Giz Fouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Pays fouesnantais.
portrait de face d'une jeune fille en costume traditionnel
Giz fouen du pays Duig (pays de Quimperlé).

La Giz Fouen (prononcé guiz fwenn), ou « mode de Fouesnant », est une mode vestimentaire bretonne qui donne son nom à une aire de tradition occupant le sud-est de l'ancien évêché de Cornouaille (c'est-à-dire principalement le sud-est du Finistère, et pour une petite partie l'ouest du Morbihan). Cette grande aire (nommée Aven ou pays de l'Aven quand on parle de danses) regroupe une trentaine de communes. Elle est subdivisée en neuf terroirs, correspondant à neuf variantes principales de la mode giz fouen.

L'un de ceux-ci, le pays Fouesnantais, qui comprend huit communes, ne doit pas être confondu avec la vaste aire Giz Fouen dont il fait partie.

Situation[modifier | modifier le code]

Limitée au sud par le golfe de Gascogne, à l'ouest par l'Odet, au nord par les montagnes Noires, la Giz Fouen est entourée du pays Bigouden (au sud-ouest), du pays Glazik (au nord-ouest), du pays Chtou et du pays Pourlet (au nord-est), et du pays Lorientais au sud-est[1].

Frontière orientale[modifier | modifier le code]

La frontière orientale des traditions (costume, danses, langue, etc.) est sensiblement celle qui sépare l'ancien évêché de Cornouaille de l'évêché de Vannes (à l'exception notable de Clohars-Carnoët en ce qui concerne le costume)[1].

Elle ne suit donc pas la limite départementale Finistère-Morbihan.

  • Les communes de Guiscriff, du Faouët et de Lanvénégen sont comprises dans le département du Morbihan, mais cornouaillaises pour le costume, les danses et le parler.
  • À l'inverse, les communes de Guilligomarc'h, d'Arzano et de Rédené sont comprises dans le département du Finistère, mais appartiennent au pays Lorientais de tradition pour le costume, les danses et le parler.

Costume[modifier | modifier le code]

Photo en buste de trois jeunes filles en costume traditionnel breton.
Encadrant une jeune fille en costume de Plougastel-Daoulas (Finistère nord), deux variantes de la giz fouen.

Le costume giz fouen est porté dans toutes les communes frontalières de l'est, sauf à Clohars-Carnoët, commune cornouaillaise, située dans le département du Finistère, mais qui adopte le costume « aéroplane » du pays Lorientais (seul le chapeau masculin, à boucle rectangulaire à l'arrière, y est giz fouen)[2]. Le costume masculin de Langonnet et du Faouët est vannetais (pourlet).

Danses[modifier | modifier le code]

Dans la Giz Fouen et à Clohars-Carnoët[2], on danse la gavotte de l'Aven[3], en quadrette (il y a, comme pour le costume, des variantes locales[2]). Chez les voisins du pays Pourlet, on danse la gavotte Pourlet[4], en chaîne mixte. Et, en pays Lorientais, on danse l'en dro.

Parler[modifier | modifier le code]

En Giz Fouen et à Clohars-Carnoët on parle le breton cornouaillais, tandis que pays Pourlet et pays Lorientais ont chacun une variante de bas-vannetais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On emploie donc plus volontiers le nom de Giz Fouen (« mode de Fouesnant ») pour situer le domaine du costume : au sens strict, l'aire Giz Fouen ne comprend pas Clohars-Carnoët, ni le port de Concarneau (enclave penn sardin)[1]. Par ailleurs, il y a souvent confusion entre le pays Fouesnantais (huit communes) et le vaste domaine dont il fait partie, la Giz Fouen (plus de trente communes). Selon René-Yves Creston, le nom de giz fouen ne prouve pas que cette mode soit originaire du pays Fouesnantais[5].

On dit Aven quand on parle de danses (Clohars-Carnoët et toute la commune de Concarneau en font partie). Là encore, on peut confondre le petit pays de Pont-Aven (trois communes) et le grand pays de l'Aven qui s'étend « entre Odet et Laïta ».

Composition[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des pays de tradition bretons, la Giz Fouen voit ses limites évoluer ou ses traditions s'interpénétrer, ce qui offre prétexte à disputes dès que l'on se risque à parler frontières : le tracé par Creston des limites vestimentaires lui a valu d'être pris à partie « avec une vivacité hors de propos[6] ».

La giz fouen, célèbre pour sa coiffe particulièrement gracieuse[7], présente une unité certaine : « coiffes à rubans, collerettes empesées pour les femmes, larges chapeaux aux larges velours sans guides, gilets haut fermés, korniou et bruskou pour les hommes[8] ». Mais il ne faut pas y chercher la même homogénéité qu'en pays Bigouden. Dans la giz fouen, Creston distingue en effet neuf variantes principales — lesquelles se morcellent à leur tour en quantité de variantes locales, presqu'autant qu'il y a de communes[8]. Pour ce qui concerne l'année 1939 (époque où le maintien des traditions permet encore de tracer les limites des modes), il propose la répartition suivante[9]

Pays Melenig[modifier | modifier le code]

Le sobriquet Melenig (« petit jaune ») vient de la couleur dominante des somptueuses broderies du costume[10].

Article détaillé : Pays Melenig.

Mode de Rosporden[modifier | modifier le code]

Ancienne commune de Rosporden (ouest de la commune actuelle)

Mode de Scaër[modifier | modifier le code]

Mode de Guiscriff[modifier | modifier le code]

  • Langonnet, commune cornouaillaise voisinant avec le Vannetais, se trouve au contact de cinq cultures : chtou à l'ouest, poher et fisel au nord, pourlet (en Vannetais) à l'est et giz fouen au sud. Langonnet est de tradition chtou pour les danses. Le costume féminin, d'abord au sud, puis dans presque toute la commune, adopte la coiffe giz fouen[11]. Mais le costume masculin, lui, est pourlet. La tradition des costumes et des danses est maintenue par le cercle celtique Korollerien an Ele (ou cercle de l'abbaye de Langonnet), créé en 1952. Il porte le costume féminin de haute Cornouaille de Langonnet et le costume masculin de Priziac (pays Pourlet) : le « mouton noir aux mille boutons »[12].
  • Guiscriff
  • Le Faouët. Une caractéristique de la giz fouen est la grande collerette : Le Faouët se distingue par une petite collerette. Le costume masculin est pourlet, sauf le chapeau qui est giz fouen[11].
  • Lanvénégen

Pays Fouesnantais[modifier | modifier le code]

portrait de face d'une femme en costume traditionnel
Giz fouen du pays Fouesnantais.
Article détaillé : Pays fouesnantais.

Mode de Melgven et enclave penn sardin[modifier | modifier le code]

  • Beuzec-Conq (ancienne commune, rattachée en 1945 à celle de Concarneau).
  • Lanriec (ancienne commune, rattachée en 1959 à celle de Concarneau).
  • Dans le quartier du port de Concarneau (le centre-ville) on ne porte pas le costume paysan giz fouen, mais un costume citadin (cornette et penn sardin). La tradition des costumes et des danses est maintenue dans cette ville par le cercle celtique Ar Rouedoù Glas (« Les filets bleus »), fondé en 1945, qui évolue en première catégorie de la fédération War'l Leur. Il travaille ses chorégraphies en collaboration avec le bagad Konk Kerne[13]. Les costumes qu'il présente constituent un éventail des modes de 1900 à 1930 — costumes de fête et costumes de travail :
    • d'une part dans le registre rural de Beuzec-Conq et de Lanriec (l'encolure du costume féminin est ici de forme rectangulaire, et non arrondie comme à Bannalec) ;
    • d'autre part dans le registre maritime du centre ville (la cornette, coiffe de fête ; et la petite coiffe de travail penn sardin, avec chignon très formé et grand nœud qui la distinguent de la penn sardin de Douarnenez, plus pointue et portée plus en arrière)[14].
  • Melgven.
  • Trégunc.

Mode de Pont-Aven[modifier | modifier le code]

alignement, sur scène, de tous les danseurs d'un cercle celtique
Costumes de Riec, de différentes époques.

Presque toutes les coiffes giz fouen ont quatre ailes. La caractéristique principale de la variante Pont-Aven est une coiffe à deux ailes[15] : les mentonnières (la partie large qui est à l’arrière de la coiffe) sont supprimées. Les tabliers ont un devantier (à Beuzec-Conq et à Lanriec, il n'y en a pas)[14].

Pays Duig[modifier | modifier le code]

Mode de Moëlan[modifier | modifier le code]

Moëlan-sur-Mer, comme Le Faouët, se distingue par une petite collerette[11]. La coiffe est un mélange de la giz fouen (la forme du bonnet et les deux grandes ailes) et de celle du pays de Lorient portée jusqu'à la commune voisine de Clohars-Carnoët (les deux petites ailes à l'arrière du bonnet qui sont semblables à celles du béguin de la coiffe lorientaise). Le tablier a un grand devantier, un peu moins grand que la mode lorientaise. Cette mode est assez proche de celle des artisanes de Quimperlé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Mikael Bodlore-Penlaez, Divi Kervella, « Modes. Cœur de l'âme bretonne », Atlas de Bretagne (bilingue), Coop Breizh, 2011, p. 68.
  2. a b et c « Korollerien Laeta », sur kendalch.com.
  3. « Suite de gavottes de l'Aven », sur musiques-bretagne.com.
  4. « Gavotte Pourlet », sur dansesbretonnes.gwalarn.org.
  5. René-Yves Creston, Le Costume breton, Champion, 1993, p. 80.
  6. Pierre-Roland Giot, préface de René-Yves Creston, op. cit., p. 13.
  7. Serge Duigou, Jean Failler, « Le pays Fouesnantais : un pays de cocagne », La Cornouaille dans tous ses états, Palantines, 2013, p. 193.
  8. a et b René-Yves Creston, op. cit., p. 81.
  9. René-Yves Creston, op. cit., p. 81, cartes 25 et 26 (concernant l'année 1939), p. 85 (dessins de huit des neuf variantes principales de la coiffe). On trouve les mêmes neuf domaines sur une carte de Mikael Bodlore-Penlaez, Divi Kervella, « Modes. Cœur de l'âme bretonne », op. cit., p. 68.
  10. René-Yves Creston, op. cit., p. 84 et 87.
  11. a b et c René-Yves Creston, op. cit., p. 87.
  12. « Korollerien an Ele », sur korollerien-an-elle.com.
  13. « Le bagad Konk Kerne », sur filetsbleus.free.fr.
  14. a et b « Le cercle celtique Ar Rouedou Glas », sur filetsbleus.free.fr.
  15. « Cercle celtique Les fleurs d'ajonc de l'Aven », sur cerclederiec.canalblog.com, 23 octobre 2010.
  16. « Cercle celtique Giz' Kalon », sur filetsbleus.free.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]