Gillet Automobiles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gillet (entreprise))
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gillet.

Gillet est un constructeur automobile artisanal belge, fondé par le namurois Tony Gillet. La gamme se compose d'un modèle unique : la Vertigo, une GT originale.

Historique de la société[modifier | modifier le code]

En 1991, Tony Gillet fonde la société. Lui et son équipe travaillent alors à la confection du premier prototype de la Vertigo, qui va devenir le véhicule phare de l'entreprise.

En 1992, le projet est finalisé. La Vertigo entame son processus d'homologation, qui va durer un an. Le crash test est concluant.

En janvier, la Vertigo est présentée au salon de l'automobile de Bruxelles.

En 1994 débute la commercialisation du modèle Vertigo.

Ce véhicule décroche le record du monde d'accélération pour un véhicule produit en série avec un 0-100 km/h en 3,266 secondes[1].

Cette même année, Tony Gillet est invité chez le roi Albert II pour lui présenter la Vertigo.

La société déménage vers une nouvelle structure à Gembloux.

En 1995, l'entreprise franchit l'Amérique du Nord en présentant la Vertigo au salon de Détroit.

C'est cette année là que Rainier III permet à Tony Gillet de conduire sa Vertigo sur le Circuit de Monaco, juste avant le départ de la F1.

C'est en 1996 que la Vertigo Streiff voit le jour. Elle a été spécialement conçue pour les besoins de l'ancien pilote de F1 Philippe Streiff, devenu paraplégique à la suite d'un accident pendant un essai privé sur le circuit de Jacarepagua, à Rio de Janeiro, au Brésil. Cette voiture de sport se pilote grâce à un joystick, elle ne possède ni pédales, ni volant.

L'entreprise décide de mettre en place un département spécialement dédié à la création de pièces en matériaux composites. Ses clients sont principalement issus du monde de la compétition automobile ou moto.

En 1999, ce département R&M (Research and Molding) réalise la "Bulle" de la Mercedes du mariage de Philippe et Mathilde[2].

Deux années plus tard, les Automobiles Gillet se lancent dans la compétition automobile. Tony Gillet fonde alors la "Team Belgian Racing", qui devient trois fois Championne du monde de FIA GT en catégorie G2, en 2006, 2007 et 2008[3].

En 2009, l'entreprise cesse la compétition.

La Vertigo .5 voit le jour : allégée et plus puissante, elle accueille le moteur V6 "GTA" 3 litres atmosphérique 24 soupapes d'Alfa Romeo.

Toujours en 2009, un partenariat avec le designer italien Zagato se crée. Les deux entreprises développent "l'Alfa Romeo TZ3 Corsa".

C'est en 2011 que les Automobiles Gillet sortent la Vertigo .5 Spirit, version améliorée de la .5. Le moteur 3.0 "GTA" est remplacé par un V8 atmosphérique Maserati 4,2 litres délivrant 420 chevaux[4].

Gillet Vertigo .5 Spirit

En 2014, Automobiles Gillet participe à la confection de la Zagato Mostro Maserati à travers la confection du châssis monocoque en fibre de carbone/Nomex[5] et le montage du moteur Maserati V8 4,2L. et de toutes les parties dites mécaniques : le châssis est livré à Zagato et est roulant. Le designer italien n'a plus qu'a y fixer sa carrosserie.

Diversification[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne les autres activités de l'entreprise :

  • Divers travaux de "Research and Molding"[Quoi ?] pour des entreprises telles que la SONACA, Dazon Mex,...
  • Engineering;
  • Rénovation de véhicules anciens;
  • Importateur officiel de Donkervoort en Belgique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]