Giovanni Serodine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giovanni Serodine
Giovanni Serodine.jpg
Naissance
Décès
Activité

Giovanni Serodine, né en 1600 à Ascona et mort le à Rome, est un peintre de la période baroque.

Il est connu pour être l'un des derniers représentants du caravagisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Serodine est né entre 1594 et 1600, à Ascona (dans l'actuel canton du Tessin en Suisse) ou à Rome. Sa famille est originaire d'Ascona, son père (Cristoforo) est maître d'œuvre et commerçant[1].





Œuvres[modifier | modifier le code]

Tableau Titre Date Dimensions Notes Lieu de conservation
Archimède vers 1617-1620 103 x 73 cm Beauvais, musée départemental de l'Oise
G Serodine Santa Margarita resucita a un muchacho 1620 Lienzo. 141 x 104 cm. Museo del Prado.jpg Sainte Marguerite ressuscitant un enfant vers 1620 131 x 100,5 cm Madrid, musée du Prado
Chiamata dei figli di Zebedeo - Serodine.jpg L'appel des fils de Zébédée vers 1623 210 x 146 cm Ascona, église paroissiale
Invito ad Emmaus - Serodine.jpeg La rencontre à Emmaüs vers 1623 228 x 147 cm Ascona, église paroissiale
Giovanni Serodine Saint Lawrence Distributing Alms.jpg La charité de saint Laurent vers 1624 303 x 171 cm Valvisciolo-Sermoneta, musée de l'abbaye
Decollazione del Battista - Serodine.jpg La décollation de saint Jean-Baptiste vers 1624 298 x 168 Rome, Basilique Saint-Laurent-hors-les-Murs
G Serodine Coronación de la Virgen I Ascona 1628.jpg Le couronnement de la Vierge avec sainte Véronique et plusieurs saints vers 1625 Ascona, église paroissiale
G Serodine Cristo entre los doctores 1625 Louvre.jpg Jésus parmi les docteurs 1626 145 x 224 cm Paris, musée du Louvre
G Serodine Retrato del padre del artista 1628 Museo Civico Lugano.jpg Portrait du père de l'artiste 1628 152 x 98 cm Lugano, Museo Caccia
Allegoria - Serodine.jpg Allégorie de la Vanité et des Sciences 89 x 124 cm Milan, Pinacoteca Ambrosiana
San Pietro in carcere - Serodine.jpg Saint Pierre en prison 1620-1630 90 x 127 cm Rancate, Pinacoteca Züst
Sacra Famiglia - 65 x 60 - Serodine.jpg La sainte Famille Ascona, Casa Patriziale
Giovanni Serodine-Ritratto di ragazzo.jpg Portrait de jeune homme avec un cahier à dessin (attribué) 65,6 x 49,2 cm Rancate, Pinacoteca Züst
Tributo della Moneta - Serodine.jpg Le denier de saint Pierre 146 x 227 cm Édimbourg, National Gallery of Scotland
Giovanni Serodine - Parting of Sts Peter and Paul Led to Martyrdom - WGA21163.jpg Saint Pierre et saint Paul menés au martyre 144 x 220 cm Rome, Galleria Nazionale di Arte Antica di Palazzo Barberini

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages centrés
  • (it) Piero Bianconi, Breve storia di Giovanni Serodine, Zurch, 1968.
  • (it) Siro Borrani, I fratelli Serodine di Ascona e l'opera loro, Intre 1924.
  • (it) Rudy Chiappini, Giovanni Testori, Serodine. L'opera completa, Milan, Mondadori 1989.
  • (it) Roberto Longhi, Mostra del Caravaggio e dei caravaggeschi, cat. exp. Mostra di Milano, Florence 1951, 86-89.
  • (it) Roberto Longhi, Giovanni Serodine, Sansoni, Florence, 1954.
  • (it) Walter Schönenberger, Giovanni Serodine pittore di Ascona, Basel 1957.
Articles
  • (it) R. Papini, « Di Giovanni Serodine, pittore », in Dedalo, IV, 1923-1924, 121-128.
  • (en) G. Fiocco, A Masterpiece by Giovanni Serodine, in The Burlington magazine, LV, 1929, 190-191, 195.
  • (it) Aldo Crivelli, « Un ritratto collettivo dei Serodine », in Rivista Storica ticinese, V, 30, 1942, 711-714 ; Idem, Mostra di giovanni Serodine, cat. exp., Isole di Brissago 1950.
  • (it) Roberto Longhi, « Giovanni Serodine », in Paragone, 7, 1950, 3-23.
  • (en) A. Scharf, « A Giovanni Serodine Exhibition », in The Burlington Magazine, 92, 1950, 352-355.
  • (it) A. Riccoboni, « Due tele di Giovanni Serodine », in Emporium, 116, 1952, 165-167.
  • (it) G. Fiocco, « Bilancio della Mostra di Giovanni Serodine », in Emporium, LVII, 1951, 50-65.
  • (en) F. Askewm, « A Melancholy Astronomer by Giovanni Serodine », in The Art Bulletin, XLVII, 1965, I, 121-128.
  • (en) M. Pomilio, « Giovanni Serodine, a Painting hiterto Unknown », in The Connoisseur, 187, 1974, 6-9.
  • (it) Giulio Bora, « I caravaggeschi e il disegno: un esempio di Giovanni Serodine », in Prospettiva, 33, 1983, 216-218.
  • (it) Rudy Chiappini, « Joannes Serodini, Pictor in Urbe », in l'Almanacco, 1983, 143-149 ; Idem, Serodine. La pittura oltre Caravaggio, catalogo della mostra di Locarno, Casa Rusca e Roma, Musei Capitolini, Electa, Milano 1987, 46.
  • (it) G. Papi-R. Contini, « Ampliamenti per Giovanni Serodine », in Strumenti e Documenti per lo Studio del passato della Svizzera Italiana, n. 6, Humilibus Consentientes, Bellinzona 1990, 55e seguenti.
  • (it) Edoardo Villata, « Giovanni Serodine. Biografia e bibliografia », in Giorgio Mollisi, Svizzeri a Roma nella storia, nell'arte, nella cultura, nell'economia dal Cinquecento ad oggi, Ed. Ticino Management, anno 8, numero 35, sept-oct. 2007, Lugano 2007, 206-211.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]