Gilles Grégoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gilles Grégoire (né le à Québec, mort le à Québec) est un homme politique québécois. Il a été député de Lapointe à la Chambre des communes du Canada de 1962 à 1968 et député de Frontenac à l'Assemblée nationale du Québec de 1976 à 1985.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gilles Grégoire est le fils de J.-Ernest Grégoire et de Germaine Bolduc[1]. Il étudie à l'université Laval[1]. Il obtient une licence en droit en 1951[1]. Il épouse Solange Lachapelle le 14 juillet 1951 à Québec[1]. Il œuvre comme directeur de publicité, homme d'affaires, journaliste et publiciste[2].

Député à la Chambre des Communes[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection fédérale générale du 18 juin 1962, il est élu député de la circonscription de Lapointe à la Chambre des communes du Canada, sous l'étiquette du Parti Crédit social du Canada[2]. Il est réélu lors de l'élection générale du 8 avril 1963[2]. Le 1er septembre 1963, avec d'autres députés du Crédit social, il passe au Ralliement créditiste[2]. Il est réélu sous cette étiquette lors de l'élection générale du 8 novembre 1965[2]. Au Québec, il est élu président du parti Ralliement national le 21 août 1966[1]. Au fédéral, il démissionne du Ralliement créditiste. À partir du 29 août 1966, il est député indépendant à la Chambre des Communes, jusqu'à l'élection générale du 25 juin 1968, à laquelle il ne se représente pas[2].

Député à l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Le Ralliement national, présidé par Gilles Grégoire, et le Mouvement Souveraineté-Association, présidé par René Lévesque, fusionnent le 4 août 1968 pour former le Parti québécois. Grégoire est vice-président du Parti québécois de 1968 à 1972[1]. Il est candidat du Parti québécois dans la circonscription de Jonquière lors de l'élection générale québécoise du 29 avril 1970 et il est défait[1]. Il est élu député du Parti québécois de la circonscription de Frontenac à l'Assembée nationale lors de l'élection générale du 15 novembre 1976[1]. Il est réélu lors de l'élection générale du 13 avril 1981[1]. À partir du 20 juin 1983, il siège comme député indépendant, jusqu'à l'élection générale du 2 décembre 1985, à laquelle il ne se représente pas[1]. En 1983, il est condamné pour avoir eu des relations sexuelles avec des jeunes filles d'âge mineur[3]. Condamné à deux ans moins un jour de prison, il purge quelques mois à la prison provinciale d'Orsainville.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Gilles Grégoire — note biographique sur le site de l'Assemblée nationale du Québec
  2. a, b, c, d, e et f « GRÉGOIRE, Gilles, B.A., B.Ph., LL.L. — Fiche de parlementaire », Parlement du Canada
  3. « Gilles Grégoire est décédé », Le Devoir, Montréal, 24 novembre 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]