Giovanni Camillo Sagrestani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giovanni Camillo Sagrestani
Giovanni Camillo Sagrestani Autorretrato.jpg

Giovanni Camillo Sagrestani

Naissance
Décès
Activité

Giovanni Camillo Sagrestani (Florence, 1660-1731) est un peintre italien baroque de l'école florentine qui a été actif principalement en Toscane à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Camillo Sagrestani a étudié avec Antonio Giusti et Romolo Panfi (1632-1690) avant de se rendre à Rome, Venise et Bologne où il collabora avec Carlo Cignani.

Dans les années 1690, il retourna à Florence où en 1694 il adhéra à l'Academia del disegno.

Ses principaux élèves furent Matteo Bonechi (1672-1726) et Ranieri del Pace qui fut son plus talentueux disciple et collabora avec lui pour la réalisation de nombreuses œuvres dont la décoration de la villa de Poggio alla Scaglia (anciennement Tempi) à Florence.

Quatre toiles attribuées à Sagrestani se trouvent dans l'église de Santa Maria della Fraternità à Foiano della Chiana. Il a aussi travaillé dans l'église San Frediano in Cestello, dans l'Oltrarno, le quartier de Florence au-delà du fleuve.

Plusieurs peintures de l'église de l'Annunziata à San Giovanni Valdarno lui sont attribués.

S'opposant au style académique de Pier Dandini et Alessandro Gherardini, il a participé activement à l'introduction de l'art décoratif de la fin du baroque à Florence.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Moïse sauvé des eaux
  • Pietà,
  • L’Assomption de la Vierge, Collection Victor Poirel, Nancy [1].
  • Scène bacchanale avec des figures de danse et joyeuses dans un paysage boisé,
  • Fresques et retable (1702), chapelle de S. Maria Maddalena de Pazzi, San Frediano in Cestello, Florence.
  • Huit toiles représentant des scènes de la Vie de la Vierge (1707), Santa Margherita, Maria de Ricci,
  • Deux peintures (1708-1714), Santa Maria delle Selve à Lastra, Signa.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rudolf Wittkower, Art and Architecture in Italy, 1600-1750, (réimpr. Pelican History of Art (Penguin Books Ltd)), 469–470 p.
  • Tassi Roberto, Chiesa di Santa Maria de’ Ricci già Madonna de’ Ricci..., ,1998.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]