Gilles Lefebvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lefèvre (patronyme).
Gilles Lefebvre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Autres informations
Instrument
Distinction

Gilles Lefebvre, né le à Montréal et mort le à Montréal[1], est un violoniste québécois, fondateur des Jeunesses musicales du Canada (1949) et du Centre d'arts Orford (1951), puis organisateur, administrateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gilles Lefebvre entreprend l'étude du violon à l'École supérieure de musique d'Outremont (aujourd'hui dite l'École de musique Vincent-d'Indy) durant ses études classiques au Collège Sainte-Marie de Montréal, avant de poursuivre à l'Université d'Ottawa (1939-42), où il forme un quatuor à cordes et un ensemble instrumental[1]. De 1942 et 1945, il fait partie de l'Aviation royale canadienne (ARC) à titre de musicien et donne pour les Forces armées quelques concerts[1]. En 1945 à Montréal, il crée la sonate pour violon et piano d'André Mathieu, avec le compositeur au piano, et il étudie aussi auprès du violoniste Arthur Le Blanc cette année-là[1].

Il se rend en France en 1946, où il étudie à l'École normale de musique de Paris (1946-1947) avec Jacques Gentil (violon et musique de chambre) et Georges Dandelot (harmonie et analyse), et suit des cours privés (1948-1950), notamment avec Norbert Dufourcq et Georges Enesco[1].

En 1948-1949, une tournée d'une cinquantaine de récitals au Canada, avec Colombe Pelletier au piano, lui démontre l'intérêt des jeunes pour la musique mais la carence de concerts dans les centres éloignés, ce qui le pousse à fonder l'Hélicon (1949), une association qui devient le noyau des Jeunesses musicales du Canada (JMC)[1],[2], qu'il dirige jusqu'en 1972, ainsi que le Camp musical JMC, qu'il fonde en 1951 à Orford et pour lequel il obtient une salle de concert (de 400 000 $ du temps), en 1960, qui sera plus tard hivérisée.

Il est directeur du Festival Mondial pour l'Expo 67 à Montréal et, la même année, au parc national du Mont-Orford, il fonde pour les JMC le célèbre Centre d'arts Orford, qui procure des installations permanentes toutes saisons au Camp musical JMC[1].

Il est président de la Conférence canadienne des arts (1970-1972). Il est ensuite directeur du Centre culturel canadien à Paris (1972-1978).

Dans son dernier mandat, il est président du Conseil des Arts de la communauté urbaine de Montréal (1991-2001).

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Thérèse Charbonneau-Conquer, Suzanne Thomas, Gilles M. Leclerc, « Lefebvre, Gilles », L'Encyclopédie de la musique au Canada, (consulté le 31 juillet 2011).
  2. « Gilles Lefebvre : consacrer sa vie à la musique (clip vidéo, 9 min 35 s) », sur archives.radio-canada.ca, Société Radio-Canada, (consulté le 31 juillet 2011).
  3. « Ordre du Canada (1967) : Gilles Lefebvre, O.C., C.Q. », sur www.gg.ca
  4. « Gilles Lefebvre (1922 – 2001) : Chevalier (1985) », sur www.ordre-national.gouv.qc.ca

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]