. Retrieved on 21 August 2014.
  6. PHRU. "GLENDA GRAY, MBBCH, FCPAED (SA)", MEET OUR RESEARCHERS, Johannesburg, Date unknown. Retrieved on 21 August 2014.
  7. USA, Gov. "NCBI - Gray Glenda author search", PubMed, Baltimore, 21 August 2014.
  8. Unknown. "SFU congratulates Dr. Glenda Gray", Simon Fraser University, Vancouver, 20 March 2014. Retrieved on 21 August 2014.
  9. Government, South Africa. "Dr Glenda Gray - Order of Mapungubwe", THE PRESIDENCY REPUBLIC OF SOUTH AFRICA, Pretoria, Unknown date ~2013. Retrieved on 21 August 2014.
  10. a et b « Glenda Gray, en lutte contre le VIH », L'Histoire par les femmes,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2017)
  11. Rodrigue Loué, « L'Afrique du Sud donne l'espoir d'un vaccin contre le VIH | Africanews », Africanews,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2017)