Girolamo da Treviso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un peintre italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Girolamo da Treviso
Girolamo da Treviso cat01.jpg

Allégorie protestante, Collection Winsor

Naissance
Décès
Activités

Girolamo da Treviso, ou Girolamo di Tommaso da Treviso le Jeune ou Girolamo Trevigi ou Girolamo da Trevigni[1] (Trévise, 1508 - Boulogne-sur-Mer, 10 septembre 1544) est un peintre italien de la haute Renaissance, classé dans l'école de Bologne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vénus,

Girolamo da Treviso pourrait avoir été un élève de Pier Maria Pennacchi. Stylistiquement, il est associé à Giorgione, et, pendant son travail à Bologne dans les années 1520, à l'influence de la Sainte Cécile de Raphaël.

Outre son travail à Bologne, comme la décoration sculpturale du portail de San Petronio et de peintures de grisaille à l'intérieur, il a également été actif à Gênes, Faenza, Trent et au Palais du Te de Mantoue.

Peintre mais aussi architecte et ingénieur militaire pour le roi Henri VIII d'Angleterre[1],[2], il fut tué par le tir d'un canon pendant le siège du Boulogne-sur-Mer en 1544.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Ange musicien, plume et encre brune, lavis, rehauts de blanc - 24,1 cm × 19,4 cm, Genève, collection Jean Bonna [1]
  • Agar et l'ange, huile sur toile, 55,2 × 73 cm, Musée des beaux-arts, Rouen.
  • Isaac bénissant Jacob, c.1520, huile sur toile, 55,5 × 73 cm, Musée des beaux-arts de Rouen.
  • Deux enfants et une femme tenant un vase, dessin
  • Dessins au département des Arts graphiques du musée du Louvre :
    • L'Adoration des bergers
    • La Crucifixion de saint Pierre (précédemment attribué à Polidoro da Caravaggio)
    • Serviteurs apportant des mets à des personnages attablés

On lui avait d'abord attribué la paternité du tableau L'Adoration des Mages de Taggia, jusqu’à ce que l'historien de l'art Roberto Longhi l'attribue enfin à Parmigianino. Comme pour Le Mariage mystique de sainte Catherine en fait de Nicolò dell'Abbate.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

  • x


Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
Page ?? - édition 1568
112 le vite, girolamo da trevigi.jpg

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Vasari
  2. Pouncey, Philip (Juin 1953), Girolamo da Treviso in the Service of Henry VIII, The Burlington Magazine 95 (603): 208, 210–211


Liens externes[modifier | modifier le code]