Gilles Brown

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gilles Brown
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 73 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Gilles Brown est né le à Montréal et est décédé le , jour de ses 73 ans.

Après avoir fait ses débuts à la radio, il se voit confier l'adaptation des paroles de chansons américaines et britanniques pour les interprètes québécois de l'heure[1]. Devenu lui-même chanteur à succès, il connaît le succès avec sa propre version du populaire Only the Lonely de Roy Orbison, intitulée C'est toi que j'aime, ainsi qu'avec Mon Ange, version du classique des Penguins, Earth Angel. Il chantera en duo avec Yves Martin au début des années soixante-dix.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1968 : 15 disques d'or
  • 1969 : Ce soir
  • 1970 : Gilles Brown : 15 succès
  • 1974 : Yves Martin et Gilles Brown : Disque d'or (avec Yves Martin)

45 tours[modifier | modifier le code]

  • 1964 : Ce soir / Quand celle qu'on aime sourit
  • 1964 : C'est la bamba / C'est toi que j'aime
  • 1965 : Le chef de la bande / Toujours les beaux jours
  • 1966 : Agent secret / On est jeune qu'une fois
  • 1967 : Cette fille / Il est devenu quelqu'un
  • 1967 : Son nom est Lison / Elle a pleuré
  • 1968 : Le karaté / Ne t'en va pas
  • 1969 : Le grand imposteur / J'ai rêvé d'un ange
  • 1971 : Un souvenir / On est ben tannés (avec Yves Martin)
  • 1971 : Il ne faut pas pleurer / Non monsieur (avec Yves Martin)
  • 1972 : Il faut se dire adieu / Je t'invite à l'amour (avec Yves Martin)
  • 1972 : Alors pourquoi ne pas dire que tu m'aimes / La route est longue (avec Yves Martin)
  • 1972 : Ce soir / Pour tous les âges (avec Yves Martin)
  • 1973 : Pardonne-moi / Tant que l'on s'aimera (avec Yves Martin)
  • 1973 : Viens, viens / Prends mon cœur (avec Yves Martin)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Paroles des chansons de Gilles Brown sur Le-Parolier.net

Notes et références[modifier | modifier le code]