Glass (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Glass
Description de cette image, également commentée ci-après
Yvette Nicole Brown, M. Night Shyamalan, Samuel L. Jackson, Bruce Willis, Sarah Paulson et Anya Taylor-Joy au Comic-Con 2018.
Titre québécois Verre
Réalisation M. Night Shyamalan
Scénario M. Night Shyamalan
Acteurs principaux
Sociétés de production Blinding Edge Pictures
Blumhouse Productions
Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Genre thriller
fantastique
drame
super-héros
Durée 129 minutes
Sortie 2019

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Glass ou Verre au Québec, est un film de super-héros américano-chinois réalisé par M. Night Shyamalan, sorti en 2019. Il fait suite à deux précédents films du réalisateur, Incassable (2000) et Split (2017).

Synopsis[modifier | modifier le code]

David Dunn, l'homme « incassable », se lance à la poursuite de « La Bête », la personnalité surhumaine de Kevin Wendell Crumb. Elijah Price, le « Bonhomme qui casse », en hôpital psychiatrique depuis dix-neuf ans après avoir commis des attentats pour révéler les pouvoirs de Dunn, attend cet affrontement depuis sa cellule. Cependant, le docteur Ellie Staple veut les réunir pour les libérer de ce qu'elle considère comme un délire et les convaincre que leurs capacités surhumaines ne sont qu'une illusion.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Kevin Wendell Crumb, l'homme aux vingt-trois personnalités, auxquelles s'ajoute la personnalité maléfique de la Bête, a tué à deux reprises depuis son émergence devant Casey Cooke. Il retient quatre jeunes filles qu'il séquestre dans une usine abandonnée. David Dunn travaille désormais dans son commerce de dispositifs de sécurité, aidé par son fils Joseph, tout en continuant les opérations coup de poing contre les délinquants, et la rumeur l'appelle le Superviseur. En recherchant la Bête, Dunn réussit à trouver son repaire et à libérer les jeunes filles. Son affrontement avec la Bête tourne court lorsque tous deux sont arrêtés par la police.

Envoyés dans un hôpital psychiatrique, ils sont étudiés par le docteur Ellie Staple, qui tente de les soigner de ce qu'elle considère comme un délire et les convaincre qu'ils n'ont pas réellement de pouvoir surhumain. Or Elijah Price, l'homme doté d'une intelligence extrême mais dont les os se brisent très facilement, est également interné dans cet hôpital, cloué à une chaise roulante et apparemment abruti par les médicaments.

Le docteur Staple réunit les trois hommes dans une pièce et commence à faire douter David et les personnalités de Kevin de la réalité de leurs pouvoirs. Kevin reste toutefois dominé par ses personnalités multiples qui se succèdent les unes aux autres. Il demeure sous le contrôle des infirmiers grâce à un système de lampes à flash qui empêchent ses personnalités maléfiques de prendre le dessus. Casey, qui vit désormais en maison d'accueil depuis qu'elle a dénoncé son oncle pour ses abus, veut aider le docteur Staple. Au cours des retrouvailles, elle fait resurgir brièvement la personnalité de Kevin en posant sa main sur lui et en répétant son nom, avant que Dennis ne revienne.

En réalité, Elijah s'est arrangé pour remplacer les médicaments par de l'aspirine et a depuis longtemps contourné le système de serrure électronique. Une nuit, il va voir Kevin et le persuade que la Bête doit se révéler au grand jour dans le cadre d'un affrontement avec David. Comme dans les « comics », la révélation de leurs pouvoirs devra se produire dans un lieu public, en l'occurrence un gratte-ciel au moment de son inauguration.

Le lendemain soir, Elijah tranche avec un morceau de verre la gorge d'un gardien, retrouve Kevin et se fait conduire par lui dans les sous-sols, puis à l'extérieur du bâtiment. Il déprogramme également le système de jets d'eau qui retenait dans sa cellule David, qui est hydrophobe depuis qu'il a failli se noyer pendant son enfance, et menace de commettre un nouvel attentat dans un immeuble s'il ne se décide pas à nier la véracité de la théorie du docteur Staple.

L'affrontement entre les deux êtres surhumains a lieu sur le parking devant l'hôpital psychiatrique, sous les yeux de la psychiatre, de Joseph, de la mère d'Elijah et de Casey. David essaie de protéger les gardes tant bien que mal alors que la Bête détruit des voitures à mains nues. Leur affrontement se termine dans une citerne d'eau dont ils sont sortis avant de finir noyés.

Malgré leur force surhumaine, les deux hommes périssent à l'arrivée de la police : Kevin est tué par balle dans le ventre alors que Casey a réussi à refouler la personnalité de la Bête, tandis que David, encore affaibli, est noyé dans une flaque d'eau par un policier. Avant de mourir, il touche le docteur Staple et apprend la vérité : elle sait que les super-héros existent et son travail consiste en fait à les combattre, pour le compte d'une organisation secrète. Quant à Elijah, il est également mort, victime de blessures multiples, après avoir révélé à Kevin, forcé par Joseph, qu'il l'a « créé » de la même manière qu'il a « créé » David : le père de Kevin est en réalité mort dans l'accident de train qu'Elijah a causé qui a révélé la quasi-invulnérabilité de David, laissant Kevin en proie aux mauvais traitements infligés par sa mère qui entraîneront l'apparition de son trouble de la personnalité et de la Bête.

La mission du docteur Staple semble accomplie, et sa méthode a selon elle fait ses preuves, mais elle se rend compte qu'Elijah, avant de sortir de l'hôpital, a organisé un transfert vers l'extérieur des images des caméras de vidéo-surveillance : son but n'était pas d'organiser un combat dans le gratte-ciel, mais de révéler au monde l'existence des super-héros via Internet. Ces vidéos sont en effet reçues par Mme Price, Casey et Joseph qui les diffusent et se rassemblent dans une gare pour observer les passants qui découvrent la vérité sur leurs téléphones et les journaux télévisés : les super-héros existent bel et bien.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Production déléguée : Gary Barber, Roger Birnbaum, Kevin Scott Frakes et Steven Schneider
Production associée : Dom Catanzarite
Coproduction : John Rusk

Distribution[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

version française réalisée par la société de doublage Dubbing Brothers, sous la direction artistique d'Edgar Givry.
 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[9]
 Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[10]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le scénariste/réalisateur M. Night Shyamalan pour la promotion du film au San Diego Comic-Con 2018.

Après la sortie d’Incassable en 2000, des rumeurs ont fait état de suites possibles. L'acteur principal du film Bruce Willis dit alors vouloir une trilogie[11]. En , M. Night Shyamalan réfute l'information qu’Incassable est le premier volet d'une trilogie[11]. En , il révèle qu'à la suite du succès des ventes de DVD du film, Touchstone Pictures l'a approché pour une suite, une idée qu'il avait cependant soumise au studio, qui avait refusé en raison du box-office décevant du film[12]. En , M. Night Shyamalan et Samuel L. Jackson expliquent qu'il y a des discussions pour une suite mais que les résultats en salles d’Incassable sont un frein[13]. En , Bruce Willis se dit prêt à retrouver le réalisateur M. Night Shyamalan[14].

Split sort début 2017. Sa dernière séquence avec Bruce Willis révèle ainsi un lien avec Incassable, secret qui avait été jusque-là préservé. En , M. Night Shyamalan révèle sur Twitter qu'il a commencé l'écriture du script d'un film faisant suite à Incassable et Split : « 11 pages de la première version du nouveau scénario. J'écris des lignes et des idées sur des petits bouts de papier et des serviettes en papier. Ça commence. [...] Première semaine d'écriture de la première version du scénario. 20 pages. Comme un rituel, je lis une nouvelle d'Elmore Leonard pour être inspiré[15]. »

Pour la fin de sa trilogie, Shyamalan a mené son histoire vers la conclusion qu'il avait imaginée alors qu'il écrivait Incassable 19 ans auparavant, estimant à 7 versions du script[16],[17].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

L'ancien hôpital psychiatrique d'Allentown a servi de décors au film.

En , Sarah Paulson rejoint la distribution[18]. En septembre, deux acteurs de Incassable sont confirmés : Spencer Treat Clark et Charlayne Woodard. Ils reprennent ainsi 18 ans après leurs rôles respectifs de Joseph Dunn, le fils du personnage incarné par Bruce Willis, et celui de Mme Price, la mère du personnage campé par Samuel L. Jackson[19].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le à Philadelphie, la ville de cœur du cinéaste[20],[21]. L'hôpital utilisé pour le film est un ancien hôpital psychiatrique d'Allentown[22].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Glass
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de West Dylan Thordson
Sortie [23]
Genre musique de film
Label Back Lot Music

La musique du film est composée par West Dylan Thordson, déjà à l'oeuvre sur Split. Ce dernier incorpore des éléments des compositions de James Newton Howard pour Incassable. Dans le film, on peut par ailleurs entendre diverses chansons absentes de l'album : Shankbone Old School de Deja vu, Crazy About You de The Gunboat Diplomats, True Love de Jimmy Spellman, I Never Dreamed I Loved You de Connie Conway, House of Cards de Diane Fortune, Only The Light Knows de Vernous, Once It Was Mine de Judy Lunn et We're Changing de Corners[24].

Liste des titres
  1. Physicks - 1:21
  2. Brick Factory - 3:30
  3. Pink Room - 1:24
  4. Cycles - 4:57
  5. Backfire - 1:12
  6. Remember - 1:49
  7. Escape - 3:31
  8. David & Elijah - 1:45
  9. Pierce - 2:14
  10. Belief - 3:03
  11. Thru the Basement - 1:11
  12. Parking Lot - 5:13
  13. Unraveling - 1:56
  14. Ordinary Man - 2:07
  15. Kevin & Casey - 2:11
  16. Checkmate - 2:08
  17. Origin Story - 9:48

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le film reçoit des critiques mitigées. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, Glass n'obtient que 36% d'avis positifs pour 249 critiques et une note moyenne 510[25]. Sur Metacritic, il décroche une moyenne de 42100 pour 47 critiques[26].

En France, la presse est plus enthousiaste, avec une note moyenne de 3,5/5 sur Allociné[27]. Plusieurs mettent en avant le retour de Shyamalan, comme Le Figaro : « Avec Glass, dernier volet d'une trilogie, le réalisateur de Sixième sens confirme son retour au premier plan à Hollywood[28]. » Mais aussi Le Monde : « Le nouveau film du réalisateur américain confirme son statut de dernier grand romantique d’Hollywood[29]. »

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
111 048 468 $[2] 11
Drapeau de la France France 1 290 169 entrées[30] 11
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 933 200 entrées[30] 12
Drapeau de l'Italie Italie 578 253 entrées[30] 8
Drapeau de l'Espagne Espagne 911 576 entrées[30] 8
Monde Total hors États-Unis 135 950 571 $[2] 16
Monde Total mondial 246 999 039 $[2] 16

Distinctions[modifier | modifier le code]

Entre 2019 et 2020, Glass a été sélectionné 17 fois dans diverses catégories et a remporté 2 récompenses[31],[32].

Distinctions 2019-2020[modifier | modifier le code]

Année Festivals de cinéma Catégorie / Récompense Nominé(es) / Lauréat(es)
2019 Académie des films de science-fiction, fantastique et d'horreur - Saturn Awards Meilleur film d'action ou d'aventure - Nomination
Cercle des critiques de cinéma de Londres Jeune actrice britannique de l'année Anya Taylor-Joy Nomination
Prix Fright Meter
(Fright Meter Awards)
Meilleur acteur dans un second rôle Samuel L. Jackson Nomination
Meilleur acteur dans un second rôle James McAvoy
Meilleure actrice dans un second rôle Sarah Paulson
Meilleur réalisateur M. Night Shyamalan
Prix de la bande-annonce d'or Prix de la bande-annonce d'or de la Meilleure affiche d’un thriller - Lauréat
Meilleur affiche de film - Nomination
Affiche la plus originale -
Prix du public Film dramatique de l'année - Nomination
Star de film dramatique de l'année Samuel L. Jackson
Star de film dramatique de l'année Sarah Paulson
Prix nationaux du cinéma et de la télévision
(National Film and Television Awards)
Meilleur acteur James McAvoy Nomination
Prix Schmoes d'or
(Golden Schmoes Awards)
La plus grande déception de l'année - Nomination
2020 Société des critiques de cinéma d'Hawaii
(Hawaii Film Critics Society)
Pire film de l'année - Nomination
Prix Razzie[31],[32] Pire second rôle masculin Bruce Willis Nomination
Prix Yoga
(Yoga Awards)
Prix Yoga du Pire réalisateur étranger M. Night Shyamalan Lauréat

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Classification États-Unis : « Classé PG-13 pour la violence, y compris des images sanglantes, des éléments thématiques et un langage. »
  2. Classification France CNC : « La commission est d’avis que Glass qui se déroule dans un climat angoissant de violence ne convient pas aux mineurs de douze ans. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Glass - Société de Production / Sociétés de distribution » sur l’Internet Movie Database (consulté le 25 mars 2021).
  2. a b c et d (en) « Budget du film Glass », sur Box Office Mojo.com (consulté le 25 mars 2021).
  3. (en) « Glass - Spécifications techniques » sur l’Internet Movie Database (consulté le 25 mars 2021).
  4. (en) « Glass - Dates de sortie » sur l’Internet Movie Database (consulté le 25 mars 2021).
  5. « Verre - Dates de sortie », sur cinoche.com (consulté le 25 mars 2021).
  6. (en) « Glass - Guide Parental » sur l’Internet Movie Database (consulté le 25 mars 2021).
  7. « Visa et Classification - Fiche œuvre Glass », sur CNC (consulté le 25 mars 2021).
  8. « Glass - Guide Parental » sur Allociné (consulté le 25 mars 2021).
  9. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage.
  10. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage.qc.ca, consulté le 17 mars 2019.
  11. a et b (en) Brian Linder, « Willis' Unbreakable Trilogy Hopes Shattered », IGN,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2008)
  12. (en) Olly Richards, « An Unbreakable Sequel? », Empire Online,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2008)
  13. Casey Seijas, « Samuel L. Jackson, M. Night Shyamalan On The ‘Unbreakable’ Sequel That Never Was, But Might Be », MTV News,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2008)
  14. Rick Marshall, « Bruce Willis Says M. Night Shyamalan 'Still Thinking' About 'Unbreakable 2' », MTV News, Viacom, (consulté le 12 juin 2010)
    Bill Gibron, « 'Unbreakable 2' on the Horizon? », PopMatters, (consulté le 12 juin 2010)
  15. « Split : M. Night Shyamalan écrit déjà la suite », sur Allociné, (consulté le 3 octobre 2017)
  16. (en) Richard Newby, « 'Glass' Was Always Building Toward This Ending »,
  17. (en) Aaron Couch, « 'Glass': M. Night Shyamalan on an Ending He Dreamed Up Years Ago »,
  18. « Glass : Sarah Paulson rejoint James McAvoy et Bruce Willis dans la suite de Split », sur Allociné, (consulté le 3 octobre 2017)
  19. « Glass : M. Night Shyamalan retrouve deux acteurs d'Incassable pour la suite de Split », sur Allociné, (consulté le 3 octobre 2017)
  20. (en) Dave Trumbore, « M. Night Shyamalan’s ‘Glass’ Starts Filming », sur Collider, (consulté le 3 octobre 2017)
  21. Clément Cuyer, « Glass : début de tournage pour la suite de Split », sur Allociné, (consulté le 3 octobre 2017)
  22. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  23. (en) Glass (Original Motion Picture Soundtrack) - iTunes
  24. Glass la BO - Cinézik.org
  25. (en) « Glass (2019) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 20 janvier 2019)
  26. (en) « Glass reviews », sur Metacritic (consulté le 20 janvier 2019)
  27. « Critiques de Glass », sur allocine.fr (consulté le 4 juin 2019).
  28. Etienne Sorin, « Glass : l'incassable M. Night Shyamalan », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 juin 2019).
  29. Jacques Mandelbaum, « « Glass » : M. Night Shyamalan, maître des univers », sur lemonde.fr, (consulté le 4 juin 2019).
  30. a b c et d « Glass », sur JP's Box-office (consulté le 20 janvier 2019)
  31. a et b (en) « Glass - Distinctions » sur l’Internet Movie Database (consulté le 27 mars 2021).
  32. a et b « Palmares du film Glass », sur Allociné (consulté le 27 mars 2021).

Liens externes[modifier | modifier le code]