Gisbertus Voetius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gisbertus Voetius
GisbertusVoetius.jpg

Gisbertus Voetius

Fonction
Ministre
Vlijmen et Heusden
à partir de
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
LeydeVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Parentèle
Johannes Voet (petit-fils)
Paul Voet (d) (fils)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Église réformée (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Maître

Gijsbert Voet, dit Gisbertus Voetius, né le 3 mars 1589 à Heusden et mort le 1er novembre 1676 à Utrecht, est un théologien, professeur et prédicateur néerlandais de l'Église réformée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Voetius fit ses études à l’université de Leyde où il subit l'influence de Gomar. C'est d'ailleurs auprès de lui qu'il obtint son doctorat à Groningue. En tant que prédicateur, il exerça à Vlijmen (1611) et à Heusden (1617) où se trouvait son frère Didericus, recteur de l'école latine.

Lors du synode de Dordt il fut un des plus jeunes participants. Il servit en tant qu'aumônier militaire au cours du siège de Bois-le-Duc en 1629 et il aida après la prise de la ville à organiser l'église réformée. En 1634 suivit sa nomination comme professeur à l'École d'Utrecht. Quand, en 1636, cette école fut élevée au rang d'université il prononça en tant que recteur le discours intitulé Scientia cum pietate conjugenda, consacré à l'interdépendance de la science et de la piété. L'année suivante le conseil presbytéral l'appela également en tant que prédicateur. Jusqu'à sa mort il fut titulaire de la chaire de la cathédrale Saint-Martin d'Utrecht, devenue temple protestant.

À côté de Voetius qui expliquait la dogmatique, Schotanus (nl) enseignait l'exégèse de l'Ancien Testament et Carolus de Maets l'exégèse du nouveau testament à la Faculté de Théologie de la nouvelle Université. Animés par un même esprit, ils firent bientôt d'Utrecht une forteresse de l'orthodoxie réformée. Parmi les plus brillants des étudiants et des continuateurs de Voetius on trouve Jodocus van Lodenstein (nl), et par la suite c'est surtout Anne Marie de Schurman qui a retenu l'attention.

Voetius exerça une influence considérable sur la doctrine et sur la vie de l'Église réformée et pour cette raison on l'a appelé le pape d'Utrecht. Il défendit l'orthodoxie la plus stricte et la discipline morale, il lutta pour l'indépendance de l'Église, notamment dans les communautés locales.

Voetius a été l'âme du piétisme ecclésiastique, de ce que l'on appelle la « Réformation continuée ». En cela, il se rapprochait de l'esprit des puritains anglais. Il a combattu Jansénius, les Remonstrants, Henricus Regius, Cocceius et Jean de Labadie et Descartes, qu'il soupçonnait d'athéisme. Il est enterré dans l'église Sainte-Catherine à Utrecht.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les controverses du cartésianisme.

Son œuvre, souvent controversée, a été défendue par son fils Paul (de) et son petit-fils Jean.

Publications[modifier | modifier le code]

Ses travaux principaux sont :

  • Theologia practica;
  • Selectae disputationes theologicae (cinq parties, Utrecht 1648-1669), enseignement de morale pour l'Église réformée;
  • Politica ecclesiatica (1663-1667), au sujet de la vie de l'Église dans les communautés;
  • Te askètika sive exercitia pietatis (1664, publié en 1996), un manuel pour la vie pieuse et morale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • W. J. van Asselt, E. Dekker, éd., De scholastieke Voetius: Een luisteroefening aan de hand van Voetius' Disputationes Selectae, Boekencentrum, Zoetermeer 1995.
  • Andreas J. Beck, Zur Rezeption Melanchthons bei Gisbertus Voetius (1589-1676), namentlich in seiner Gotteslehre, In: Günter Frank, Herman Selderhuis, éd., Melanchthon und der Calvinismus, Melanchthon-Schriften der Stadt Bretten, 9. Frommann-Holzboog, Stuttgart-Bad Cannstatt, 2005, p. 319-344.
  • Andreas J. Beck, Gisbertus Voetius (1589-1676). Sein Theologieverständnis und seine Gotteslehre, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2007 (FKDG, 92).
  • Andreas J. Beck: « Gisbertus Voetius (1589-1676): Basic Features of His Doctrine of God." In: Willem J. van Asselt und Eef Dekker, éd. Reformation and Scholasticism: An Ecumenical Enterprise, Grand Rapids, Mich.: Baker Academic, 2001, 205-226.
  • Reinhard Breymayer, Auktionskataloge deutscher Pietistenbibliotheken [...], In, Bücherkataloge als buchgeschichtliche Quellen in der frühen Neuzeit, Hrsg. von Reinhard Wittmann. Wiesbaden (1985) (Wolfenbütteler Schriften zur Geschichte des Buchwesens, Bd. 10), p. 113-208; hier p. 150-154 zur Privatbibliothek des orthodoxen Theologen G. Voetius.
  • A. C. Duker, Gysbertus Voetius, I-III Leiden 1897-1915 (reprint Leiden 1989).
  • Aza Goudriaan, « Die Bedeutung der Trinitätslehre nach Gisbert Voetius », Harm Klueting, Jan Rohls, éd., Reformierte Retrospektiven: Vorträge der zweiten Emder Tagung zur Geschichte des Reformierten Protestantismus, Emder Beiträge zum reformierten Protestantismus, 4. Foedus Verlag, Wuppertal 2001, p. 137-145.
  • Aza Goudriaan, Reformed Orthodoxy and Philosophy, 1625-1750. Gisbertus Voetius, Petrus van Mastricht, and Anthonius Driessen, Brill’s Series in Church History, 26. Leiden [etc.]: Brill, 2006.
  • Christian Möller, Einführung in die Praktische Theologie, Tübingen 2004 (UTB 2529).
  • Andreas Mühling, « Zwischen Puritanismus, Orthodoxie und frühem Pietismus - Gisbert Voetius und die 'Nadere Reformatie », Monatshefte für Evangelische Kirchengeschichte des Rheinlandes, no 52, 2003, p. 243-254.
  • Andreas Mühling: Art. « Voetius, Gisbert », Theologische Realenzyklopädie 35, 2003, p. 181-184.
  • Han van Ruler, The Crisis of Causality. Voetius and Descartes on God, Nature and Change, Brill, Leyde ; New-York; Köln, 1995.
  • B. Hoon Woo, « The Understanding of Gisbertus Voetius and René Descartes on the Relationship of Faith and Reason, and Theology and Philosophy », Westminster Theological Journal 75, no 1, 2013, p. 45-63.
  • Erich Wenneker, « Voetius, Gisbert », dans Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL) , Band 12, Herzberg 1997 (ISBN 3-8830-9068-9), Sp.1549–1554..

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]