Giuseppe Firrao (1670-1744)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Giuseppe Firrao.

Giuseppe Firrao, le Vieux
Image illustrative de l’article Giuseppe Firrao (1670-1744)
Biographie
Naissance
Luzzi
Ordination sacerdotale
Décès
Rome
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par Clément XII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Tommaso in Parione
Cardinal-prêtre de S. Croce in Gerusalemme
Évêque de l’Église catholique
Camerlingue du Sacré Collège
Archevêque d'Aversa
Archevêque titulaire de Nicée
Nonce apostolique en Suisse puis au Portugal
Protecteur du Collegio Maronita, de l'Ordre des Ermites de Saint Augustin et de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Giuseppe Firrao ( à Luzzi-) est un cardinal italien des XVIIe et XVIIIe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et jeunesse[modifier | modifier le code]

Guiseppe Firrao naît le à Luzzi, qui est alors un des fiefs de sa famille, dans le diocèse de Bisignano. Il descend d'une famille patricienne originaire de Naples. Il est le fils de Pietro Firrao, prince de Sant'Agata, et d'Isabella Caracciolo, issue elle-même de la famille des princes de Torrenova. Il est le grand-oncle du cardinal Giuseppe Firrao (1801).

Très jeune, il part pour Rome où il étudie au Seminario Romano, puis à l'Université La Sapienza où il obtient un doctorat in utroque iure, aussi bien en droit canonique qu'en droit civil, le .

Le , il intègre la prélature romaine en tant que référendaire du Tribunal suprême de la Signature apostolique. Vice-légat d'Urbino en 1697, il est nommé gouverneur de Loreto le , puis gouverneur d'Ancône le et enfin gouverneur des territoires de Civitavecchia et de Tolfa, et surintendant de Corneto le . Le , il devient gouverneur de Viterbo puis gouverneur de Pérouse et d'Ombrie du jusqu'au . Il est greffier de la Congrégation de la sacrée consulte et électeur surnuméraire du Tribunal suprême de la Signature apostolique, le .

Il reçoit les ordres mineurs le , il est nommé diacre le . Électeur au Tribunal suprême de la Signature apostolique, 1712. Visiteur apostolique des provinces de Marches et Ombrie en 1713, il est nommé nonce extraordinaire au Portugal afin d'apporter le fascie benedette au prince du Brésil en 1714.

Il est ordonné prêtre le .

Épiscopat[modifier | modifier le code]

Le jour même de son ordination, il est nommé archevêque titulaire de Nicée le (date de consécration inconnue). Il devient nonce apostolique auprès de la Suisse le et participe à la restauration de la discipline monastique et religieuse au sein du monastère de Campidona. Nonce apostolique au Portugal, , il est nommé abbé commendataire de l'abbaye de S. Samuele, Barletta, en juin 1723, puis abbé commendataire du monastère bénédictin de S. Maria di Passaca, dans le diocèse de Catanzaro. Il est nommé archevêque d'Aversa le , archidiocèse dont il démissionne le .

Cardinalat[modifier | modifier le code]

Il est élevé au rang de cardinal-prêtre lors du consistoire du et reçoit la barrette rouge de cardinal et le titre cardinalice de S. Tommaso in Parione, le . En mai 1733, il est nommé préfet de la Congrégation pour le port franc d'Ancône. Il devient cardinal secrétaire d'État le à la mort du cardinal Antonio Banchieri, et occupe ce poste jusqu'au . Nommé préfet de la Congrégation de la sacrée consulte d'Avignon; de la Sainte Maison de Loreto et de l’État de Fermo. Préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique le , il est fait protecteur du Collegio Maronita (maronite), à Rome, le . À partir de 1737, il est protecteur de l'Ordre des Ermites de Saint Augustin () et de l'Ordre souverain et militaire des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte. Nommé préfet de la Congrégation des évêques et des réguliers, le , il participe au conclave de 1740, qui élit le pape Benoit XIV. Il obtient le titre de S. Croce in Gerusalemme, le . Il est camerlingue du Sacré Collège du au .

Il décède le à 18h à Rome. Sa dépouille est exposée en l'église San Agostino, à Rome, où la capella papalis eu lieu en présence du pape Benoît XIV le 26 octobre 1744; il est enterré dans l'après-midi en face de l'autel principal de cette église, dans le sépulcre qu'il avait fait construire. Sur sa tombe est gravé son nom ainsi que le blason de sa famille.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Lorenzo Cardella, Memorie storiche de' cardinali della Santa Romana Chiesa, 9 vols, Rome, Stamperia Pagliarini, 1794, t.VIII, pp.252-253
  • (it) Niccolò Del Re, La Curia romana : lineamenti storico giuridici 4e ed. mise à jour et complétée, Cité du Vatican, Libreria Editrice Vaticana, 1998, p. 89
  • (de) Urban Finch, Die Luzerner Nuntiatur 1586-1873 : Zur Behördengeschichte und Quellenkunde der päpstlichen Diplomatie in der Schweiz Luzerne, Stuttgart, Rex Verlag, 1997,
    • Collectanea Archivi Vaticani, Bd. 40
    • Luzerner Historische Veröffentlichungen, Bd. 32
  • (it) Notizie per l'anno 1736, Rome,
  • (it) Nella Stamperia del Chracas, presso S. Marco al Corso, 1736, p.185
  • (it) Notizie per l'anno bissestile 1752 Rome : Nella Stamperia del Chracas, presso S. Marco al Corso, 1752, p.126;
  • (it) Remigium Ritzler et Sefrin Pirminum, Hierarchia Catholica Medii et Recientoris Aevi, Volume V (1667-1730). Patavii, Typis et Sumptibus Domus Editorialis "Il Messaggero di S. Antonio" apud Basilicam S. Antonii, 1952, p. 287
  • (it) Remigium Ritzler et Sefrin Pirminum, Hierarchia Catholica Medii et Recientoris Aevi. Volume VI (1730-1799). Patavii : Typis et Sumptibus Domus Editorialis "Il Messaggero di S. Antonio" apud Basilicam S. Antonii, 1968, pp. 6, 43, 49, 56 and 111;
  • (de) Christoph Weber et Michael Becker, Genealogien zur Papstgeschichte. Stuttgart : Anton Hiersemann, 1999-2002, 6 vol. (Päpste und Papsttum, Bd. 29, 1-6), V.I, p. 423;
  • (it) Christoph Weber, Legati e governatori dello Stato Pontificio : 1550-1809, Rome, Ministero per i beni culturali e ambientali, Ufficio centrale per i beni archivistici, 1994, (Pubblicazioni degli archivi di Stato. Sussidi; 7), pp. 117, 220, 282, 333, 418, 433 et 673.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]