Gilbert Lely

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lely.
Gilbert Lely
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Gilbert Lely, né Lévy à Paris XIIe le 1er juin 1904 et mort à son domicile à Paris XVIIe le 4 juin 1985, est un poète français.

Vie et œuvre[modifier | modifier le code]

Gilbert Lely est considéré comme l’un des grands poètes du XXe siècle, proche des surréalistes, admiré d’André Suarès, André Breton ou Yves Bonnefoy.

Éclairant de sa « lampe scabreuse » le surréalisme dans les années 1930, au plus proche de René Char lors des années sombres de la guerre, l’auteur d’Arden (1933), de La Sylphide ou l’Étoile carnivore (1938) offre avec Ma civilisation (1947) son recueil majeur, illustré par Lucien Coutaud, une œuvre qu’il n'a cessé de retailler comme un joyau toujours à polir.

Après une enfance marquée par « la solitude et le manque d'affection »[1], il se passionne pour la littérature grecque et latine, et est tenté par le théâtre, avant de travailler dans l'édition d'art. Ses premiers poèmes sont marqués par une tonalité parnassienne. En 1933, il devient responsable de rédaction de la toute jeune revue Hippocrate revue d'humanisme médical[2].

Protéiforme, son œuvre présente des libres traductions poétiques (Les Métamorphoses, 1930 ; La Folie Tristan, 1954), des poèmes dramatiques (Solomonie la Possédée, 1979) et des recueils divers (L’Épouse infidèle, 1966).

Elle sait allier à une flagrante modernité la reviviscence de l’Antiquité et l’étude du XVIIIe siècle, et, à la sombre beauté de ses proses, l’humour réinventé de l’épigramme. Yves Bonnefoy mentionne le côté « intemporel » de sa poésie et l'intérêt aiguisé de Lely pour le langage, sa relation particulière au langage, avec « un emploi rigoureux des mots, mené dans le scrupule le plus tendu mais avec des intuitions brusques, des intuitions fulgurantes », étant entendu que selon lui, « l'écriture de poésie est l'intensification réciproque de la réalité que l'on vit et de la langue qui l'interroge. »[3] Yves Bonnefoy lit dans cette tension entre vécu et langage un « grand cri de présence ».

Pour Gilbert Lely, la poésie doit « dévorer la réalité » et « sert à rendre assimilables les éléments nutritifs de la Réalité. »[4] Ainsi, rendant hommage à son ami René Char, dans le sillage du surréalisme, il donne cette définition de la poésie ou du « seul mode magnifique de vivre » :

« Nous avons toujours pensé que ce qui peut être dit de plus philosophique sur le fourvoiement éternel de l'homme, c'est que celui-ci a horreur de l'abolition des contraires. Or, le plus fécond espoir de l'existence nous semble précisément résider en des actes où se manifeste le refus des antinomies psychiques et métaphysiques que prétendent nous imposer les lois de la famille, de la religion et de l'ordre social présent ou à venir.[5] »

La poésie de Lely est à la fois lyrique et subversive, un mélange de rigueur et clarté de l'expression, liberté, érotisme, éclats métaphysiques et humour transcendant. Un poème de son recueil L’Épouse infidèle (1966) - en exergue duquel il écrit ceci : « La différence corporelle de l'homme et de la femme, ce luxe fabuleux m'éblouit[6] » - en donne le ton et la mesure :

« La Nature est une grande tige coupée.
Sous l'arc des sèves stridentes,
Une jeune femme ivre, cambrée,
D'un doigt de nacre écarte les lèvres de son sexe,
Pour glacer les soifs métaphysiques.[7] »

Ou bien encore tel extrait de Ma Civilisation (1947) :

« Ô luxe de mon sperme dans la nuit de tes cuisses !
Là-haut, la semence homologue de la Voie Lactée.[8] »

Son éclat a quelque chose de la mania dionysiaque et du dithyrambe, conjuguant Éros et Dionysos, illumination érotique et cosmologique, ce que souligne Jean-Louis Gabin (qui a établi l'édition en trois tomes des Poésies complètes de Lely au Mercure de France, 1990, 1996 et 2000), en parlant d' un « feu sous la glace » : « Subversion du contenu, poli miroitant de la forme, partout dans leur [les poèmes de jeunesse] lyrisme couve ou flamboie le feu d'Éros car pour Lely, comme pour les Grecs, l'éclat des corps entrelacés par le désir c'est la montée vers le soleil de la métaphysique et, comme dans le Tantrisme, le battement d'ailes d'Éros embrase et cristallise la pensée dans l'adéquation maniaque entre une langue et l'émotion. »[9]

L'éditeur et biographe du marquis de Sade[modifier | modifier le code]

Fin connaisseur de l’histoire de la médecine, qu’il illustre dans la revue Hippocrate, et historiographe - à la suite de Maurice Heine - du marquis de Sade, Gilbert Lely est également éditeur des œuvres complètes du « divin marquis » (1962-1964), dont il publie en outre la correspondance inédite.

C'est en 1942, face aux ruines du château de Lacoste, autrefois propriété de Sade, qu'il a une véritable illumination — « sa première rencontre mystique avec Sade » — : l'amour de celle nommée « Josée » dans les poèmes du Château-Lyre se conjuguant soudain avec la présence de Sade et le souvenir de Maurice Heine [10]. En 1948, il rencontre le comte Xavier de Sade, qui lui ouvre les archives de sa famille, lui permettant ainsi d'entamer un prodigieux travail d'historiographe et éditeur de Sade, qui sera poursuivi et complété, à sa manière, par Jean-Jacques Pauvert.

Sa Vie du marquis de Sade (1952-1957), sans cesse révisée au fil des ans, continue de faire autorité. Elle s’est imposée comme un véritable monument littéraire. Unissant parfaitement lyrisme et rigueur historique, elle offre une poétique et une politique sadienne au plus loin des clichés. Par ailleurs, sa propre création poétique s'est nourrie de sa découverte de Sade.

Il est inhumé au cimetière de Montmartre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Aréthuse ou élégies, Paris, Alphonse Lemerre, 1924
  • Allusions ou poèmes, Paris, Librairie Crès, 1927
  • Métamorphoses d'Ovide. Version nouvelle de Gilbert Lély. Seize eaux-fortes en couleurs et quarante-cinq bois gravés par A. Lambert. Paris, Devambez, 1930, gr. in-4°, 136 p.
  • Ne tue ton père qu'à bon escient, tragédie, Paris, Éditions La Centaine, Jacques Bernard éditeur, 1932
  • Arden, Paris, Librairie du Luxembourg, 1933
  • Je ne veux pas qu'on tue cette femme, avec un frontispice de Max Ernst, Paris, Éditions Surréalistes, 1936
  • La Sylphide ou l’Étoile carnivore, Paris, Éditions Le François, 1938
  • Ma Civilisation clandestine, édition dactylographique, avec un frontispice et un "portrait érotique voilé" de Max Ernst et une photographie de l'auteur par Man Ray, 1942
  • Ma Civilisation, illustré de dix eaux-fortes de Lucien Coutaud, Paris, Éditions Maeght, 1947
  • Vie du marquis de Sade, tome I, Paris, Gallimard, 1952- tome II, Paris, Gallimard 1957
  • La Folie Tristan, poème anglo-normand du XIIe siècle traduit dans son mètre original, première version, Paris Éditions d'Histoire et d'Art, 1954 ; deuxième version, Paris, Hugues, 1959 ; troisième version, "définitive", Paris, Pauvert, 1964
  • Œuvres complètes du marquis de Sade, établies sur les originaux imprimés ou manuscrits. Edition définitive. Trois cent soixante illustrations documentaires. Paris, Cercle du Livre précieux,1962-64, 15 vol. in -8°. Tirage : 2000 ex. sur vélin d'Arches.
  • Œuvres complètes du marquis de Sade, établies sur les originaux imprimés ou manuscrits. Nouvelle édition. Paris, Cercle du Livre précieux,1966-67, 16 tomes en 8 vol. in -8°. Tirage : 4500 ex. sur papier bible.
  • L’Épouse infidèle, Paris, Jean-Jacques Pauvert, avec deux eaux-fortes de Leonor Fini, 1966
  • Sade (quelques chapitres de la Vie du marquis de Sade), Paris, Gallimard, collection "Idées", 1967
  • Kidama Vivila, avec sept dessins de Júlio Pomar, Paris, La Différence 1977
  • Solomonie la Possédée, poème dramatique tiré du conte de Alexeï Remizov, avec quatorze pointes sèches en couleurs de Leonor Fini, Paris, Jacques Carpentier, 1979
  • Clio, Sotadès, Charcot, Losne, Thierry Bouchard, 1981
  • Vie du Marquis de Sade, nouvelle édition revue et très augmentée, Paris, chez Pauvert aux Éditions Garnier, 1982 ;  éd. définitive, Paris, Mercure de France, 1989 et 2004
  • Poésies complètes, texte établi et annoté par Jean-Louis Gabin, préface d'Yves Bonnefoy, 3 tomes, Paris, Mercure de France, tome I (1990), tome II (1996), tome III (2000)
  • Plusieurs éditions et présentations de textes et correspondances de Sade, dont Le Portefeuille du Marquis de Sade, textes rares et précieux, Paris, La Différence, 1977 ; Lettres et Mélanges littéraires écrits à Vincennes et à La Bastille, avec des lettres de Mme de Sade, de Marie-Dorothée de Rousset et de diverses personnes, 3 tomes, Paris, Éditions Borderie, 1980

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Blin, notice Gilbert Lely, in Le Nouveau Dictionnaire des auteurs, de tous les temps et de tous les pays, volume II, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1994, p. 1854.
  2. Bibliothèque littéraire Jacques Doucet : Ensemble Gilbert Lely
  3. Yves Bonnefoy, « Crier le nom », préface à Gilbert Lely, Poésies complètes, tome I, Mercure de France, 1990, p. 12-13.
  4. Ma Civilisation clandestine (1942), in Poésies complètes, tome III, Mercure de France, 2000, p. 74. Phrase qu'il reprend ailleurs, dans plusieurs autres écrits, et notamment dans La Sylphide ou l'Étoile carnivore (1938), recueil par lequel Yves Bonnefoy eut la révélation d'un « grand poète », in Poésies complètes, tome III, p. 64.
  5. « René Char », in Poésies complètes, tome III, Mercure de France, 2000, p. 194.
  6. L’Épouse infidèle (1966), in Poésies complètes, tome I, Mercure de France, 1990, p. 123.
  7. « Aloisia ou la danse », in Poésies complètes, tome I, Mercure de France, 2000, p. 146.
  8. « La Sertisseuse du cri », in Poésies complètes, tome I, Mercure de France, 2000, p. 67.
  9. Jean-Louis Gabin, « Le feu sous la glace », introduction à Poésies complètes, tome II, Mercure de France, 1996, p. 9.
  10. Interview par Bernard Noël, France-Culture, 30 septembre 1976. Il écrit dans Le Château-Lyre : « Debout dans la gravitation des certitudes, / L'ombre magnétique de Sade nous répondait de notre amour. [...] Toi, l'espace, les monts, Sade, les jours futurs, / La volupté, le verbe, en un seul diamant. », Poésies complètes, tome I, Mercure de France, 1990, p. 84-85.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Gabin, Gilbert Lely : Biographie. Paris, Librairie Séguier, 1991
  • Yves Bonnefoy, « Crier le nom », préface à Poésies complètes, tome I, Paris, Mercure de France, 1990, p. 11-21
  • Yves Bonnefoy, « La cent et unième journée », in L'Improbable et autres essais, Folio/Essais, 1991 ; « Un poète figuratif », in La Vérité de parole, Folio/Essais, 1993
  • Hommage à Gilbert Lely, 1904-1985, publié sous la direction de Sabine Coron, Société des amis de la Bibliothèque de l'Arsenal, Bordeaux, William Blake & Co, 2005
  • Gilbert Lely, la passion dévorante, Actes du colloque « Gilbert Lely, le centenaire, 2004 », textes de Jean-Christophe Abramovici, Sarane Alexandrian, Patrick Amstutz, Henri Béhar, Yves Bonnefoy, Stéphanie Caron, Jean-Remi Dahan, Michel Delon, Eddy Florentin, Jean-Louis Gabin, Jacques Henric, Marc Kober, Claudie Massaloux, Laure Michel, Emmanuel Rubio, Michel Viegnes, Pierre Vilar et de Gilbert Lely, réunis par Emmanuel Rubio. Lausanne, L'Âge d'homme, Paris, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Lecture d’une partie de Ma Civilisation à écouter sur archive.org