Giuseppe Mattia Borgnis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Giuseppe Mattia Borgnis
Naissance
Décès
Activité

Giuseppe Mattia Borgnis, né le à Craveggia (Val Vigezzo), et mort le à West Wycombe (Londres), est un peintre italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 23 février 1701 dans une famille pauvre de Craveggia, il montre un penchant pour la peinture dès son enfance. Apprenti chez un peintre local à partir de 1710 jusqu'en 1716[1], son père l'envoie poursuivre ses études à Bologne et à Venise, où il sera très influencé par les artistes Giuseppe Maria Crespi et Giovanni Battista Piazzetta. Rentré à Craveggia à 19 ans, en raison de difficultés financières de sa famille, il commence à se dédier à des œuvres d'art sacré. Parmi ses élèves, les deux fils, Giovanni (né en 1728) et Pietro Maria (1743), ainsi que Julien de Parme, célèbre peintre suisse naturalisé français.

Ses œuvres les plus connues se trouvent au Val Vigezzo – ainsi que dans les localités environnantes, comme Baceno, Domodossola, Vallemaggia (Suisse), Varzo, Trasquera – et à West Wycombe, près de Londres.

Entre 1752 et 1755, il s'installe d'abord à Paris, puis à Londres. Il meurt à West Wycombe en 1761, en raison d'une chute d'un échafaudage lors de la réalisation d'une fresque.

Les œuvres[modifier | modifier le code]

Parmi les principales œuvres de Borgnis on rappelle les fresques de l'église de Santa Maria Maggiore (notamment La Gloire de Marie au Ciel dans la coupole centrale) et plusieurs peintures à l'huile. Dans la coupole centrale de l'église des Saints Jacques et Christophe à Craveggia, il peint le Paradis. Les fresques de Borgnis sont également présentes dans l'église de Sant'Ambrogio à Coimo (Druogno), dans l'oratoire de Gabbio (Malesco), dans l'église paroissiale de Campo (Vallemaggia) en Suisse. Il décore aussi des chapelles votives à Orcesco (Druogno), Villette (Italie), Trontano et Masera. A West Wycombe Park[2], dans la résidence d'été de Sir Francis Dashwood, Borgnis réalise plusieurs fresques[3], dont une copie – datée de 1752 et achevée par son fils Giovanni – d'Annibale Carracci.

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giacomo Gubetta : Craveggia, Tipografia Porta, Domodossola, 1891 (p. 189–192).
  • Tullio Bertamini : Giuseppe Mattia Borgnis pittore (Craveggia 1701 - West Wycombe 1761), revue Oscellana, XIII, 3-4, Domodossola, 1983.
  • Marina Dell'Olmo : La pittura del Sei e Settecento nel Novarese, Società Storica Novarese, Novare, 1996.
  • Dario Gnemmi : Borgnis in England, Ornavasso 2001.