Ginette Neveu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neveu.
Ginette Neveu
Description de cette image, également commentée ci-après
Ginette Neveu

Naissance
Paris
Décès (à 30 ans)
Les Açores
Activité principale Violoniste[1]

Ginette Neveu est une violoniste française, née le au 52 ou au 59 boulevard de Magenta à Paris 10e arr. et morte dans un accident aérien le dans l'île de São Miguel aux Açores.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ginette Neveu est la fille de Marie-Jeanne Ronze, professeur de violon, et de Maurice Alcide Auguste Neveu, remisier en bourse. Son frère Jean sera pianiste. Elle est une petite-nièce de Charles-Marie Widor. Enfant prodige, elle fait ses débuts au concert salle Gaveau à Paris à sept ans et demi avec le concerto pour violon de Max Bruch. Elle travaille avec Line Talluel puis au Conservatoire de Paris avec Jules Boucherit où en quelques mois, elle obtient un premier prix en 1931. Elle suit l'enseignement de Georges Enesco et va collectionner de nombreux prix. En 1935, après sa première place au premier Concours international de violon Henryk Wieniawski (1835-1880) à Varsovie, devant David Oïstrakh (ce qui avait entrainé une protestation soviétique), elle connaît un succès grandissant dans le monde entier alors qu'elle n'est âgée que de 15 ans.

Pendant les années de guerre, elle approfondit son jeu et son répertoire mais elle décide de ne jouer qu'en zone libre dans des petites salles[2].

Herbert von Karajan intervient auprès d'EMI, lui permettant d'enregistrer ses grandes interprétations du concerto pour violon de Brahms, du concerto pour violon de Sibelius, de Tzigane de Ravel et du Poème op.25 de Chausson.

Le , elle meurt dans l'accident du vol Paris-New York d'Air France aux Açores[3], dans lequel disparaissent aussi, entre autres, son frère Jean Neveu (1918-1949), pianiste concertiste, et le champion de boxe Marcel Cerdan ainsi que le peintre Bernard Boutet de Monvel. Elle repose au cimetière du Père-Lachaise à Paris (11e division)[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ginette Neveu », sur larousse.fr/encyclopedie (consulté le 16 juin 2015).
  2. Anecdote citée par Adrien Bosc dans Vous avez dit classique ?, France Inter, [écouter en ligne]
  3. Fiche « F-BAZN », sur AviaTechno (consulté le 14 décembre 2015)
  4. « Fiche sur Ginette Neveu », sur landrucimetieres.fr/, (consulté le 6 avril 2019)
  5. L'ouvrage, sur le site de l'éditeur, Stock.

Liens externes[modifier | modifier le code]