Giovanni Sanudo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Giovanni Sanudo
Fonction
Duc de Naxos
Biographie
Décès
Activité
Famille
Père
Fratrie
Niccolò Sanudo
Marco Sanudo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Coat of Arms of the House of Sanudo.svg
Armes des Sanudi, ducs de Naxos

Giovanni Sanudo, sixième duc de Naxos (décédé en 1362).

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

La famille Sanudo aurait fourni divers doges à la Sérénissime[1]. Un Marco Sanudo est attesté dans la seconde moitié du XIe siècle. Il aurait exercé diverses fonctions pour la République de Venise dont ambassadeur à Constantinople d'où son surnom de Costantinopolitani (le «Constantinopolitain»). Son fils Pietro épousa Zabarella, une sœur du doge Enrico Dandolo. De ce mariage seraient nés trois fils dont Marco Sanudo, le fondateur de la dynastie. Il participa à la Quatrième croisade en 1204 puis fonda le Duché de Naxos. Il fit construire une nouvelle capitale autour de sa forteresse, le castro sur l'île de Naxos. Il lutta aux côtés de Venise et de son suzerain l'Empereur latin. Angelo Sanudo, son fils, passa la plus grande partie de sa vie à guerroyer, principalement pour ses suzerains l'Empereur latin puis après 1248 le Prince d'Achaïe. Le règne du grand-père de Giovanni, Marco II Sanudo, fut perturbé. Le Duché de Naxos ne cessa de rétrécir sous les coups de l'Empire byzantin.

Le règne du père de Giovanni, Guglielmo Sanudo fut marqué par l'arrivée de deux nouvelles menaces dans l'Égée : les Catalans, d'abord au service de l’empereur byzantin Andronic II contre les Turcs Seldjoukides avant de se retourner contre l'Empire et de ravager la région ; et les Seldjoukides eux-mêmes. Les petits seigneurs des Cyclades, vassaux du Duché de Naxos, face à ce double danger, se tournèrent de plus en plus vers Venise plus à même de les protéger que leur suzerain. Guglielmo chercha un appui chez les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem qu'il aida à conquérir Rhodes et invita à construire une forteresse sur Délos. Un des frères de Giovanni rejoignit l'ordre[2].

Dans la même perspective d'alliances, le frère aîné de Giovanni, Niccolò Sanudo avait épousé une jeune femme de la famille de Brienne[3], liant le Duché de Naxos avec le Duché d'Athènes de Gautier de Brienne.

Duc de Naxos[modifier | modifier le code]

Il succéda à son frère Niccolò Sanudo en 1341.

Au moment où Giovanni monta sur le trône, l'Empire byzantin était secoué par une guerre civile opposant les partisans de Jean VI Cantacuzène et de Jean V Paléologue. Umur Bey, l'émir d'Aydın s'était allié à Jean Cantacuzène et Giovanni à Jean Paléologue. Les deux alliés s'affrontèrent. En 1344, Umur Bey mena un raid contre Naxos. Il aurait fait 6 000 victimes (morts et esclaves capturés) et les oliviers et le port auraient été brûlés[4].

En 1350, la guerre entre la République de Venise et la République de Gênes reprit, car Gênes s'était emparé du monopole du commerce en mer Noire. Venise s'allia avec l'Aragon, l'Empire byzantin et le Duché de Naxos. Giovanni participa directement aux combats : lors du siège de Galata et du siège de Caffa, le port génois en Crimée ; il manqua de mourir d'une fièvre lors d'une expédition et reçut une flèche lors d'un combat naval. En 1351, des galères génoises attaquèrent Naxos et s'emparèrent de Giovanni Sanudo, de toute sa famille et de ses biens. Il fut retenu prisonnier à Gênes pendant trois ans, jusqu'à la signature du traité de paix entre les deux cités marchandes. Venise et le pape Clément VI s'assurèrent que ses biens soient préservés et lui soient rendus à sa libération[5] (la lettre de Clément VI demandant aux Génois sa libération et la restitution de ses possessions, datée du , mentionne qu'il s'est comporté en « champion » de la lutte contre les Turcs[6]). Dans un document daté cependant du , Giovanni concède provisoirement l'île de Milos aux fils du doge Andrea Dandolo en attendant le remboursement d'un emprunt de 805 ducats d'or contracté auprès de ces derniers[7].

Comme il n'avait pas d'héritier mâle, sa fille Fiorenza Sanudo et son époux lui succédèrent en 1362.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marco Sanudo
Constantinopolitani
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Enrico Dandolo
(doge de Venise)
 
une sœur d'Enrico
 
Pietro Sanudo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernardo Sanudo
 
Lunardo Sanudo
 
1. Inconnue
 
Duc de Naxos Marco Sanudo
1205 ? - 1227 ?
 
2. Une sœur de l'empereur
(latin ou de Nicée ?)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
une fille de Macaire
de Sainte-Menehould
 
Duc de Naxos Angelo Sanudo
1227 ? - 1262 ?
 
Giovanni Sanudo
(installé en Eubée)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
une fille
∞ Paolo Navigaioso
(seigneur de Lemnos)
 
Marino Sanudo
(apanage de Paros et Antiparos)
∞ Portia da Verona
 
Duc de Naxos Marco II Sanudo
1262 ? - 1303
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Guglielmo Sanudo
1303 - 1323
 
Francesco Sanudo
(apanage de Milos)
∞ Cassandra de Durnay
 
Marco Sanudo
(apanages à Andros et en Eubée)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marco (Marcolino) Sanudo
(apanage de Milos)
 
Duc de Naxos Niccolò Sanudo
∞ Jeanne de Brienne
1323 - 1341
 
Marino et Pietro Sanudo
 
Duc de Naxos Giovanni Sanudo
1341 - 1362
 
Gugliemo Sanudo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fiorenza Sanudo
 
Duc de Naxos Francesco Ier Crispo
1383 - 1397
 
1. Giovanni dalle Carceri
 
Duchesse de Naxos Fiorenza Sanudo
1362 - 1371
 
Duc de Naxos 2. Niccolo Sanudo Spezzabanda
1362 - 1371
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Giacomo Ier Crispo
1397 - 1418
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Niccolo dalle Carceri
1371 - 1383
 
Maria Sanudo
∞ Gaspard Sommaripa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fiorenza Sanudo-Sommaripa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ducs de Naxos Famille Crispo
 
 
 
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) J.K. Fotheringham et L.R.F Williams, Marco Sanudo, conqueror of the Archipelago., Clarendon Press, Oxford, 1915.
  • (en) Charles A. Frazee, The Island Princes of Greece. The Dukes of the Archipelago., Adolf M. Hakkert, Amsterdam, 1988. (ISBN 9025609481)
  • (en) Paul Hetherington, The Greek Islands. Guide to the Byzantine and Medieval Buildings and their Art, Londres, 2001. (ISBN 1-899163-68-9)
  • Jean Longnon, L'Empire latin de Constantinople et la Principauté de Morée., Payot, 1949.
  • Père Robert Saulger, Histoire nouvelle des Ducs de l'Archipel., Paris, 1699. (repris par Louis Lacroix, Îles de la Grèce, 1853 et Ernst Curtius)
  • B. J. Slot, Archipelagus Turbatus. Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane. c.1500-1718., Publications de l'Institut historique-archéologique néerlandais de Stamboul, 1982. (ISBN 9062580513)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. J.K. Fotheringham, op. cit., p. 1-12.
  2. C. Frazee, op. cit., p. 36.
  3. Jeanne, fille d'Hugues de Brienne
  4. C. Frazee, op. cit., p. 39-40.
  5. C. Frazee, op. cit., p. 40.
  6. (en) Kenneth M. Setton, The Papacy and the Levant (1204-1571), vol. 1 : The Thirteenth and Fourteenth Centuries, Philadelphie, The American Philosophical Society, , 512 p. (ISBN 0-87169-114-0, lire en ligne) pp.221-222, citant E. Déprez et G. Mollat, Clément VI : 1342-1352, Lettres closes, patentes et curiales intéressant les pays autres que la France T.1 fasc. 2 p.337
  7. Marina Koumanoudi, The Latins in the Aegean After 1204: Interdependence and Interwoven Interests in Urbs capta. The Fourth Crusade and its Consequences, 2005, pp.255-256