Giorgi Latso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Giorgi Latso
Giorgi Latso Ehrbarsaal2019.jpg
Biographie
Naissance
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
გიორგი ლაცაბიძე
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Université de Californie du Sud, Azusa Pacific University (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Instrument
Genre artistique
Site web

Giorgi Latso, né le à Tbilissi (Géorgien), est un pianiste et compositeur géorgien - américain[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille ne comportant aucun musicien, Giorgi Latso découvre le piano à trois ans, avant de commencer à composer deux ans plus tard [2]. Il poursuit ses études au Conservatoire National de Tbilissi, à la Hochschule für Musik, Theater und Medien à Hanovre et à l'Universität Mozarteum à Salzbourg. Il déménage ensuite aux États-Unis pour obtenir son doctorat en interprétation pianistique à l'université de Californie du Sud à Los Angeles et devient citoyen américain.

Sa renommée artistique et ses prix internationaux, dont le premer prix au Rubinstein International Competition et le prix Spivakov, l'ont mené à une chaire de professeur au Prayner Conservatory of Music and Dramatic Arts à Vienne en Autriche[3]. Latso donne aussi fréquemment des masterclasses dans les plus grandes académies de musique du monde, dont le Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, l'Académie des Arts du Spectacle de Hong Kong et le Conservatoire supérieur de musique du Liceu de Barcelone. Depuis 2013, Giorgi Latso est honoré Steinway Artist[Quoi ?][4].

Après avoir joué le Concerto de l'Empereur de Beethoven au Kulturhaus WUK à Vienne, il est salué par Der Standard comme "pianiste à la technique brillante, imprégné d'un lyrisme touchant et d'une profondeur authentique"[5]. Cette performance électrisante lui a valu une invitation par le pape Benoît XVI pour jouer le Concerto pour piano no 21 de Mozart avec l'Orchestre philharmonique de Vienne dans la basilique de Santa Maria Maggiore à Rome. Suite à ce succès, Giorgi Latso obtient une audience privée au Vatican.

Lors de tournées aux États-Unis, à Taïwan et au Japon il est acclamé par des salles de concert complètes, dont le Disney Hall de Los Angeles, Los Angeles County Museum Arts[6], le Kaufman Concert Hall à New York, le National Concert Hall à Taipei, Bunkamura Orchard Hall à Tokyo, ce qui accroît sa renommée internationale. Il se produit également dans d’autres salles prestigieuses, comme le Konzerthaus de Vienne, Gewandhaus à Leipzig, Wigmore Hall de Londres[7], à la Salle Cortot de Paris, au Bayerische Staatsphilharmonie de Bamberg, Concert Mozarteum Hall à Salzbourg et la Philharmonie de Berlin, après quoi le Berliner Kurier le décrit comme "un artiste extrêmement imaginatif et mûr, doté d'une imagination et d'une intelligence musicale extraordinaire"[8]. Il a également comparu à des festivals illustres de musique comme l'Arturo Benedetti Michelangeli International Piano Festival, Monte-Carlo Piano Masters, Lockenhaus Chamber Festival, le Musiques Festival, Beijing Music Festival, le Steinway Piano Festival, Gulangyu Piano Festival et Salzburger Festspiele[9],[10],[11]. En tant qu'artiste d'enregistrements, Giorgi Latso "a la capacité d'interpréter n'importe quel répertoire qu'il choisit avec un grand sens de style et de profondeur émotionnelle" comme le révèle Mezzo Magazine[12]. Parmi ses albums phares, on peut mentionner les 24 Préludes de Chopin, les 12 Études transcendantales de Liszt ainsi que les 24 Préludes de Debussy pour lesquels Rhinegold's Classical Music a fait l‘éloge de son "imagination extraordinaire et un ton musical rarement entendu". L'album NAXOS' Waghalter qu'il a enregistré avec l'Orchestre philharmonique royal et la violoniste Irmina Trynkos sous la baguette d'Alexander Walker, a remporté le prix très convoité de Pizzicato Supersonic Award[13],[14],[15].

Sa personnalité authentique a attiré l'attention de nombreux programmes médiatiques internationaux. Cela a donné vie au film documentaire Sur les traces de Mozart produit par KTV Austria et diffusé dans toute l'Europe [16],[17]. Considéré par la Géorgie comme l'une des "10 personnalités publiques internationales de premier plan"[18], il est régulièrement invité par des chaînes télévisées telles Imedi TV, Rustavi TV et plus récemment Iberia TV, qui l'a mis en vedette dans le prestigieux programme Open Studio. Ses enregistrements sont diffusés dans le monde entier par de grandes radios comme BBC 3, Rai Radio Classica, BR-KLASSIK, WHQR Washington et autres[19],[20].

Latso, lauréat du Best Music Award pour sa composition Waltz-Fantasy au Festival du Film de Bologne, est également un compositeur recherché. Ses œuvres polyvalentes comprennent aussi bien des musiques de film comme Twilight's Grace ainsi que des Variations sur un thème de J. S. Bach et Cyber Moment pour violon et piano pour n'en nommer que quelques-unes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Naxos, « Giorgi Latsabidze » (consulté le 23 septembre 2012)
  2. (ka) National Parliamentary Library of Georgia, « Giorgi Latso », (consulté le 2 juin 2019)
  3. (de) Conservatoire de musique Prayner, « Conservatoire de musique Prayner », Conservatoire de musique Prayner, (consulté le 23 septembre 2012)
  4. Steinway, « Steinway Artiste », (consulté le 1er juin 2019)
  5. Borchhardt-Birbaumer, Gustav, Verdrängte Erinnerungen (2007), p. 49, Wienner Zeitung, Vienna. Retrieved 8 January 2011
  6. (en) LACMA, « Sundays Live The Latsos Piano Duo », 2019-17-03 (consulté le 2 juin 2019)
  7. « The Monday Platform » [archive du ], Wigmore Hall, (consulté le 23 septembre 2012)
  8. Rhinegold Publishing Ltd Classical Music Magazine Vol. 34, No. 2, p. 183, November 2010. Retrieved 8 January 2011.
  9. WHQR Public Radio 93.3fm, « Midday Interview: Concert Pianist Giorgi Latso », (consulté le 23 septembre 2012)
  10. (en) WVIA – ArtScene, « WVIA ArtScene with Erica Funke », (consulté le 23 septembre 2012)
  11. (de) volksblatt, « Innige Stimmungsperlen », (consulté le 6 février 2019)
  12. Rhinegold Publishing Ltd Classical Music Magazine Vol. 34, No. 2, p. 183, novembre 2010. Retrieved 8 January 2011.
  13. « Hidden Treasure: The Waghalter Project », Naxos News, (consulté le 23 septembre 2012)
  14. WildCat RP, « The Waghalter Project: European concert tour and CD », (consulté le 25 septembre 2012)
  15. (de) Ignatz Waghalter, « The Waghalter Project », (consulté le 6 février 2019)
  16. KTV Austria, « Sur les traces de Mozart », (consulté le 23 septembre 2012)
  17. (en) Beverly Hills Org, « BHTV10 Cabel Channel », Beverly Hills, (consulté le 1er juin 2019)
  18. U GUIDE, « 10 personnalités publiques internationales de premier plan », (consulté le 23 septembre 2012)
  19. KUSC, « THE LATSOS », 2019-16-03 (consulté le 1er juin 2019)
  20. (es) « Barcelona Classica » (consulté le 10 juin 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]