Gilbert Walusinski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gilbert Walusinski
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Gilbert Walusinski, né le à Paris et mort le (à 90 ans) dans la même ville[1],[2], est un mathématicien et syndicaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Gilbert Walusinski est le fils de Joseph Walusinski et de Georgette Soyer. Il épouse Janette Illet le 25 juillet 1939, institutrice et a deux enfants Gilles, né le 10 janvier 1945 à Poitiers, Olivier (né à Paris le 3 avril 1949).

Études[modifier | modifier le code]

Gilbert Walusinski est licencié ès sciences à Paris en 1935 et agrégé de mathématiques en 1941.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Maître d’internat au lycée Jean-Baptiste Say, du 1er octobre 1935 au 30 septembre 1938, professeur délégué au lycée de garçons à Troyes, du 1er octobre 1938 au 16 septembre 1939, Gilbert Walusinski est nommé professeur délégué du au Lycée Condorcet à Paris, du 1er octobre 1940 au 8 février 1942, puis professeur agrégé (CN) au Lycée de Poitiers, du 13 janvier 1942 au 30 septembre 1946. Professeur agrégé au Lycée Claude Debussy à Saint-Germain-en-Laye, du 20 août 1946 au 30 septembre 1947, ensuite au Lycée Claude Bernard à Paris, du 15 juillet 1947 au 30 septembre 1948, au Lycée Voltaire à Paris de 1949 à 1957, il finit sa carrière comme professeur au lycée de Saint-Cloud[3] d'octobre 1957 jusqu’à sa retraite[4].

Parcours syndical[modifier | modifier le code]

En avril 1948, il est élu co-secrétaire général de la Fédération de l’éducation nationale Force Ouvrière et devient par la suite secrétaire adjoint du Syndicat professionnel international de l’enseignement (SPIE)[5]

Délégué au congrès fondateur de Force Ouvrière des 12-13 avril 1948 à la mutualité, il fait voter à l'unanimité trois motions, la première sur l'éducation ouvrière, la deuxième pour un syndicalisme laïque pour la défense de l'école laïque, la troisième demandant un statut réglementant l'apprentissage comme il en existe dans les autres ordres d'enseignement [6].

À partir de 1949[7], il est gérant des Cahiers Fernand Pelloutier édités d'abord par la FEN FO, puis à compter d'octobre 1950 par le Centre d’éducation ouvrière de la CGT FO[8]. En 1951, considérant avoir « échoué dans un lancement valable des Cahiers », il abandonne la direction, la rédaction et la gérance de cette publication.[9].

Walusinski vote contre le rapport moral du 3e congrès de Force Ouvrière en novembre 1952 car il reproche à la confédération d'être trop complaisante avec les intérêts coloniaux : « on a dit, on a pu dire dans les milieux internationaux que Léon Jouhaux n’avait jamais été aussi assidu aux séances de la C.I.S.L. que pour défendre les intérêts de l’occupation française en Afrique du Nord »[10].

Associations[modifier | modifier le code]

De 1955 à 1958, il est président de l’Association des professeurs de mathématiques de l'enseignement public[11]. De 1959 à 1962, il devient secrétaire de la Commission internationale sur l'enseignement mathématiques (C.I.E.M.) puis à partir de 1963 délégué national de la Commission internationale sur l'enseignement mathématiques. En 1976, il est cofondateur du C.L.E.A. (Comité de liaison enseignement et astronomie).

Il reçoit le prix des Dames de la Société astronomique de France en 1952[12] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Notre président d’honneur, Gilbert Walusinski Hommages » (consulté le 2 mai 2014).
  2. (fr) « Gilbert Walusinski ou l’esprit des Lumières n° 109 de Tangente (Mars-Avril 2006) » (consulté le 2 mai 2014).
  3. (en) Jean Sauvy, Mon parcours dans le siècle: 1947-2001, (ISBN 2296342884), p. 118.
  4. [PDF] « Hommages à Gilbert Walusinski » (consulté le 2 mai 2014).
  5. (fr) « WALUSINSKI Gilbert » (consulté le 2 mai 2014)
  6. Confédération générale du travail force ouvrière, Congrès constitutif, XXXIIIe congrès national corporatif de Paris, compte rendu sténographié des débats, 1948, p.119-
  7. Les Cahiers Fernand Pelloutier, n°1, mai-juin 1949, p.4
  8. (fr) « Travail et Emploi n° 116 • Octobre-décembre 2008 • 69 • HISTOIRE Les missions de productivité dans les années 1950 : une tentative pour importer en France une fonction d’expertise syndicale » (consulté le 2 mai 2014).
  9. Les Cahiers Fernand Pelloutier, n°17-18, juin-juillet 1951, p.1
  10. Compte rendu sténographié des débats p.112 et 351, Force Ouvrière Informations, supplément au n°14 de janvier 1953
  11. (fr) « GILBERT WALUSINSKI » (consulté le 2 mai 2014).
  12. « Médailles et prix décernés par la société », L'Astronomie, vol. 63,‎ , p. 464 (lire en ligne).