Giocondo Albertolli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giocondo Albertolli
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 97 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Élève
Giocondo Albertolli
Villa Melzi, Bellagio

Giocondo Albertolli, né à Bedano le et mort à Milan le [1], est un architecte, sculpteur, décorateur et peintre italien d'origine suisse qui fut actif à la fin du XVIIIe et début du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giocondo Albertolli est né dans une la famille d'artistes à Bedano, un village situé à 7 km au nord de Lugano. Il a étudié à Parme auprès d'un sculpteur et également à l'Académie et est devenu célèbre pour ses décorations architecturales ornementales.

En 1776, il devient professeur d'ornement à l'Académie de Brera nouvellement créée à Milan ; il occupe ce poste pendant plus d'un quart de siècle jusqu'à ce qu'un problème l'oblige à démissionner en 1812.

En 1809, Napoléon 1er le fait chevalier de la Couronne de fer.

Albertolli a beaucoup travaillé dans la décoration de palais, d'églises et de bâtiments publics en Italie où il a donné un nouvel élan à l'art de la conception ornementale.

Ses peintures sont rares. Une Vierge à l'Enfant se trouve dans l'église milanaise san Rocco.

Giocondo Albertolli est mort à Milan en 1839 à l'âge de quatre-vingt-seize ans.

Son fils, Raffaello était un graveur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Bryan et Robert Edmund Graves (éditeur), Dictionary of Painters and Engravers, Biographical and Critical, vol. 1 : A-K, York St. #4, Covent Garden, London, George Bell and Sons, , Original de Fogg Library, numérisé le 18 mai 2007 (lire en ligne), p. 14
  • Giuseppe Bianchi, Gli Artisti Ticinesi. Dizionario biografico, Libreria Bianchi, Lugano 1900,p.  9-10.
  • Bernhard Anderes, Guida d'Arte della Svizzera Italiana, Edizioni Trelingue, Porza-Lugano 1980,p.  11, 227, 263, 265.
  • AA.VV., Guida d'arte della Svizzera italiana, Edizioni Casagrande, Bellinzona 2007, p. 303-305.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :