Gilbert Lewis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un chimiste
Cet article est une ébauche concernant un chimiste.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lewis.
Gilbert N. Lewis
Naissance
Weymouth (en), Massachusetts (États-Unis)
Décès (à 70 ans)
Berkeley, Californie (États-Unis)
Nationalité Drapeau : États-Unis américain
Champs Chimie physique
Diplôme Harvard
Renommé pour
Distinctions

Gilbert Newton Lewis, né le à Weymouth, Massachusetts, et mort le à Berkeley, Californie, est un physicien et chimiste américain.

Travaux[modifier | modifier le code]

Gilbert Lewis était connu pour sa théorie du partage d'électrons dans la liaison chimique et pour sa théorie des acides et des bases. Lewis développa la physique théorique par l'étude de la thermodynamique appliquée à l'équilibre chimique.

Il a expliqué plusieurs aspects de la valence des éléments chimiques à l'aide des théories électroniques. En 1904, il proposa la règle d'octet qui décrit la tendance des atomes des éléments représentatifs à s'entourer par huit (8) électrons de valence. En 1916, il identifia la liaison covalente comme un partage d'électrons entre deux atomes, idée développée aussi par le physico-chimiste américain Irving Langmuir. En 1923, il proposa une théorie électronique des acides et des bases, selon laquelle les acides et les bases sont respectivement accepteur et donneur d'une paire d'électrons. Enfin, en 1944, il démontra avec son étudiant Michael Kasha que la phosphorescence des molécules organiques implique un état excité état triplet avec deux électrons de spins parallèles.

Lewis est également connu pour ses travaux sur la théorie des solutions et l'application des principes de la thermodynamique aux problèmes chimiques. En 1900[1] et 1901[2], il proposa la notion de fugacité pour décrire la thermodynamique des gaz réels. En 1923[3] il proposa également la notion d'activité chimique.

De 1912 à sa mort, il fut professeur de chimie physique à l'Université de Californie à Berkeley.

C'est lui qui, en 1926, proposa le terme « photon » pour le quantum d'énergie rayonnante introduit par Einstein en 1905.

Il fut lauréat de la Médaille Davy en 1929.

Il fut le premier à isoler un échantillon pur de l'eau lourde (l'oxyde de deutérium, D2O) en 1933. Il s'en est servi pour étudier la survie et la croissance des êtres vivants dans l'eau lourde.

Il a été nommé 34 fois pour le prix Nobel de chimie, mais ne l'a jamais obtenu[4].

Il est retrouvé mort dans son laboratoire en 1946. Beaucoup pensent à un suicide.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gilbert Newton Lewis, « A New Conception of Thermal Pressure and a Theory of Solutions », Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, vol. 36, no 9,‎ , p. 145-168 (DOI 10.2307/20020988)
  2. (en) Gilbert Newton Lewis, « The Law of Physico-Chemical Change », Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, vol. 37, no 3,‎ , p. 49–69 (DOI 10.2307/20021635)
  3. Gilbert Newton Lewis et Merle Randall, « Thermodynamics and the free energy of chemical substances », McGraw-Hill Book Company Inc. (1923)
  4. (en) David L. Adams, Gilbert Newton Lewis - New Insights and Recognition, University of Massachusetts, 27 avril 1999, page 6

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]