Giorgio Caproni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Giorgio Caproni
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Distinction
Tombagiorgiocaproni.jpg
Vue de la sépulture.

Giorgio Caproni (né le à Livourne - mort le à Rome) est un écrivain et poète italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec Mario Luzi, Vittorio Sereni, Attilio Bertolucci et Piero Bigongiari, Giorgio Caproni appartient à ce que l'on a appelé la « troisième génération » poétique italienne, qui regroupe des écrivains nés dans les années qui précèdent immédiatement la Première Guerre mondiale.

Giorgio Caproni était apprécié pour son vers bref et dense :

Ma mère montait, lente
Comme une grande pierre
Qui en silence se lézarde.

Après la Seconde Guerre mondiale, Giorgio Caproni sera classé – avec des écrivains comme Cesare Pavese et Alberto Moravia – parmi les auteurs « néoréalistes »[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

  • Le Mur de la terre, cinquante ans de poésie (anthologie), traduction d'André Frénaud, Philippe Renard et Bernard Simeone, éd. Maurice Nadeau, Paris, 1975.
  • Le Mur de la terre - 1964-1975, traduction de Philippe Di Meo, éd. Atelier La Feugraie, Collection « L'Allure du chemin », 2002.
  • Le Gel du matin (Il labirinto, Il gelo della mattina), nouvelles, traduction de Bernard Simeone, éd. Verdier, 1985.
  • Le Comte de Kevenhüller (Il conte di Kevenhüller), poésie, traduction de Philippe Renard et Bernard Simeone, éd. Maurice Nadeau, Paris, 1986.
  • Le Franc-Tireur (Il franco cacciatore), poésie, traduction de Philippe Di Meo, Champ Vallon, Seyssel, 1989.
  • Allegretto con brio, poèmes, traduction de Philippe Di Meo, Fourbis, Paris (1990)
  • Poèmes, traduction de Philippe Renard et Bernard Simeone dans Anthologie bilingue de la poésie italienne, sous la direction de Danielle Boillet, Gallimard « bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1994.
  • Cartes postales d’un voyage en Pologne, traduction de Philippe Lacoue-Labarthe et Federico Nicolao, William Blake & Co, 2004.
  • Aéroport des hirondelles et autres cartes postales, traduction de Giovanni Angelini, Parole donnée éditions, 2012.
  • L'Œuvre poétique (présentation, traduction et notes d'Isabelle Lavergne et Jean-Yves Masson).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Cassac, Littérature et cinéma néoréalistes — Réalisme, Réel et Représentation, 354 p., Éd. L'Harmattan, Paris, 2004 (ISBN 2-7475-6651-X).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

  • Philippe Renard, Giorgio Caproni, en deçà du mur, préface à Le Mur de la terre, éd. Maurice Nadeau, Paris, 1985.
  • Bernard Simeone, Giorgio Caproni, voyage au long du mur, préface à Le Mur de la terre, éd. Maurice Nadeau, Paris, 1985.
  • Philippe Renard et Bernard Simeone, préface à Le Comte de Kevenhüller, éd. Maurice Nadeau, Paris, 1986.
  • Philippe Di Meo, Vers des lieux non juridictionnels, postface à Le Franc-Tireur, Champ Vallon, Seyssel, 1989.
  • Philippe Renard, Giorgio Caproni dans Le Nouveau Dictionnaire des Auteurs, Laffont-Bompiani, Paris, 1994.
  • Philippe Renard, articles sur Le Comte de Kevenhüller, Le Mur de la terre et La Semence des pleurs dans Le Nouveau Dictionnaire des œuvres, Laffont-Bompiani, Paris, 1994.
  • Riccardo Pineri, « Aux sources du vent », critique de Giorgio Caproni (1912-1990) (Le mur de la terre, Le Comte de Kevenhuller, Le franc-tireur, Allegretto con brio), dans la revue Critique, no 526, mars 1991.
  • Iris Chionne, Le Musicien en vers : la poésie de Giorgio Caproni (1912-1990), Paris, Presses de l'université Paris-Sorbonne, 2013.

En italien[modifier | modifier le code]

  • Pier Vincenzo Mengaldo, Giorgio Caproni dans Poeti italiani del Novecento, Mondadori, Milan, 1978
  • Antonio Barbuto, Giorgio Caproni, Éditions de l’Ateneo, Rome, 1980
  • Antonio Iacopetta, Giorgio Caproni, Miti e poesia, Bonacci, Rome, 1981
  • Luigi Surdich, Giorgio Caproni, Un ritratto, présentation d'Antonio Tabucchi, Costa & Nolan, Gênes, 1990
  • Adelei Dei, Giorgio Caproni, Mursia, Milan, 1992
  • Biancamaria Frabotta, Giorgio Caproni, Il poeta del disincanto, Officina edizioni, Rome, 1993
  • Pier Vincenzo Mengaldo, préface à L’Opera in versi, Mondadori et Meridiani, Milan, 1998

Liens externes[modifier | modifier le code]