Giuseppe Fava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Giuseppe Fava
Giuseppe Fava.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
CataneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités

Giuseppe Fava dit « Pippo » (Palazzolo Acreide, 15 septembre 1925 – Catane, 5 janvier 1984) était un écrivain, journaliste, dramaturge et metteur en scène italien, mort assassiné par la Cosa nostra[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Giuseppe Fava est né et élevé à Palazzolo Acreide, dans la province de Syracuse, en Sicile, il déménage à Catane pour étudier le droit dont il obtient la laurea en 1947.

Le journalisme[modifier | modifier le code]

Giuseppe Fava se dirige rapidement vers le journalisme et en 1952 devient journaliste professionnel puis rédacteur en chef du quotidien Espresso Sera à Catane, la principale ville de la côte est de la Sicile. En 1980 il rejoint Il Giornale del Sud, où il forme une équipe de jeunes journalistes et qu'il transforme en journal d'investigation. Fava a été congédié du journal[2].

I Siciliani[modifier | modifier le code]

En 1983, Giuseppe Fava et son équipe de journalistes indépendants fondent la revue mensuelle progressive I Siciliani (« Les siciliens »). Le magazine dénonce les liens entre la Mafia, les hommes politiques et d'affaires à Catane. Fava a également fait partie du mouvement contre le déploiement par l'OTAN de missiles de croisière (GLCM) à l'aéroport de Comiso, en juin 1983.

Cependant, Giuseppe Fava privilégie les enquêtes sur Cosa Nostra et son emprise tentaculaire dans la politique et les affaires, en particulier ceux des plus grandes firmes de construction de Catane, détenues par les quatre célèbres Cavalieri del lavoro (« Chevaliers du travail ») Carmelo Costanzo (it), Francesco Finocchiaro (it), Mario Rendo (it) et Gaetano Graci (it), un des propriétaires de Il Giornale del sud qui a limogé Fava.

L'engagement anti Mafia[modifier | modifier le code]

Son action sur cette affaire déterminera le sort de Fava. Gaetano Graci participait régulièrement aux parties de chasse avec Benedetto Santapaola, l'incontestable chef mafieux de Catane, qui était aussi sur la liste des salariés de Carmelo Costanzo.

Dans la première édition de I Siciliani Fava publie un article I quattro cavalieri dell'Apocalisse mafiosa (« Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse de la Mafia »), mettant le doigt sur la corruption et le trafic d'influence politique des quatre cavaliers rattachés à la Mafia locale, à la haute finance et aux personnalités politiques[3].

L'assassinat[modifier | modifier le code]

Le 5 janvier 1984, Giuseppe Fava a été tué alors qu'il attendait la sortie de sa petite-fille, qui répétait son rôle dans une comédie de théâtre[4]. La semaine précédente il avait été l'invité de l'émission de Enzo Biagi où il a dénoncé l'emprise de la Mafia sur le Parlement italien[5].

En 1994, Maurizio Avola, un neveu de Nitto Santapaola, a avoué le meurtre de Giuseppe Fava et est devenu un pentito. Il a également avoué 70 autres meurtres.

Le jugement[modifier | modifier le code]

Maurizio Avola a dit « que son oncle Nitto Santapaola avait ordonné le meurtre du journaliste, à titre gracieux pour les cavalieri »[6].

En 1998, les Santapaola et Aldo Ercolano ont été condamnés pour avoir ordonné le meurtre de Giuseppe Fava[7].

En 2001, la Cour d'appel de Catane a confirmé les peines « à vie » de Santapaola et Ercolano, le tueur Maurizio Avola a été condamné à six ans et demi, Marcello D'Agata, Vincenzo Santapaola et Franco Giammuso, qui étaient soupçonnés d'avoir aidé le meurtrier ont été acquittés.

En 2003, la Cour suprême a confirmé les condamnations de Santapaola, Ercolano et Avola[8].

Fondation Fava[modifier | modifier le code]

Afin de perpétuer la mémoire et l'engagement de Giuseppe Fava et des I Siciliani dans l'activité anti Mafia une fondation indépendante sans subsides d'état Fondation Fava stimule les activités contre la délinquance : création de centres de réinsertion, organisation de congrès et événements culturels surtout à l'école, publications de livres et mise en scène de pièces de théâtre[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Pièces mises en scène:

  • Vortice, inédit, 1947,
  • La qualcosa, avec Pippo Baudo, 1959,
  • Cronaca di un uomo, 1966,
  • La violenza, Palerme, Flaccovio, 1969,
  • Il proboviro. Opera buffa sugli italiani, Catane, Editrice Sud, 1972,
  • Bello, bellissimo, 1974,
  • Delirio, 1979,
  • Opera buffa, 1979,
  • Sinfonia d'amore, 1980,
  • Foemina ridens, 1980,
  • Ultima violenza. Dramma in due atti, Catania, Centro Editoriale Radar, 1982.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pagine, Catania, ITES, 1969; Messine, Mesogea, 2011. (ISBN 978-88-469-2089-8),
  • Gente di rispetto (1975),
  • Prima che vi uccidano (1977),
  • Passione di Michele (1980),
  • Processo alla Sicilia, Catane, ITES, 1967; Catane, Fondazione Giuseppe Fava, 2008,
  • I Siciliani, Bologne, Cappelli, 1980,
  • Mafia. Da Giuliano a Dalla Chiesa, Catane, Centro Editoriale Radar, 1982; Rome, Editori Riuniti, 1984,
  • La ragazza di luglio, Valverde, Il girasole, 1993,
  • Un anno, Catane, Fondazione Giuseppe Fava, 2003; Messine, Mesogea, 2010. (ISBN 978-88-469-2086-7).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claudio Fava, La mafia comanda a Catania 1960-1991. Rome-Bari, Laterza, 1992. (ISBN 8842038113)
  • Claudio Fava, Nel nome del padre. Milan, Baldini & Castoldi, 1996. (ISBN 8880891294)
  • Nando dalla Chiesa, Storie. Turin, Einaudi, 1990.
  • Umberto Santino (a cura di), L'antimafia difficile. Palerme, Centro siciliano di documentazione Giuseppe Impastato, 1989.
  • Rosalba Cannavò, Pippo Fava. Cronaca di un uomo libero. Catane, Cuecm, 1990.
  • Antonella Mascali, Lotta civile. Contro le mafie e l'illegalità, Milan, Chiarelettere 2009.
  • Massimo Gamba, Il Siciliano. Giuseppe Fava antieroe contro la mafia, Milan, Sperling & Kupfer, 2010. (ISBN 9788820049317)

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Giuseppe Fava », sur Treccani.it, Dizionario Biografico degli Italiani,
  2. Il est apparu que certains propriétaires du journal avaient des liens avec la Mafia.
  3. (it) « I quattro cavalieri dell’apocalisse mafiosa », sur Fondazionefava.it, I Siciliani, .
  4. (en)Anti-Mafia Campaigner Is Found Slain in Sicily, Associated Press, 7 janvier 1984
  5. (it) « I mafiosi stanno in Parlamento » (les mafieux sont au parlement), enregistrement audio-vidéo de la dernière interview de Giuseppe Fava avec Enzo Biagi le 28 décembre 1983.
  6. (it) Giuseppe 'Pippo Fava, par Sebastiano Gulisano, Polizia e Democrazia (2002)
  7. (en)Mafiosi jailed for life, BBC News, 19 juillet 1998
  8. (it) 25 anni fa l'omicidio di Giuseppe Fava, Antimafia Duemila, 5 janvier 2009
  9. (it)Pina La Villa. Giuseppe Fava: Un anno. Girodivite.it, 6 janvier 2004, consulté le 28 décembre 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]