Glatens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Glatens
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Castelsarrasin
Canton Beaumont-de-Lomagne
Intercommunalité Communauté de communes de la Lomagne tarn-et-garonnaise
Maire
Mandat
Claude Renard
2014-2020
Code postal 82500
Code commune 82070
Démographie
Population
municipale
75 hab. (2016 en augmentation de 5,63 % par rapport à 2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 40″ nord, 0° 55′ 05″ est
Altitude 240 m
Min. 133 m
Max. 255 m
Superficie 2,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Glatens

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Glatens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Glatens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Glatens

Glatens est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Glatenois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située en Lomagne limitrophe du département du Gers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Glatens[1]
Maumusson Esparsac
Castéron
(Gers)
Glatens
Cumont
(par un quadripoint)
Lamothe-Cumont Gimat

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les toponymistes de référence ne donnent aucune forme ancienne dans leurs ouvrages respectifs, ainsi ne connaît-on pas la forme primitive de ce toponyme. Ils en sont donc réduits à des conjectures[2],[3].

La terminaison -ens semble issue d'un suffixe, peut-être s'agit-il du suffixe germanique -ing[2], romanisé en -ingos[3]. En tout cas, cette hypothèse s'appuie sur les nombreuses occurrences de cette terminaison -ens dans le Sud-Ouest, dans certains cas formellement identifiée comme d'origine germanique. cf. Bessens (Tarn-et-Garonne, Besingus en 680) ou Flamarens (Gers, de Flamalingis en 1097), etc.[3].

Généralement, le premier élément des noms en -ingos > -ens est un anthroponyme de type germanique. Dans ce cas, il est plus difficile à identifier que le suffixe, faute de formes anciennes et de noms de lieux analogues dotés de formes anciennes. Il s'agit peut-être du nom de personne germanique *Glatto[2] ou Glad-[3]. Pour justifier l'existence d'un tel anthroponyme, ces mêmes toponymistes invoquent l'attestation en Gaule du composé Glatoldus (latinisation de Gladwald)[4].

Cette hypothèse étant peu satisfaisante, peut-être est-il alors nécessaire de considérer l'origine du nom Glatens comme étant semblable, du moins partiellement, et ayant un sens proche de celui des différents Glatigny du Nord de la France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge il y avait à Glatens un château dont on ne peut encore voir les traces que vues du ciel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Rémy Thau    
mars 2014 En cours Claude Renard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 75 habitants[Note 1], en augmentation de 5,63 % par rapport à 2011 (Tarn-et-Garonne : +5,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
125109136132134123127112104
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
11711712811710081938284
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
867866454543575547
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
463925303654565656
2013 2016 - - - - - - -
7475-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 332a sous Glatens
  3. a b c et d Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  4. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle (NPAG), Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 111b.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.