Gilbert Costes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Costes.
Gilbert Costes
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Autres informations
Distinction

Gilbert Costes est un restaurateur, né le à Saint-Amans-des-Cots dans l'Aveyron[1]. Arrivé à Paris avec son frère Jean-Louis au milieu des années 1960, il cumule pendant plusieurs années des fonctions judiciaires en plus de ses affaires, créant, gérant ou revendant successivement, par l'intermédiaire du groupe Costes, jusqu'à une quarantaine d'établissements à Paris, souvent placés dans des quartiers importants. Amateur d’art et de design, il est très régulièrement associé à son fils Thierry, par les médias, sous la dénomination « les frères Costes ». Lui et son frère ont une fortune de 250 millions €[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gilbert Costes est fils de Louis et Marie (née Neyrolles) Costes, agriculteurs[3]. Il étudie à l'école de Saint-Amans-des-Cots puis arrive à Paris à la fin de son adolescence[4]. Il poursuit alors ses études à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, où il obtient son Certificat d'aptitude à la profession d'avocat, puis un DEA de droit privé.

Perpétuant la tradition aveyronnaise[5],[6], il commence sa carrière dans le restaurant Ambassade d'Auvergne[7], près du centre Georges-Pompidou[8], comme « garçon de salle »[4]. Puis il devient gérant du café-tabac d'Orléans[6] à Mouton-Duvernet, tout en menant ses études de droit[8].

Marié le à Yvette Biron, il a deux enfants : Thierry et Audrey[1].

Restauration[modifier | modifier le code]

Avec son fils Thierry et son frère Jean-Louis, Gilbert Costes se concentre notamment sur l'expansion de leurs cafés et restaurants parisiens. Sa première affaire est le Café Marly[9],[10]. Dans les années 2000, ils comptent déjà, lui et son frère, dans l'historique d'une quarantaine d'établissements[3] ; ceux-ci sont rentables, mais ils n'hésitent pas à revendre la plupart.

Leur goût de la décoration[11],[12] contribue à améliorer la qualité des lieux : au milieu des années 1980, abandonnant sa carrière d'avocat pour racheter le Café Beaubourg[4], Gilbert Costes collabore avec Christian de Portzamparc[8]. Le précédent établissement appartenant à Jean-Louis et revendu plus tard[10], le Café Costes, « un grand café à l’ancienne, provincial, haut de plafond[4] », avait été décoré par un Philippe Starck[3], alors peu connu[4]. « Nous étions les premiers à Paris à mettre de la créativité et de la qualité dans le design d'un café[13] » souligne Gilbert Costes. Le meilleur exemple se trouve vraisemblablement auprès du centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, l'un des restaurants parisiens les plus pittoresques, Le Georges[14].

Leurs affaires sont également caractérisées par la rationalisation[12] et l'optimisation[15]. Ainsi, les sauces et accompagnements sont fabriqués dans un laboratoire d'Ivry-sur-Seine tandis que les pains et pâtisseries viennent d'une chaîne de boulangerie. De plus, les établissements sont principalement situés au long de la ligne 1 du métro de Paris[12], donc près de grands lieux de culture et de loisirs[8]. Inauguré en 1995, l'Hôtel Costes, établissement de luxe, est situé également au centre de cet axe, dans le prestigieux quartier de la Place-Vendôme.

Ils conservent aussi leur dépendance familiale : non seulement son autre frère Guy (L'hôtel Bourg-Tibourg dans le IVe), sa sœur Geneviève (Le Paris, Le Rival Deluxe, Le Madrigal, Le Tourville), son fils (l'Étienne Marcel, le Georges, le Germain, le Corso, l'Iguana Café…), sa fille[16], son neveu Philippe, mais également l'épouse de Gilbert, Yvette (Le Vieux-Colombier, le Café du Marché), dirigent certains établissements[12]. Il n'hésite pas à déléguer[3], et l'expansion des établissements est pratiquement toujours achevée par des amis et d'anciens employés[8],[12],[13]. « Toute la famille est dans la restauration. Il s’agit d’un développement de solidarité familiale. Chaque entreprise est détenue par une société dans laquelle les membres de la famille sont actionnaires[3]. » Alors que son frère Jean-Louis est plus proche de l'hôtellerie, Gilbert Costes, lui, est plus proche du métier de restaurateur[3],[4].

Comme le souligne le Time, « après tout, la plupart des parisiens n'ont jamais entendu parlés de [Jean-Louis] Costes, ou de son frère Gilbert[15] »; pourtant, « de la Bastille au Trocadéro, de Montparnasse aux Grands Boulevards[15] », Gilbert Costes et sa famille sont à l'origine, avec succès[17], d'une quarantaine d'établissements[18], tous basés sur le même principe qu'explique Gilbert Costes : « Ils doivent être grands, situés dans des sites exceptionnels, proches d’établissements culturels […] On y conjugue l’espace et la terrasse, le soleil, le confort, la vue, l’absence de voitures[4]. »

Tribunal de commerce[modifier | modifier le code]

Juriste de formation[19], conseiller prud'homal de 1989 à 1990, juge consulaire depuis 1991, Gilbert devient président du tribunal de commerce de Paris en 1999. Il cherche alors à conserver le rôle des juges « non-professionnels »[19]. Il prend également la présidence de la Conférence générale des tribunaux de commerce durant un an. Après ces années au tribunal de commerce, période citée comme celle d'un « président pendant la tourmente, interne et externe », il laisse sa place[20] et est remplacé début 2004 par Perrette Rey[21],[3].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

  • Co-dirigeant des sociétés du groupe Costes (hôtellerie restauration) depuis 1974, organisé autour de quelques établissements principaux et de participations dans d'autres[12],[22], on peut citer sur plus de trois décennies le Café Costes et le Café Beaubourg face au Centre Pompidou dans les années 1980, l'hôtel Costes, K-Costes, le Marly face au Musée du Louvre, le Café de la Musique à la Villette[23] dans les années 1990, et Le Georges en haut du Musée Beaubourg et géré par son fils, l'Hôtel Amour, ou La Société dans le VIe pour les années 2000. Mais également La Grande armée, l'Étienne-Marcel ouvert en 2002[13], l'Avenue à l'angle de l'Avenue Montaigne et de la Rue François Ier, L'Esplanade aux Invalides, le Murat, le Matignon[24], Le Corso, le Café RUC (actionnaire uniquement), le Germain, etc.[15]
  • Chargé d'enseignement à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne[12] et à l'IAE de Paris (1984-1991)
  • Membre de la commission départementale des impôts de Paris (1980-1991 et depuis 2004)[1].

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Gilbert Costes dans le whoswho
  2. https://www.challenges.fr/classements/fortune/gilbert-costes-et-thierry-costes_2431
  3. a b c d e f et g Gaël Tchakaloff, « Portrait de Gilbert Costes », Portrait, sur lenouveleconomiste.fr, Le Nouvel Économiste, (consulté le 1er janvier 2013) : « […] il participe à la construction de la nébuleuse familiale : une quarantaine d’adresses, […] »
  4. a b c d e f et g Gilles de Bure, « Les frères Costes, hommes relais », Archives, sur technikart.com, Technikart, (consulté le 1er janvier 2013) : « […] on a la confirmation que les cafés, c’est Gilbert, […] »
  5. « Aveyron - Les bougnats cèdent leurs cafés-tabacs parisiens », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 1er janvier 2013) : « […] nous sommes dans un objectif de développement de l'entreprise plutôt que d'un retrait des affaires »
  6. a et b Anne-Sophie Jarrige, « Le clan des Aveyronnais », Économie, sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 1er janvier 2013)
  7. Guy Benhamou, « Les rois de la limonade », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 1er janvier 2013) : « Les frères Costes ont commencé ainsi. À 20 ans, Gilbert servait l'aligot à L'Ambassade d'Auvergne […] »
  8. a b c d et e François-Régis Gaudry, « Costes. Les dessous d'un empire », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 1er janvier 2013)
  9. « Le Café Marly », sur maisonthierrycostes.com (consulté le 1er janvier 2013) : « Premier restaurant ouvert par Gilbert Costes, le Café Marly […] »
  10. a et b (en) « Chic magnate », Travel, sur gourmettraveller.com.au, Australian Gourmet Traveller, (consulté le 1er janvier 2013) : « Gilbert Costes takes us on a local’s tour of the city he loves. »
  11. « Un raz de marée de déco ! », Business, sur paris-bistro.com, Paris-Bistrots Éditions (consulté le 1er janvier 2013) : « À tous seigneur, tout honneur, ce sont Jean-Louis et Gilbert Costes qui ont lancé la vague au milieu des années 80 […] »
  12. a b c d e f et g Emmanuel Rubin, « Y a-t-il une vie en dehors des Costes ? », Culture, sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 1er janvier 2013)
  13. a b et c (en) Mallery Roberts Lane, « Seducing Paris, a Cafe at a Time », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 1er janvier 2013) : « […] and Gilbert, 52 […], are to Paris what Ian Schrager is to New York, experts at creating places people want to stay in, eat in and be seen in. »
  14. « Le Georges », sur maisonthierrycostes.com : « Le Georges a ouvert ses portes en 2000 »
  15. a b c et d (en) Joshua Levine, « The Brothers Who Ate Paris », sur time.com, Time, (consulté le 1er janvier 2013) : « […] most Parisians have never heard of Costes or his brother Gilbert; »
  16. « Dans la dynastie Costes, voilà la fille », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 2 janvier 2013) : « La jeune femme est la fille de Gilbert »
  17. Nadège Forestier, « Les surfeurs de la réussite », L'Officiel de la Mode no 814, sur patrimoine.jalougallery.com, Éditions Jalou, (consulté le 1er janvier 2013), p. 10
  18. « Dessous choc de cuisines chic: Dalloyau, Blanc, Costes. », Économie, sur liberation.fr, Libération, (consulté le 1er janvier 2013) : « Le groupe réalise un chiffre d'affaires de près de 80 millions d'euros […] »
  19. a et b Elsa Bensaïd, « Gilbert Costes aide à la réforme de la Justice », sur lavie.fr, Groupe Le Monde, (consulté le 1er janvier 2013) : « Gilbert Costes, président du tribunal de commerce de Paris […] »
  20. Valérie De Senneville, « Tribunal de commerce de Paris : Gilbert Costes passe la main », sur lesechos.fr, Groupe Les Échos, (consulté le 1er janvier 2013) : « Après quatre années de mandat, Gilbert Costes passe en effet la main. »
  21. Béatrice Peyrani, « Perrette Rey : Une femme de bon conseil », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 1er janvier 2013)
  22. « Groupe Costes: Il fait manger le Tout-Paris », sur archives.lesechos.fr, Groupe Les Échos, (consulté le 1er janvier 2013) : « Gilbert Costes confessait un chiffre d'affaires de 150 millions de francs pour 250 employés. »
  23. Vallière Dominique C., « Goûter - Retour au café », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 1er janvier 2013)
  24. « Le Matignon », sur elle.fr, Elle, (consulté le 1er janvier 2013) : « Gilbert Costes et Cyril Peret ont repris la barre de ce restaurant club […] »
  25. « Décret du 30 décembre 2000 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le 1er janvier 2013) : « 27 ans d'activités professionnelles et de services militaires. »

Lien externe[modifier | modifier le code]