Gilbert Poillerat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gilbert Poillerat
Gilbert Poillerat vers 1935.jpg

Gilbert Poillerat vers 1935.
Naissance
Décès
Nom de naissance
Gilbert Poillerat
Nationalité
Française
Activités
Maître ferronnier d’art
Autres activités
une collection de sulfures au Musée d'Epinal (Vosges)
Formation
Maître
Distinctions
1 artistique ( et )Voir et modifier les données sur Wikidata
Compléments
Beau-frère de Jean Maurice Rothschild, architecte décorateur (1902-1998), avec lequel il a collaboré durant toute sa carrière. Jean Maurice a également été élève de l'école Boulle.

Gilbert Poillerat (1902 - ) est un décorateur[1] et maître-ferronnier d’art français. Son travail, souvent inspiré par l’art des XVIIe et XVIIIe siècles, est la marque de l’élégance française. Il excelle aussi dans l’art de la ciselure des médailles.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

« Le Fer ne demande pas à être un accessoire, c’est un ornement. »[2]

Gilbert Poillerat sort de l’école Boulle en 1921 et passe huit années auprès d’Edgar Brandt. Il se classe rapidement au premier rang des ferronniers d’art français après s’être consacré d’abord à la ciselure et à la peinture[3].

« Les arabesques de ses balustrades l’ont fait connaître au public. Elles sont, comme une écriture ailée, traversées de souvenirs et de douces visions de l'enfance. Ses hauts vantaux de bronze, décorés de motifs robustes et gracieux, tournent sans secousse. »[4]

Entre 1948 et 1952, Gilbert Poillerat réalise pour son ami Georges Zérapha des cartons de papier-peint en édition d’art pour une collection de prestige destinée au grand public. S’y côtoient des dessins de Leonor Fini, des esquisses de Maurice Brianchon, Jacques Flandin, René Fumeron, Colette Guéden, Simone Godquin, Odette Martin Girard et Raymond Peynet.

Œuvres remarquables[modifier | modifier le code]

La façade de la grande synagogue de la Paix à Strasbourg. 1960.
  • Le collier de Grand-maître de l'Ordre de la Libération, qui fut remis au général de Gaulle en présence des membres du conseil de l'Ordre de la Libération, le 31 août 1947. Il est le seul à avoir porté cette décoration.
  • La médaille de l'Ordre du Mérite touristique, créée par décret du , cet Ordre récompensait les personnes ayant rendu d’éminents services à la cause du tourisme et contribué à son développement tant en France qu’à l’étranger.
  • Le collège Jules-Ferry à Maisons-Alfort, construit en 1932, dont les motifs de ferronnerie de Gilbert Poillerat ornent les grilles d’entrée qui accueillent ses élèves, représentent les Sciences, les Arts, l’Histoire, la Géographie et les Sciences naturelles.
  • Sur les dessins d'André Ursault, il réalise l'ensemble des ferronneries du balcon intérieur, des garde-corps et des cache-radiateurs de l'hôtel Gilbert à Poitiers. Les ferronneries reprennent l'emblème du propriétaire Maurice Gilbert.
  • Plusieurs pièces de mobilier réalisées par ses soins sont conservées au Mobilier national ainsi qu'au musée des Arts décoratifs.

La grande synagogue de la Paix de Strasbourg, dont les travaux de ferronnerie de Gilbert Poillerat jouent un rôle essentiel dans l’ensemble de la synagogue : la grande claire-voie étoilée de la façade, où s’inscrit le portail avec des motifs symbolisant les Douze tribus d’Israël ; les portes des bas-côtés donnant sur le parvis, l’Arche sainte, les candélabres, la chaire, les stalles, les lampes de deuil sont exécutés dans ses ateliers ; seul le candélabre de l’Oratoire des Jeunes est réalisé, sur son dessin, par les élèves de l’école professionnelle ORT de Strasbourg[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décorateur est le nom que l’on donnait entre la fin du XIXe siècle (surtout dans l’Art nouveau) et la première moitié du XXe aux artistes qui concevaient des meubles et des objets décoratifs par le biais de dessins qu'ils donnaient ensuite aux artisans (ébénistes, ferronniers, sculpteurs, céramistes, etc.) pour leur conception finale.
  2. Gilbert Poillerat in Images de France, no 98, juillet 1943.
  3. Le Mobilier national possède plusieurs œuvres de Gilbert Poillerat, notamment le mobilier du Maréchal de Lattre de Tassigny, les consoles exécutées pour le Président Vincent Auriol.
  4. Marina Paul-Bousquet, Gilbert Poillerat in Images de France, no 98, juillet 1943.
  5. Hans Haug, De la première synagogue à la Synagogue de la Paix in La Synagogue de la Paix, Strasbourg 1958, Impr. Dernières Nouvelles d’Alsace. D.L. mars 1959/90.039.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]