Giorgio Antoniotto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Giorgio Antoniotto
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Instrument

Giorgio Antoniotto (Giorgio Antoniotto d'Adurni ; Milanmai 1681Calais1766) est un théoricien italien, connu comme l'auteur d'un traité musical, L'arte armonica et comme compositeur de musique pour violoncelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendant de la branche milanaise de la noblesse génoise, la famille Adorno, Giorgio Antoniotto est né à Milan en mai 1681 de Bernardo Antoniotto et Maria Teresa Pavitte. Son baptême, signalés dans les registres de l'église de Santa Mattia alla Moneta, a lieu le 10 mai 1681.

Giorgio Antoniotto est bien éduqué devenant très accompli dans le domaine des arts, des langues, des mathématiques et de la musique. Sympathisant espagnol, contre les Autrichiens pendant la Guerre de la Succession d'Espagne (1701–1714), ses biens sont saisis et il est contraint de fuir l'Italie et rejoint le service espagnol, où il est engagé à plusieurs reprises dans les combats (seize fois), sans être jamais blessé. Après la fin de son engagement chez les espagnols, il enseigne les arts à Genève, fréquente les cours d'Europe, à Vienne, à Paris, à Madrid et à Lisbonne.

À Paris, il épouse une dame du nom de Percival et ont plusieurs enfants, morts en bas-âge. Sa femme meurt également, le laissant veuf. Le nom de sa femme et les détails de la vie des enfants n'ont pas été retrouvés.

Vie musicale[modifier | modifier le code]

À Paris, vraisemblablement à la suite d'un duel, il subit une blessure d'épée à la main. En raison de cette blessure, il abandonne le violon et donne la faveur au violoncelle.

Giorgio Antoniotto, est crédité de la négociation pour Isabelle de Parme, Reine d'Espagne de l'arrangement par lequel le célèbre castrat Farinelli (Carlo Maria Broschi), déménage de Londres en 1737 pour chanter pour le reste de sa carrière, à la cour d'Espagne.

Antoniotto voyage fréquemment en Angleterre. C'est là qu'en 1760, il publie son livre, L'arte armonica, rédigé en italien, mais traduit et publié en anglais. La préface du livre est traduite par un antiquaire anglais, le pasteur Samuel Pegge.

Giorgio Antoniotto meurt à Calais, âgé de 85 ou 86 ans, en 1766.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L’Arte armonica, or a treatise on the composition of musick 3 livres, 2 vols., réunis en un. (Londres, John Johnson, 1760) L’Arte armonica, partitions libres sur l’International Music Score Library Project.
    Dans L'Arte armonica, un traité de composition, Antoniotto propose un système compositionnel utilisant comme basse immuable, les premier et cinquième degrés de la tonalité de la pièce, qu'il nomme principal et guide. Relatif à cette fondation immobile, il génère un contrepoint fondamental pour la progression harmonique et comme fondement de l'harmonie qui donne naissance aux structures d'accords et aux contours mélodiques de la musique.
  • Sonata a violoncello e basso, manuscrit non publié, Durham Cathedral, MS E. 24(v), iv.6.
  • Concerto por Violoncello Parte Principale con 4° Violini e due Alto Viole, Basso Continuo e Fondamento per Cimbalo, e Contra Basso. Durham Cathedral MS E.27.
  • XII Sonate, le Prima Cinque a Violoncello e Basso, e le Altre Sette a due Viioloncelli Overo due Viole de Gamba (Amsterdam, Le Cène, no 569 sans date [1733][1]) — sous le nom d'« Antoniotti ».

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Sonates pour violoncelle et basse continue (nos 2 à 6, 10 et 11) - Claire Lamquet, violoncelle ; Ensemble Hemiolia (2017, Paraty Productions)[2]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Livre de Baptême. Église de San Matthia della Moneta dans les archives de l'archidiocèse de Milan.
  • Samuel Pegge, Anonymia, or Ten Centuries of Observations on Various Authors and Subjects, Londres, John Nichols and Son, 1809, p. 226–228 [lire en ligne].
  • (it) Emilia Zanetti, « Giorgio Antoniotto, il suo trattato "L'Arte armonica" (London 1760) e l'Opera V di Corelli », dans Pierluigi Petrobelli, Gloria Staffieri (éds.), Studi corelliani IV : atti del quarto congresso internazionale, 1990, (ISBN 88-222-3820-6), p. 381–404.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Giorgio Antoniotto » (voir la liste des auteurs).
  1. L'arte del violino de Locatelli, publié la même année, porte le no 572.
  2. Présentation sur paraty.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]