Gilles Hourgières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gilles Hourgières
Gilles Hougières Paris-Berlin 1901.jpg
Gilles Hourgières au Paris-Berlin 1901.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Gilles Hourgières en avril 1900.
La Panhard 6HP vainqueur des catégories voitures aux Paris-Dieppe et Paris-Trouville 1897 avec Gilles Hourgières.
Gilles Hourgières sur Panhard, deuxième de Marseille-Hyères-Nice en mars 1898 (départ, mécanicien Pognon).
Gilles Hourgières, lors du Paris-Amsterdam-Paris 1898 (12e).

Gilles Hourgières, de son vrai nom Paul André Georges Huillier, né en 1870 et mort le à Paris à l'âge de 49 ans, est un ancien pilote automobile français. Il est le fils du notaire parisien Paul Augustin Huillier[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gilles Hourgières est durant sa jeunesse un cycliste amateur. Il affronte Max Lebaudy durant une course fin février 1894 longue de 25 kilomètres au Vélodrome d'hiver, remportée par ce dernier[2].

En tant que pilote automobile, il court successivement pour Panhard & Levassor (de 1897 à 1900) et Mors (en 1900 et 1901). Il obtient avec Panhard & Levassor quatre podiums en compétition, pour une dizaine de départs (dont trois avec Mors). Sa première apparition a lieu lors du Paris-Trouville de juillet 1897, où il finit premier des voitures, à 28 min 7 s du cycle de Paul Jamin. Sa dernière participation s'effectue sur le Paris-Berlin de juin 1901, à l'issue duquel il est classé douzième.

À la fin du mois de mai 1898, il se bat en duel à l'épée dans la propriété du comte Jules-Albert de Dion à Puteaux contre Mr Delaville Le Roulx (de la famille de Joseph Delaville Le Roulx), avec pour témoins personnels les comtes de Borda (de la famille de Jean-Charles de Borda) et de Dion (témoins de son adversaire messieurs de Fitz. James et Metmann). Au bout de six reprises décrites comme « acharnées », P. Huillier fils blesse Delaville Le Roulx à la main par pénétration, ce qui met fin au combat[1].

Son père Paul Augustin était le propriétaire du Château de Courcelles-le-Roy près de Châtillon-sur-Loire (dans le Loiret), grâce à son mariage avec une Lejeune de Bellecour qui était sa cousine par alliance[3].

Il est enterré au cimetière de Bayeux (Hauts-de-Seine). Il avait deux frères, Henri et Georges.

Podiums[modifier | modifier le code]

Les performances suivantes ont été effectuées sur Panhard.

  • 2e de Paris-Trouville 1897 (6HP, et vainqueur de la catégorie véhicule lourd) ;
  • 2e de Marseille-Nice 1898 ;
  • 2e de Nice-Marseille 1900 ;
  • 3e de Paris-Dieppe 1897 (vainqueur de la catégorie véhicule lourd[4]).

Victoire étape[modifier | modifier le code]

  • Château d'Ardenne-Nijmegen, la deuxième étape du Paris-Amsterdam-Paris 1898 (longue de plus de 251 kilomètres, et 12e au général sur Panhard 2 places à moteur Phénix 8HP).

(Nota bene : pilote également 4e du Circuit du Sud Ouest en 1900 avec Panhard, sur une boucle Pau-Tarbes-Riscles-Saint Sever-Dax-Majendie-Bayonne-Peyrehorade-Orthez-Pau.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Nouvelles du jour - Un duel de chauffeurs », La Presse, no 2190,‎ (lire en ligne).
  2. F. de Villemont, « Autour de la vélocipédie », Le Monde illustré, no 1927,‎ , p. 144 (lire en ligne).
  3. Juliette Aubrun, La ville des élites locales : pouvoir, gestion et représentations en banlieue parisienne, 1860-19142 (thèse de doctorat en histoire), Université Lyon 2, (lire en ligne), note 593.
  4. Mattijs Diepraam et Felix Muelas, « Grand Prix winners 1894-2014 », sur 6th Gear (consulté le 29 novembre 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]