Gilles Teneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gilles Teneau est un universitaire et chercheur français. Chercheur associé au LEMNA (Université de Nantes). Docteur en Sciences de Gestion. Responsable de CIRERO (Centre de Recherches en Résilience Organisationnelle).

Biographie[modifier | modifier le code]

Gilles Teneau intervient en tant que spécialiste en systèmes d'information, management et stratégie au sein des organisations. Auteurs de nombreux ouvrages en science de gestion et d'articles, il a participé à plusieurs congrès, colloques, conférences. Gilles Teneau développe la résilience organisationnelle, il est le président du centre d'investigation et de recherche expérimentale en résilience organisationnelle.

Responsabilité[modifier | modifier le code]

Enseignant au CNAM IDF Codirecteur avec Yvon Pesqueux de la collection Perspectives Organisationnelles aux éditions de l'Harmattan. Gilles Teneau est le principal administrateur du site Web Résilience organisationnelle.

Conseiller de recherches et enseignant au sein de l'ESC Amiens et de l'ISC Paris

Récompense[modifier | modifier le code]

Gilles Teneau a reçu un prix en 2009 lors d'un congrès international (Teheran) concernant la santé au travail.

Activités associatives[modifier | modifier le code]

  • Membre du conseil de perfectionnement au CNAM année 2008/2009
  • Membre du conseil des formations au CNAM année 2010/2012
  • Titulaire à la Commission de la Recherche au CNAM année 2010/2012
  • Président de l'association des ingénieurs en organisation du CNAM depuis 2006 (AMTIO)
  • Membre du club des pilotes de processus (C2P) depuis 2004
  • Membre de l'itSMF (association française de la gestion des services)
  • Membre de la commission expertise de l'itSMF France de 2007 à 2011
  • Membre et auteur du Portail des PME depuis 2008
  • Membre de l'AIM
  • Membre de l'AFFPP (Association Française et Francophone de Psychologie Positive)
  • Membre de l'association RESILIO

Œuvre[modifier | modifier le code]

Compassion en entreprise[modifier | modifier le code]

Ses travaux concernent, le processus de résilience de compassion en entreprise [1]. Il a soutenue une thèse de doctorat concernant ce sujet, dirigé par le professeur Yvon Pesqueux.

Lors de crises en entreprise, certaines ressources aux caractéristiques particulières émergent pour aider autrui, dans la souffrance. Nous appelons ces ressources : les toxic handlers. Le rôle de cette recherche est de comprendre ce que font les « toxic handlers », pourquoi ils aident autrui dans la souffrance, comment ils le font, comment les organisations peuvent les aider. Les « toxic handlers » sauvent les entreprises par acte de compassion mais payent malheureusement un lourd prix pour cela. Nous avons tenté de répondre au processus de création de la résilience de compassion en entreprise. De quelle manière des individus qui ne laisse rien paraître de particulier au regard de leur entreprise se trouve subitement pris de compassion pour leurs collègues. Nous nous posons la question de ce qui se passe chez le toxic handler, est-il « un porteur de compassion ou de souffrance » ? Comment cette compassion/souffrance va naître chez le « toxic handler » ? Pourquoi les « employés en souffrance » ne parviennent pas à affronter les « émotions toxiques » ? Comment se crée la relation qui va s’effectuer entre le « toxic handler » et « l’employé en souffrance » ? Les toxic handlers sont intermédiaires entre les « toxic boss » et « les employés en souffrance ». Mais les toxic handlers ne peuvent agir seulement et seulement si, il y a crise en entreprise (crise interne) et que le toxic handler soit aussi en crise (nous parlons de double crise). Nous avons réalisé un modèle d’analyse du processus de résilience de compassion et nous l’avons appliqué sur plusieurs entreprises de grandes tailles, subissant des crises. Nos travaux ouvrent un champ de recherches et amènent de nombreuses perspectives au regard de la problématique du processus de résilience de compassion en entreprise.

Projet de recherches en cours[modifier | modifier le code]

Réflexion académique consistant à approfondir les moyens pour prévenir une crise. Après avoir analysé la résilience organisationnelle en tant que mise en place de conditions pour faire face aux turbulences, le projet de recherche est aujourd’hui orienté sur différents axes :

Gestion des risques, un objet frontière[modifier | modifier le code]

(Gestion des risques, un objet frontière, préface de Bernard Guillon ; avec N. Dufour, Harmattan, 2013)

La gestion des risques se présente comme un enjeu stratégique contribuant à la sauvegarde de la valeur pour les organisations. Il s’agit également d’un « objet frontière » car gérer le risque consiste à faire le lien entre les différentes parties prenantes au sein des entreprises notamment en vue d’identifier, d’évaluer et de prévenir ou de réduire les nombreux risques pouvant survenir (environnement, humain, systèmes d’information, technologique, financier). Dans l’environnement hyperconcurrentiel des marchés, s’intéresser à la stratégie des acteurs (micro et macro) revêt un caractère essentiel pour comprendre leurs motivations, leurs lignes de conduite (à court, moyen et long terme dans une moindre mesure) et les interactions entre ces derniers.

Externalisation des centres de services[modifier | modifier le code]

(Externalisation des centres de services, analyse comparative sur site et hors site, revue des sciences de gestion, avec N. Dufour)

Cet article concerne l’externalisation des centres de service avec pour spécificités de comparer les pratiques d’externalisation survenant sur site et hors site client. En étudiant quatre cas d’entreprise ayant procédé à l’externalisation de leurs centres de services, nous démontrons qu’il existe des différences en matière de contrôle de l’activité, de diffusion du risque et de simplification entre les externalisations survenues sur site et hors site. Les résultats de la recherche montrent que si l’externalisation sur site est l’occasion de mieux garder la maîtrise de son activité, celle-ci peut se situer dans une « illusion du contrôle » au sens de M. Power (1999) et elle apparait comme moins pertinente en termes de simplification de l’activité et de diffusion du risque que l’externalisation hors site.

Rationalisation de l’ITSM, vers un nouveau paradigme de la qualité des SI[modifier | modifier le code]

(Acte du colloque Pré ICIS 2013)

Phase 1) Nous traitons de la comparaison entre les normes, les référentiels, les méthodes et les modèles, dénommé (NRMM), signe d’un principe de confusion dans le vocabulaire utilisé. L’étude empirique met en évidence l’apport d’un méta-modèle de maturité. Partant de notre problématique concernant la comparaison des NRMM au regard de la confusion des termes, nous en proposons une classification. Nous pensons qu’il est intéressant d’aller vers un méta-modèle de maturité (le NR2M), qui consiste en une échelle d’amélioration sur plusieurs niveaux. Ce méta-modèle étant une représentation complète du croisement des NRMM et de sa classification.

Proposition d’un papier de recherche pour la revue gestion 2000

Phase 2) Dans un second temps, nous nous posons la question, à savoir si une clarification des NRMM en matière de transformation du SI est-elle conséquente ? Notamment en termes de traduction (ANT) de la norme en vue de son application effective. La théorie de l’acteur-réseau est, pour Mähring et al., (2004), une approche théorique prometteuse pour comprendre les projets TI. Les 4 phases (NRMM) de transformation d’une organisation sont-elles applicables à l’ITSM ? Afin de répondre à cette question de recherche, nous nous appuyons sur les quatre grandes étapes définit dans la théorie de la traduction (problématisation, intéressement, enrôlement, mobilisation) ainsi que les travaux théoriques menés dans son prolongement. Nous traitons cette question de recherche de manière empirique, rationalisation et simplification des méthodes de travail.

Proposition d’un papier de recherche pour le colloque de l’AIM en mai 2014

L’apport des SIAD en SI et les risques d’erreurs[modifier | modifier le code]

(Chapitre ouvrage collectif les erreurs de représentation en sciences de gestion, Hamattan, 2014)

Cet article se fonde sur un courant nouveau concernant les théories de la décision, il concerne la décision en situation  utilisé pour présenter des voies de progrès d’un décisionnaire utilisant un Système Interactif d’Aide à la Décision (SIAD) ou (BI) pour Business Intelligence. L’attention portée à la situation décisionnelle fonde l’approche dite de théorie de la « décision en situation » (Klein, 1998; Lebraty et Pastorelli-Nègre, 2004). Dans cette perspective, l’analyse d’une décision doit intégrer le contexte dans lequel elle est conçue et mise en œuvre. Nous faisons l’hypothèse que l’apport des SIAD peut conduire dans certaines circonstances à des risques d’erreurs. Nous illustrons notre réflexion- par une étude cas.

Le recrutement des intrapreneurs[2][modifier | modifier le code]

L’objet de cet article est d’appréhender comment les pratiques de GRH, plus spécifiquement du recrutement, peuvent permettre de contribuer à la création de nouveaux produits et services. Cette étude se centre sur le cas du recrutement d’intrapreneurs dans le secteur des services informatiques. Les résultats de la recherche-action ainsi développée montrent que la réussite d’un recrutement d’intrapreneur comme soutien de l’offre d’une ESN passe par une démarche spécifique de recrutement de ces acteurs envisagés comme des ressources rares (au sens de Barney) et non par les systèmes d’embauche conventionnels.

L’organisation de la compassion en entreprise[3][modifier | modifier le code]

Lors de crises en entreprise certains acteurs appelés toxic handlers[4] (catalyseur d’angoisse) émergent pour aider autrui dans la souffrance. Le rôle de cette recherche est de comprendre la manière dont les toxic handlers participent à la lutte contre la souffrance au travail ainsi que le positionnement de l’organisation quant à ces derniers. Ce rôle s’entrevoit au travers de la notion de compassion. Nous avons tenté de répondre à notre problématique en réalisant un modèle d’analyse de la compassion. Nous avons appliqué ce modèle sur plusieurs entreprises françaises de grande taille subissant des crises. Nos travaux ouvrent un champ de recherches et amènent des perspectives au regard du processus de résilience de compassion en entreprise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Teneau, Nicolas Dufour, L'organisation de la compassion en entreprise, un rôle managérial émergent. Revue Management et Avenir. N° 62, août 2013
  2. Gilles Teneau et Nicolas Dufour, « Le recrutement des intrapreneurs, un enjeu stratégique permettant la création de nouveaux produits et services », Management & Avenir, vol. N° 76,‎ , p. 93-110 (ISSN 1768-5958, lire en ligne)
  3. Gilles Teneau et Nicolas Dufour, « L'organisation de la compassion en entreprise, un rôle managérial émergent », Management & Avenir, vol. N° 62,‎ , p. 72-90 (ISSN 1768-5958, lire en ligne)
  4. Prisma Media, « Les « toxic handlers », ces salariés qui absorbent la souffrance de leurs collègues, ont le vent en poupe », sur Capital.fr (consulté le 30 juin 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Teneau, (Direction), Erreur humaine, modèle et représentation, Collectif, Harmattan, 2015
  • Gilles Teneau, Empathie et compassion en entreprise, ISTE, 2014
  • Gilles Teneau avec Nicolas Dufour, La gestion des risques, un objet frontière, Harmattan, 2013
  • Gilles Teneau, Préface Yvon Pesqueux, La résistance au changement, perspective sociocognitive, seconde édition, Harmattan, 2012
  • Gilles Teneau avec Jean Bringer, Denis Meert, Michel Raquin, Le conseil en organisation, évolutions et perspectives, Harmattan, 2011
  • Gilles Teneau avec Guy Koninckx, La résilience organisationnelle, rebondir face aux turbulences, De Boeck, 2010
  • Gilles Teneau avec Jean-Guy Ahanda, Guide Commenté des Normes et Référentiels, éditions Eyrolles, 2009
  • Gilles Teneau, La résistance au changement, perspective sociocognitive, Harmattan, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]