Girmont-Val-d'Ajol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Girmont Val D'Ajol)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Girmont
image illustrant une commune des Vosges
Cet article est une ébauche concernant une commune des Vosges.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Girmont-Val-d’Ajol
Le village, vue générale.
Le village, vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Le Val-d'Ajol
Intercommunalité Communauté de communes des Vosges Méridionales
Maire
Mandat
Jean-Marie Manens
2014-2020
Code postal 88340
Code commune 88205
Démographie
Gentilé Girmontois
Population
municipale
241 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 17″ nord, 6° 33′ 43″ est
Altitude Min. 430 m – Max. 752 m
Superficie 16,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Girmont-Val-d’Ajol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Girmont-Val-d’Ajol

Girmont-Val-d'Ajol est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Girmontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce petit village est situé à 9 km du Val-d'Ajol, 14 km de Remiremont et 40 km d'Épinal. L'altitude varie de 550 m à la Houssière à 750 m aux Graviers (la Tête des Mozets).

C'est une des 188 communes[1] du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Hérival était sous l'Ancien Régime une communauté du bailliage de Remiremont. Erigée en commune à la Révolution, elle dépend du canton de Plombières, district puis arrondissement de Remiremont. En 1832, Hérival est rattachée à la commune du Val d'Ajol.

Par décret du 16 décembre 1869, la section d'Hérival forme avec les sections de Girmont et de Méreille la commune de Girmont-Val d'Ajol, à la demande des quelque 800 habitants de ces hameaux, souhaitant, pour des raisons de culte et d'ordre administratif, une indépendance communale et paroissiale.

L'église a été édifiée en 1870. La mairie et les écoles[2] ont été construites à partir de 1861.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Joseph Couval    
  octobre 1970 Léon Aubel    
mars 1983 juin 1995 Paul Perrin (1930-2008)   Débardeur forestier
juin 1995 en cours
(au 18 février 2015)
Jean-Marie Manens (1955-)   Artisan électricien

Finances locales[modifier | modifier le code]

La mairie.

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[3] :

  • total des produits de fonctionnement : 207 000 €, soit 868 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 176 000 €, soit 737 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 31 000 €, soit 129 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 51 000 €, soit 214 € par habitant.
  • endettement : 584 000 €, soit 2 442 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 4,34 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 4,51 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 9,94 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 241 habitants, en augmentation de 4,33 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
752 753 696 642 629 638 612 566 472
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
459 432 452 416 390 368 335 295 268
1990 1999 2008 2013 2014 - - - -
242 273 237 236 241 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Salon du commerce et de l'artisanat intercommunal.
  • Sorties guidées « à la brune nuit » chaque mercredi d'été du 9 juillet à fin août.
  • Marché d'été, gourmand et artisanal en nocturne, chaque vendredi de fin juin à fin août.
  • Fête du vieux matériel agricole et vide-grenier : 3e week-end de mai.
  • Marche populaire internationale nocturne, le 22e samedi de chaque année. Plus de mille participants.
  • Fête de la Saint-Jean.
  • Festival autour du jazz fin juillet une année sur deux.
  • Grands feux d'artifice début août.
  • Le « Pig Summer », animation sur le thème du cochon, le 3e dimanche d'août.
  • Vide-garage en septembre.
  • Étape de l'Infernal Trail des Vosges en septembre[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

L'artisanat est encore présent, avec :

  • des vanniers,
  • des brodeuses sur filets,
  • des fileurs de laine, au tour ou au rouet,
  • des faucheurs à la faux.
  • On cuit le pain à la ferme, là où il y a encore un four.
  • On y parle toujours le patois, une association tente de préserver ce patrimoine linguistique maternel.
  • Présence de l'épinette des Vosges

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Il y a quelques commerces :

  • Quatre points de restauration,
  • une guinguette,
  • de nombreux gites de France, chambres d'hôtes, et autres,
  • des sites d'hébergement avec piscine,
  • des chalets,
  • une boulangerie « pain de campagne »
  • deux producteurs de petits fruits,
  • un producteur de plaquettes
  • une boucherie, depuis le 01/04/2010,
  • une couturière
  • une dizaine d'exploitations agricoles
  • un menuisier
  • un traiteur
  • un fabriquant de pop corn

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de l'Immaculée-Conception.

Sur l'ex-paroisse du Girmont, aujourd'hui devenue l'unique paroisse Notre-Dame de Combeauté :[9]

  • Prieuré d'Hérival
  • Domaine monastique (Glacière, Roche Fendue, Trou du Vent, Vieilles Abbayes)
  • Au Breuil : Chalet de l'Empereur[10].

Sur le territoire propre :

  • L'église de l'Immaculée-Conception[11], son orgue de série "Unit Major" neuf[12],[13] et ses jolis vitraux[14],
  • Le monument de reconnaissance au Christ Roi, érigé à l'initiative de l'abbé Alexandre[15],
  • La grotte de Lourdes[16],
  • La Pierre des Suédois au Haut de l'A,
  • La chapelle du Desseroux, à la Molière d'Amont,
  • 23 croix[17],
  • Le cimetière communal[18] et le cimetière des Pestiférés[19],
  • La pierre du tonnerre,
  • Le moulin à eau du Géhard ou du Chat-Noir[20]; Le moulin minoterie[21]
  • La cascade du Géhard
  • et de nombreuses fontaines.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Gremillet, prêtre, né à Girmont, 17 mars 1737[22].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. « école primaire », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Les comptes de la commune de Girmont-Val d'Ajol
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. L'infernal Trail des Vosges
  9. Culte catholique, la paroisse du Val d’Ajol est devenue la Paroisse Notre Dame de Combeauté, regroupant le Val d’Ajol et le Girmont
  10. Le Chalet de l'Empereur à Val-d'Ajol (Le)
  11. L'intérieur de l'église Notre-Dame de l'Immaculée-Conception
  12. Orgue de l'église de la nativité de Notre Dame
  13. Inventaire de l'instrument
  14. « église paroissiale de l'Immaculée Conception », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Le monument de reconnaissance au Christ Roi
  16. Notre-Dame de Lourdes
  17. L'inventaire des croix par le service régional
  18. « cimetière », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Les ravages de la guerre de Trente ans dans les Vosges
  20. « Le moulin à eau du Géhard ou du Chat-Noir », base Mérimée, ministère français de la Culture, enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges) ; patrimoine industriel
  21. Moulin ; minoterie
  22. « Biographie de François Gremillet, Semaine religieuse du diocèse de Saint-Dié », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le 2 avril 2016)