Giovanni Baglione

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giovanni Baglione
Giovanni Baglione - The Divine Eros Defeats the Earthly Eros - Google Art Project.jpg

L'Amour divin et l'Amour profane (1602-1603) - huile sur toile, 179 × 118 cm. Staatliche Museen, Berlin.

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
peintre, historien de l'art, historien, écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
La Résurrection du Christ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Giovanni Baglione (Rome, 1566 – Rome, ) est un peintre italien et un historien de l'art du début du baroque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de parents florentins. Il a d'abord été l'élève de Francesco Morelli, Giovanni Baglione a travaillé principalement à Rome, initialement dans le style maniériste. Dans les années 1580, il a travaillé pour la famille Santacroce, à Oriolo Romano.

Il a reçu ses premières commandes du pape Sixte V pour les fresques de la Scala Santa (Passion du Christ, Moïse sauvé des eaux) et San Giovanni in Laterano (Saints Philippe et Constantin offrant des vases d'or à Sylvestre). Il travaille alors avec les derniers peintre maniéristes qui l'ont influencé : le Cavalier d'Arpin, Cesare Nebbia, Giovanni Guerra.

Il effectue un séjour à Naples pendant deux années et revient se mettre au service du pape Clément VIII et réalise des fresques : Vie de saint Pierre, à la basilique Santa Pudenziana, et Vie de Marie à l'église Santa Maria dell'Orto en 1598-1599.

Après 1600, il travaille pour le cardinal Paolo Emilio Sfondrati à l'église Sainte-Cécile-du-Trastevere. Il va alors être influencé par l'art du Caravage et réalise en 1603 la Résurrection du Christ pour l'église du Gésu (perdue).

Irrité par les imitations de ses œuvres, Le Caravage le ridiculise publiquement. Baglione lui a fait un procès en 1603. Baglione lui fait un procès en 1603. Son animosité envers Le Caravage subsistant, il lui fait un nouveau procès trois ans plus tard ainsi que contre ses amis Borgianni et Carlo Saraceni. Le Caravage fut obligé de quitter Rome après que Baglione l'accusa de plagiat. Si Baglione a alors abandonné le style caravagesque bien qu'il en reste des traces de cette influence dans plusieurs de ses œuvres.

Sa carrière a continué à Rome avec des commandes pour la basilique Saint-Pierre, en 1607, la chapelle Paolina de la basilique Santa Maria Maggiore, en 16111-1612. De 1621 à 1623, il séjourne à la cour des Gonzague, à Mantoue.

Le pape Paul V l'ordonne chevalier de l'Ordre du Christ pour son travail dans la basilique Saint-Pierre.

Il a été Prince de l'Académie de Saint-Luc de Rome en 1618.

Clio
Musée des beaux-arts d'Arras

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses œuvres principales sont des fresques dans la basilique Sainte-Marie-Majeure de Rome. Dans l'église Santa Maria dell'Orto, ses représentations de Scènes de la Vie de la Vierge et de Saint Sébastien peuvent encore être vues. Il a aussi peint une Cène à l'église San Nicola in Carcere de Rome, un Saint Étienne dans la cathédrale de Pérouse, une Sainte Catherine dans la cathédrale de Loreto et dans le transept de Saint-Jean de Latran, San Filippo, Offerta dei vasi fatta da Costantino a Silvestro (1600).

La série de peintures représentant Les Neuf uses peinte en 1621-1623 pour Marie de Médicis se trouve aujourd'hui au musée des beaux-arts d'Arras. Baglione indique qu'il a peint deux séries sur ce thème. Une première pour Ferdinand de Gonzague, duc de Mantoue, neveu de Marie de Médicis, peinte à Rome (aujourd'hui perdue ?). La seconde est celle de Marie de Médicis, peinte alors qu'il était à Mantoue.

Sa peinture L'Amour divin et l'Amour profane est une réponse à L'Amour victorieux du Caravage.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il a écrit deux livres qui servent de référence pour la connaissance de la peinture romaine du Seicento :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Carrache à Guardi. La peinture italienne des XVIIe et XVIIIe siècles dans les musées du Nord de la France, p. 39-41, Édition de l'Association des Conservateurs de la Région Nord-Pas-de-Calais, Lille, 1985 (ISBN 2-902-092-05-9)
  • Thèse dirigée par le Professeur Michel Feuillet : L’héritage littéraire de Giorgio Vasari au XVIIe siècle à Rome : Giovanni Baglione, Giovanni Battista Passeri et Giovanni Pietro Bellori, Lyon (2006)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]