Gilles Palsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gilles Palsky
Gilles Palsky par Claude Truong-Ngoc octobre 2015.jpg
Gilles Palsky au Festival international de géographie 2015
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine

Gilles Palsky est un géographe français, professeur à l'université de Paris 1 (2007 à 2016). Il est notamment membre du comité éditorial de Cybergéo et de Imago Mundi. Ses thèmes de recherche portent sur la cartographie, la géovisualisation, l'urbanisme et sur l'épistémologie et l'histoire de la géographie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gilles Palsky fut élève à l'École Normale Supérieure (ENS) de Saint-Cloud de 1978 à 1983. Il obtient en 1981 le CAPES d'histoire-géographie et l'agrégation de géographie. En 1990 il soutient son doctorat de l'Université Paris 1 avec une thèse sur l'histoire de la cartographie quantitative avant 1914[1], qui fut ensuite publiée en 1996[2]. En 2003 il soutient son habilitation à diriger des recherches à Paris 12, avec un mémoire s'intitulant L'esprit des cartes. Approches historiques, sémiologiques et sociologiques en cartographie.

Gilles Palsky a été maître de conférence à l'université de Paris 12 (Val-de-Marne) de 1991 à 2006, puis professeur à l'Université de Paris 1 de 2007 à 2016.
Il a été notamment membre du Conseil de gestion de l'UFR de lettres et science humaines de l'université de Paris 12 et directeur de la spécialité recherche « Territoires, Représentation, Acteurs » du master d'urbanisme et organisation de l'espace de 2005 à 2007.
De 2009 à 2014, il préside le Comité consultatif scientifique de la 23e section (CNU à l'université de Paris 1. De 2010 à 2015, il dirige dans le master Géographie la spécialité recherche « Géoprisme »[3].
Gilles Palsky est membre fondateur de l'OUCARPO (OUvroir de CArtographie POtentielle), créé au Château d'If le 3 mai 2013, à l'initiative du philosophe Guillaume Monsaingeon.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Gilles Palsky a étudié l'histoire de la cartographie statistique au XIXe siècle et les prémisses de la sémiologie graphique (notamment dans Des chiffres et des cartes. La cartographie quantitative au XIXe siècle (1996). Il relève l'ancienneté des procédés de cartographie quantitative ainsi que les raisons de leur adoption tardive en géographie. Ses travaux actuels portent sur le rôle des cartes dans la construction des savoirs géographiques, sur les différentes formes de cartographie participative, sur la théorie cartographique.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1996. Des chiffres et des cartes. La cartographie quantitative au XIXe siècle, Paris, CTHS (comité des travaux historiques et scientifiques), 331 p.
  • 2000. (avec Marie-Claire Robic), Aux sources de la sémiologie graphique « Aux sources de la sémiologie graphique », Cybergeo, [En ligne], Dossiers, Colloque «  30 ans de sémiologie graphique », article 147
  • 2001. « Emmanuel de Martonne et la cartographie ethnographique de l’Europe centrale », Bulletin du Comité Français de Cartographie, nos 169/170, p. 76-85
  • 2006. « Le monde au naturel. L’atlas sphéroïdal et universel de F. A. Garnier », Revue de la Bibliothèque nationale, 24, p. 38-45.
  • 2007. (en) (avec Michael Friendly), « Visualizing Nature and Society », Chapter 5 in : Akerman, James R. and Robert W. Karrow, Jr. (eds.), Maps : Finding Our Place in the World, Chicago, University of Chicago Press.
  • 2008. (en) « Connections and Exchanges in European Thematic Cartography. The Case of 19th Century Choropleth Maps », Belgeo 3/4, p. 413-426.
  • 2009. (en) « Land of Light and Shadow. Baron Dupin’s Shaded Map and its Diffusion in Moral and Medical Statistics », (Mitteilungen des Instituts für Wissenschaft und Kunst (Vienne, Autriche), 64 (1-2), p. 10-17.
  • 2009. « Un regard cartographique. Le monde vu d’Europe, du XVe au XXIe siècles », in : P. Boucheron (dir.), Histoire du Monde au XVe siècle, Paris, Fayard, p. 791-811.
  • 2012. « La cartographie au XXe siècle. De la cartographie d'expert aux cartographies citoyennes »,in : C. Hofmann (dir.), Artistes de la carte, de la Renaissance au XXIe siècle, Paris, Autrement, p. 170-205
  • 2013. « Cartographie participative, cartographie indisciplinée », L'Information Géographique 77, décembre, p. 10-25.
  • 2014. (avec Jean-Marc Besse et Jean-Christophe Bailly. Le monde sur une feuille : Les tableaux comparatifs de montagnes et de fleuves dans les atlas du XIXe siècle, Lyon, Fage éditions, 2014.
  • 2014. « E o esplendor dos mapas. Littérature et imaginaire cartographique », p. 43-55 in : L. Dupuy, J.-Y. Puyo, L'imaginaire géographique. Entre géographie, langue et littérature, Pau, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l'Adour.

Distinction[modifier | modifier le code]

Gilles Palsky a reçu le prix Georges Erhard de la Société de géographie (1996)[4].

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche SUDOC [1]
  2. 1996. Des chiffres et des cartes. La cartographie quantitative au XIXe siècle, Paris, CTHS (comité des travaux historiques et scientifiques), 331p.
  3. Master 2 Recherche Sciences des territoires-Géoprisme
  4. « Les 54 prix de la fondation de la Société de géographie », sur Société de géographie